Hors-Série
Arret sur Images
Me connecter
abonnez-vous


commentaire(s) publié(s) par Abracadabra

46 commentaires postés

09/06/2018 - Aux Ressources - Ayn Rand, femme capital

Bonjour

Pas d'émission ce week-end ?

Merci.

posté le 17/06/2018 à 09h54

09/06/2018 - Aux Ressources - Ayn Rand, femme capital

Très éclairant. J'ai vu le film "La Source Vive", j'ai également lu "La Grève" (c'était un défi !), et je trouve très pertinente la description par Stéphane Legrand du mécanisme sournois qui est à l'oeuvre : ce passage en sous-main d'une idéologie en faisant appel à des affects très profonds (personnages victimes, superhéros, intransigeants, sans compromis). Ca m'a fait penser que les martyres chrétiens (notamment) ont dû être perçus de manière similaire et contribuer au succès du christianisme.

posté le 10/06/2018 à 20h39

02/06/2018 - Dans Le Film - Scarface

Jean-François Rauger :
"Les scènes tournées dans les voitures où on voit que c'est tourné en studio avec une projection derrière, qui est un procédé qui dans les années 80 ne peut pas être vu comme un procédé artificiel, un trucage. Le spectateur n'est plus crédule. Il voit bien qu'on n'est pas dans la rue, qu'on n'est pas dans une vraie voiture qui roulerait."

Hum, la honte : ça marche encore très bien chez moi ce genre de scène (oui oui en 2018).

posté le 02/06/2018 à 23h32

02/06/2018 - Dans Le Film - Scarface

Petite pensée pour la Michelle Pfeiffer de 1932, Karen Morley (de son vrai nom Mildred Litton), qui joua le personnage de Poppy (l'équivalent de la Elvira Hancock de 1983), devint communiste par amour, soutint la grève très dure de 1946 contre la Warner (Hollywood Black Friday) menée par les ouvriers du cinéma, puis victime du Maccarthysme, blacklistée mais refusant de donner le nom de ses amis, et finalement se présentant en 1954 au poste de lieutenant gouverneur aux élections de l'Etat de New-York avec l'American Labour Party.

posté le 02/06/2018 à 23h06 ( modifié le 02/06/2018 à 23h08 )

12/05/2018 - Aux Ressources - Réflexions sur la question juive

Même si Bruno Karsenti prend soin de renvoyer l'élection à la théologie, il y revient par la bande en justifiant le "rôle" que le peuple juif aurait à jouer dans la modernité par la loi mosaïque qui leur permettrait d'avoir un regard critique sur la loi moderne (trop individualiste). Soit, mais je ne vois pas pourquoi il faudrait en passer nécessairement par la loi mosaïque pour avoir ce regard critique, et, surtout, comment une loi religieuse qui ne définit pas (ou plus) exclusivement le peuple juif pourrait continuer à produire ses effets par-delà les croyances des individus (et l'intégration réussie)...

posté le 12/05/2018 à 20h26 ( modifié le 12/05/2018 à 20h28 )

28/04/2018 - Aux Sources - La guerre des métaux rares

C'est assez redondant mais pour ceux que ça intéresse, G. Pitron était aussi sur France Culture vendredi dernier. En tout cas, pour moi, il devient clair qu'il faut combattre avec la dernière énergie (si j'ose m'exprimer ainsi) cette espèce de syllogisme qui lui sert à justifier la réouverture de mines. C'est un raisonnement irresponsable, et contrairement à ce qu'il affirme très court-termiste, de surcroît englué dans le cadre bien précis d'une logique néo-extractiviste et capitaliste :

https://www.franceculture.fr/emissions/linvite-des-matins/voitures-electriques-panneaux-solaires-eoliennes-la-face-tres-sombre-des-energies-renouvelables
https://www.franceculture.fr/emissions/linvite-des-matins-2eme-partie/voitures-electriques-panneaux-solaires-eoliennes-la-face-tres-sombre-des-energies-renouvelables-2eme

posté le 02/05/2018 à 19h24

28/04/2018 - Aux Sources - La guerre des métaux rares

Particulièrement intéressant.
Je n'ai pas de solutions toute faites non plus, cependant je demeure très sceptique sur la stratégie de choc consistant à ré-ouvrir des mines pour déclencher une prise de conscience et afin de changer nos modes de vie. C'est, pour le dire poliment, un tantinet casse-gueule et risque au contraire d'initier un mouvement qui nous échappera une fois de plus.

posté le 30/04/2018 à 19h38 ( modifié le 30/04/2018 à 19h38 )

10/02/2018 - Dans Le Mythe - La Matrice

Je sais que ça ne répond pas à toutes les questions mais voici un extrait de mes notes concernant les références (3 rubriques : films, séries, livres).
Hope it helps.

Films :
Trilogie Matrix, Washowski :
- Matrix, 1999
- Matrix Reloaded, 2003
- Matrix Revolutions, 2003
Pi, Darren Aronofsky, 1998
The Truman Show, Peter Weir, 1998
Total Recall, Paul Verhoeven, 1990
Dark City, Alex Proyas, 1998
Passé virtuel, Josef Rusnak, 1999
Ghost in the Shell, Mamoru Oshii, 1995
L'Homme de la rue (Meet John Doe), Frank Capra, 1941
Trilogie Le seigneur des anneaux, Peter Jackson :
- La Communauté de l'anneau (2001)
- Les Deux Tours (2002)
- Le Retour du roi (2003)
La Guerre des étoiles (Star Wars), Georges Lucas, 1977
Le Procès, Orson Welles, 1962
Brazil, Terry Gilliam, 1985
Avatar, James Cameron, 2009
Fight Club, David Fincher, 1999
Snowpiercer, le transperceneige, Joon-Ho Bong, 2013
Network, main basse sur la télévision, Sydney Lumet, 1976
Le gouffre aux chimères, Billy Wilder, 1951
Interstellar, Christopher Nolan, 2014
Contact, Robert Zemeckis, 1997

Séries
La quatrième dimension (The Twilight zone), Rod Serling, 1959-1964
Le prisonnier (The prisoner), George Markstein, Patrick McGoohan, 1967-1968
Neon genesis Evangelion, Hideaki Anno, 1995-1996
Animatrix, Washowski, 2003
Black Mirror, Charlie Brooker, 2011-

Livres
Simulacron 3, Daniel F. Galouye, 1964
Les lettres du Yage, Allen Ginsberg et William Burroughs, 1963
La vie est un songe, Pedro Calderón de la Barca, 1635
L’illusion comique, Pierre Corneille, 1635
Simulacres et simulation, Jean Baudrillard, 1981
Les Aventures d'Alice au pays des merveilles, Lewis Carroll, nom de plume de Charles Lutwidge Dodgson, 1865
Le héros aux mille et un visages (The hero with a thousand faces), Joseph Campbell, 1949
Les employés, Siegfried Kracauer, 1929
1984, George Orwell, 1949
La dialectique de la Raison, Max Horkheimer et Theodor W. Adorno, 1944
Le brave soldat ChvéÏk, Jaroslav Hasek, 1923
L’éthique, Spinoza, 1677
La République, Platon, environ 380 avant J.C
La victoire des sans Roi, Pacôme Thiellement, 2017
Écrits gnostiques (La bibliothèque de Nag Hammadi), Collectif, 2007
Gargantua, Rabelais, 1534
Rapport minoritaire (Minority Report), Philip K. Dick, 1956
Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques ? (renommé Blade Runner après la sortie du film), Philip K. Dick, 1968
L’obsolescence de l’homme, Günther Anders, 1956
La société du spectacle, Guy Debord, 1967
Imperium, Frédéric Lordon, 2015
Les aventures de Télémaque, Fénélon, 1699
Phèdre, Racine, 1677

posté le 15/02/2018 à 19h46

04/02/2018 - En accès libre - Politiser l'esthétique (théâtre et cinéma)

Pour info le lien video est erroné à cette heure (il manque un E au nom de fichier)

posté le 04/02/2018 à 19h25

03/02/2018 - En accès libre - Sur le fascisme

(mauvais endroit)

posté le 04/02/2018 à 19h24 ( modifié le 04/02/2018 à 19h25 )

30/11/2017 - En accès libre - Le Front éditorial

Commentaire supprimé (obsolète)

posté le 30/11/2017 à 19h43 ( modifié le 30/11/2017 à 21h44 )

28/10/2017 - Dans Le Film - The Ladies Man

Oui, merci pour le lien

posté le 29/10/2017 à 16h36

02/09/2017 - En accès libre - Dans le collimateur du pouvoir

La fin de l'entretien a constitué pour moi un moment d'épiphanie.

posté le 03/09/2017 à 18h38

01/04/2017 - Dans Le Film - Spring Breakers

@Arnaud StA : le parallèle avec Pasolini me semble vraiment incongru.

Moi ça m'évoque plutôt le cinéma de Jean Cocteau. J'avoue que ce n'est pas le cinéma que je préfère.

posté le 02/04/2017 à 19h56

01/04/2017 - Dans Le Film - Spring Breakers

J’ai bien apprécié cet entretien, qui nous oblige à revoir certains de nos a priori, même si, au final, je reste en désaccord avec le jugement de J.F. Rauger : je persiste à penser que les moyens nihilistes de filmer le nihilisme neutralise le discours de Korine, et que le recours à une forme non critique dessert le fond supposément critique du film. La déréalisation et l’esthétisation du monde perceptibles à tous les étages (sexe, violence, drogue, relations humaines) accompagnent d'ailleurs un point de vue borgne, essentiellement orienté par des fantasmes masculins.

posté le 02/04/2017 à 15h23 ( modifié le 02/04/2017 à 15h25 )

12/11/2016 - Aux Ressources - Le capital sans XXIème siècle

Illustration du "délire" dont parle Cédric Durand avec l'extension du Quantitative Easing aux entreprises (les plus grosses évidemment, qui n'en ont pas besoin). Lire l'article jusqu'au bout permet de découvrir les hallucinants coups à 3 bandes (c'est proche de l'espoir miraculeux) sur lesquels parie la BCE pour que cela profite à la vraie économie (en mode cynique : plutôt l'histoire qu'elle raconte pour justifier cette politique) :
http://www.lemonde.fr/economie/article/2016/06/08/la-bce-commence-a-acheter-des-dettes-d-entreprises_4942450_3234.html

posté le 12/11/2016 à 19h00

05/11/2016 - Dans le Texte - Les affects de la politique

Du coup, la question du jour c'est plutôt comment a-t-on fait pour que les Français fassent de Trump leur problème personnel, à partir du moment où il est et sera sans doute radicalement absent de leur vie.

posté le 09/11/2016 à 20h40

05/11/2016 - Dans le Texte - Les affects de la politique

Etrange livre en vérité, où l'on commence par une sorte de disqualification des idées (*) pour finir sur une réhabilitation de ces idées à travers un appel à la modification de nos complexions de manière à ce que leur affectabilité s'y conforme davantage.

Ma lecture de l'oeuvre de Spinoza commence à être lointaine, mais, en tout cas, je retrouve un plaisir presque similaire à lire F. Lordon à propos de Spinoza que celui que j'avais éprouvé à l'écoute des cours de Deleuze (incomparable professeur - pour info ces cours sont disponibles sur le web).

(*) la disqualification à vrai dire ne porte que les idées dans leur dimension purement idéelle, les idées en tant que telles, ce qui (comme l'a indiqué Judith) n'existe pas vraiment dans la réalité (ainsi on ne lit pas un livre de F. Lordon pour rien par exemple). J'ajoute qu'à mon avis ça n'existe pas non plus dans le monde décrit par Spinoza. Mais bon on admire quand même F. Lordon qui s'en sert pour démonter des mécaniques autrement plus intéressantes.

(**) pour info, petite erreur de référence page 69

posté le 08/11/2016 à 23h09 ( modifié le 08/11/2016 à 23h18 )

29/10/2016 - Diagonale Sonore - The Color Line

Effectivement une histoire méconnue en ce qui me concerne.

Emission très dense. Beaucoup de noms à découvrir et de pistes à creuser.

Entretien parfaitement conduit, invitée qui maîtrise son sujet : je ne vais pas épiloguer sur les louanges car une telle qualité surprend toujours un peu et donc laisse sans voix :) .


posté le 30/10/2016 à 23h01

08/10/2016 - Aux Ressources - La fabrique scolaire de l'Histoire

Ah d'accord, Papriko a donc décidé d'être désobligeant(e) avec toute l'équipe (+ l'invitée) :)

posté le 11/10/2016 à 18h47

08/10/2016 - Aux Ressources - La fabrique scolaire de l'Histoire

Pour ma part, ne changez rien Laura. Je ne comprends vraiment pas les remarques de Papriko en l'espèce...

posté le 10/10/2016 à 19h50

08/10/2016 - Aux Ressources - La fabrique scolaire de l'Histoire

Un autre discours que celui servi ce matin dans l'émission Répliques sur France Culture, ça fait du bien !
Bravo et merci !

posté le 08/10/2016 à 21h20

24/09/2016 - Aux Sources - Quand leurs mots dictent nos vies

Intéressant. A part ça, Manuel, remis de votre passage un peu mouvementé à Répliques chez l'ami Finkielkraut ?

posté le 25/09/2016 à 15h34

10/09/2016 - Aux Ressources - Théâtre populaire, Femme savante

La thèse des vases communicants est réjouissante car elle explose un certain nombre d'idées toute faites, et nous oblige à repenser les rapports entre culture et politique. Je vois néanmoins quelques difficultés, d'abord d'ordre chronologique, à associer directement cette corrélation [entre dépolitisation de la politique et surinvestissement politique du théâtre (plus largement de la culture)] au néolibéralisme des années 80. En effet l'insistance au cours de la discussion sur les années Thatcher ou sur les différences entre un Mitterrand et un Sarkozy donnent l'impression d'un tournant historique à cette époque-là, alors que certaines descriptions et définitions paraissent brosser les effets d'une tendance plus ancienne. Je suppose qu'il y a accélération à cause du courant gestionnaire, ou point de bascule, mais ce point n'est pas très clair pour moi.

Evidemment l'objection majeure à cette thèse est celle du caractère (supposément) intrinsèquement politique de l'art théâtral, avec le développement concommittant de la démocratie et de la tragédie à Athènes. C'est ce que nombre d'hellénistes ne cessent de répéter (Jacqueline de Romilly par exemple), mais, après tout, il y a là peut-être un biais qu'il est sain de questionner. La figure de Périclès ne fait pas l'unanimité, et par conséquent, la thèse évoquée s'en trouverait renforcée.

En tout cas, Diane Scott se défend certes d'être historienne, mais il serait intéressant de voir si l'on ne pourrait pas vérifier ce caractère connexe à d'autres moments de l'Histoire (je pense par exemple au grand Siècle et notre théâtre classique). Merci encore pour cette émission.

posté le 12/09/2016 à 22h07

16/07/2016 - Diagonale Sonore - Moondog

Qu'est-ce que ça fait du bien ce genre d'émission !

posté le 17/07/2016 à 19h31

14/05/2016 - Dans le Texte - De la violence politique

"Finalement, dans votre récit, il n'y a pas tant convergence, à part Ahmed et Rosa qui vont "con-verger" quand même très fort" haha trop drôle!

posté le 15/05/2016 à 21h30

16/01/2016 - Aux Ressources - Le capital des anticapitalistes

Merci !
Juste le petit regret que vous n’ayez pas du tout abordé l'un des thèmes les plus intéressants de ce livre, à savoir l'étude de la trajectoire compliquée des militantes au sein d'une organisation structurée autour d'un modèle masculin de révolutionnaire. Je trouve que les témoignages recueillis illustrent à merveille les questions, finalement hautement politiques, des "rapports sociaux de sexe" et, dans ce cadre, de la scission entre vie privée et vie publique.

posté le 16/01/2016 à 20h02

09/01/2016 - Aux Sources - La bataille de l'imaginaire

¿’ On dirait qu’un slamino slalomant souffle sur le pays de Hors-Série. J’y sens le vif de Maja planer en peine sur la plaine aux sources. Troubaduc, comment pourrais-je rater le comte conteur Damasio ? Diantre, que le grand glyphe me gifle si ! Arrimé la Nesko l’a, comme un simple abrité, sur son drakkair fréole, il faut profit en faire, en guise de profiteréoles. Basta les blaasts, furvents et autres autochrones, au diable l’extrême-amont, une heure d’accalmie pour la horde. Merci !

(désolée)

posté le 11/01/2016 à 19h42 ( modifié le 11/01/2016 à 19h48 )

07/11/2015 - Aux Sources - Déconstruction et Politique

Bonjour Raphael Colombier,

Cela va plus loin que savoir où se mettre en manif. La thèse de Renaud Garcia est de dire qu'à force de déconstruire, on perd ce qui pouvait relier les individus entre eux, donc la possibilité même de manifester ensemble pour un combat commun. Certains courants ne cessent d'atomiser tout ce qui peut ressembler à de l'universel. En gros, dès que vous décidez que l'assignation du sujet à une catégorie telle que "le féminin" est essentialiste, normatif et légèrement fasciste, la lutte contre la domination masculine ne peut plus être menée (en tout cas pas de la même façon qu'auparavant).

Quant à l'intersectionnalité, Renaud Garcia en est tellement conscient qu'il la décrit dans son livre comme un symptôme du changement de paradigme (je précise quand même que ce ne sont pas ses termes) : il ne s'agit plus de lutter "contre" (la domination, l'aliénation, les normes, etc...), mais de faire proliférer des identités multiples ("niquer le genre" par recours à la science et aux produits chimiques si besoin), ce qui permet d'échapper à la normalisation par la subversion. Pour faire jouer un peu le bazooka (mais là c'est moi qui interprète, ce n'est pas dit explicitement dans le livre), Renaud Garcia pourrait dire qu'à la logique de lutte a succédé la stratégie de la fuite.

Abracadabra

posté le 16/12/2015 à 21h36

05/12/2015 - Aux Ressources - Nuits blanches

Les députés ont tranché, les clubs et soirées électro sont bien des acteurs culturels :
http://www.telerama.fr/musique/tva-a-5-5-les-deputes-ont-tranche-les-clubs-et-soirees-electro-sont-bien-des-acteurs-culturels,135504.php

posté le 12/12/2015 à 19h49

24/10/2015 - Diagonale Sonore - Pour qui chantes-tu ?

Merci pour la séquence "James Brown" et la "Slop" dance. Pour compléter : https://vimeo.com/82665290

Grand moment aussi, ce télescopage culturel sur l'emploi du mot "races"...

posté le 24/10/2015 à 21h06

26/09/2015 - Dans Le Film - Où est passée la comédie musicale ?

Pour la citation de Deleuze sur le maniérisme (01:10:20), voir un article de Murielle : http://vostfr-cinema.blogspot.fr/2011/09/digerer.html :


""Maniérisme", c'est déjà ainsi que vous définissiez dans La rampe le troisième état de l'image : quand il n'y a plus rien à voir derrière, quand il n'y a plus grand chose à voir dessus ni dedans, mais quand l'image glisse toujours sur une image préexistante, présupposée, quand le fond de l'image est toujours déjà une image, à l'infini, et que c'est cela qu'il faut voir.
C'est le stade où l'art n'embellit plus ni ne spiritualise la Nature, mais rivalise avec elle : c'est une perte de monde, c'est le monde lui-même qui s'est mis à faire "du" cinéma, un cinéma quelconque, et que, comme vous dites ici : "il n'arrive plus rien aux humains, c'est à l'image que tout arrive. On pourrait dire aussi que le couple Nature-corps, ou Paysage-homme, a fait place au couple Ville-cerveau : l'écran n'est plus une porte-fenêtre (derrière laquelle...), ni un cadre-plan (dans lequel...) mais une table d'information sur laquelle glissent les images comme des "données".
Lettre à Serge Daney : Optimisme, Pessimisme et Voyage - Gilles Deleuze


Il me semble cependant que Deleuze n'introduisait pas de jugement de valeur comme semble le faire Murielle (mais ce n'est pas très clair dans l'émission peut-être est-ce la position de Daney ?)

posté le 05/10/2015 à 21h28

25/07/2015 - Dans le Texte - La psychanalyse à l'épreuve de la post-modernité

On retiendra l'étrange télescopage des deux dernières émissions à propos de la joie et de la tristesse : même discours de Miguel Benasayag et de Pixar dans Vice Versa :)

posté le 29/07/2015 à 19h20

04/07/2015 - Aux Sources - L'insurrection pâtissière

Hello l'équipe,

Alors, ces réabonnements, ça fonctionne ou c'est encore trop tôt pour le dire ?

posté le 07/07/2015 à 18h44

27/06/2015 - Dans le Texte - L'Humanitude au pouvoir

[HS] Juste deux remarques pour les réabonnements :

- sur le site pas facile de trouver la page
- pourquoi faut-il obligatoirement saisir son adresse même quand on paye par paypal ?

EDIT: En fait je n'arrive pas à payer par Paypal...
EDIT 2: Ca y est ça a marché !

posté le 27/06/2015 à 22h27 ( modifié le 27/06/2015 à 22h31 )

30/05/2015 - Dans le Texte - Castoriadis, une vie

Merci !

posté le 30/05/2015 à 22h18

23/05/2015 - Aux Ressources - Economie: l'offensive mainstream

Deux choses :

- Ayn Rand : il y a quelques années, je m'étais intéressée à cette figure incontournable du libertarianisme et très populaire aux US, et je m'étais attachée (pour ne pas dire forcée) à lire Atlas Shrugged (La Grève en français), un roman de 1000 pages, truffé de poncifs et de naïvetés psychologiques sur le personnage de l'entrepreneur vu comme un héros. Il faut avoir du temps, et le seul avantage qu'on en retire, c'est de pouvoir vivre de l'intérieur une pensée complètement hallucinante et hallucinée. Je ne conseillerai pas cette lecture à un proche, à moins de lui en vouloir, mais cela ouvre les yeux sur le fait que, oui, ce point de vue sur la vie, ça existe. Pour les plus pressés, il y a un film qui est une adaptation par King Vidor d'un autre de ses romans : The Fountainhead (en VF : le rebelle).

- L'émission : la première partie est pour moi précieuse. Je ne trouve pas qu'elle soit technique du point de vue économique, mais il est vrai qu'il y a beaucoup d'informations historiques et de name dropping. En tout cas, elle permet d'avoir une vue d'ensemble sur la diversité des courants orthodoxes et de clarifier le point de rupture avec l'hétérodoxie.

La seconde partie aborde un problème très intéressant : il me semble que les disciplines sont elles-mêmes le résultat de constructions sociales. Qui les définit, et quel est le rôle de l'Etat dans ces questions ? Les hétérodoxes fricotent, trop dangereusement pour certains, avec la sociologie (c'est là surtout que se situe le clivage) et cela me rappelle une citation de Bourdieu qui peut expliquer certaines résistances : "Si l'on accorde si difficilement à la sociologie l'officialité,[...], c'est aussi parce qu'elle a une prétention démoniaque tout à fait analogue à celle de l’État, celle de construire la vision vraie, encore plus qu’officielle du monde social. Elle est en concurrence avec la construction officielle de l’État, même si elle dit ce que l’État dit, elle dit que l’État dit la vérité officielle et se trouve de ce fait en position de méta-État, ce qui n'est pas prévu par l'Etat. Le sociologue fait quelque chose d’analogue au coup de force que fait l’Etat en s’appropriant le monopole de la construction de la représentation légitime du monde social."

posté le 26/05/2015 à 22h06

25/04/2015 - En accès libre - La classe de l'écrivain

A yG : je ne suis pas spécialiste mais la situation que vous mettez en avant :

"une seule famille peut posséder un troupeau dont l'exploitation sur des années excède ses capacités mémorielles"

doit amener à nous interroger sur la raison pour laquelle ce cas d'accumulation ne se serait pas produit plus tôt dans la longue (pré)histoire de l'humanité. Et la réponse me semble assez claire : c'est une limitation par essence, il n'est pas envisageable, si la famille ne compte que sur ses ressources internes, d'excéder ses propres capacités d'exploitation. A partir d'un certain seuil, on n'a pas le choix : il faut recourir à de la main d'oeuvre extérieure, c'est-à-dire à l'esclavage, au servage ou au salariat.

posté le 29/04/2015 à 20h39

25/04/2015 - En accès libre - La classe de l'écrivain

A yG : la question centrale est celle de l'apparition tardive de l'écriture. "Pourquoi si tard ?" Si j'ai bien compris, ce n'est qu'à partir du moment où des hommes font travailler d'autres hommes et s'approprient leur production, et donc que les capacités de production augmentent, que la nécessité d'un outil tel que l'écriture se fait ressentir. Il s'agit avant tout d'un seuil quantitatif. Auparavant, la médiocrité du rendement rend dispensable ce besoin. En tout cas, un consensus semble se faire autour de la propriété et du commerce (que ce soit des animaux, des esclaves ou d'autres biens)

posté le 28/04/2015 à 19h57 ( modifié le 28/04/2015 à 20h39 )

11/04/2015 - Dans Le Film - Avec le sourire

Oups, je n'ai vu aucun de ses films...

posté le 12/04/2015 à 13h55

28/03/2015 - Aux Ressources - Cinéma : la règle de l'exception

Merci, on y voit vraiment plus clair après cet entretien.

Laura Raim impeccable comme d'habitude.

posté le 29/03/2015 à 14h52

07/03/2015 - Dans le Texte - L'Imaginaire de la Commune

Merci pour l'émission.
A propos d'un moment précis de l'entretien : http://fairing.canalblog.com/archives/2015/03/09/31676298.html

posté le 09/03/2015 à 22h56

27/12/2014 - En accès libre - Culture populaire, culture de masse

En tout cas une émission qui donne le sourire. Merci !

posté le 27/12/2014 à 22h17

11/10/2014 - En accès libre - Les transclasses

Bonjour Judith,

Je trouve vraiment que vous excellez dans l'art du questionnement. Je devine qu'il faut beaucoup d'énergie pour réussir ce tour de force (1h20 d'émission !). Vraiment bravo pour ça !

Quant à Chantal Jaquet, clarté du discours, nuance dans le propos, finesse des analyses, bref une belle personnalité.

Merci à toutes les deux !

posté le 12/10/2014 à 18h50

27/09/2014 - Aux Sources - Pressions et expression

La "réponse" de Bricmont ici : https://www.youtube.com/watch?v=p0yfsvqDDv0

posté le 10/10/2014 à 19h27

27/09/2014 - Aux Sources - Pressions et expression

Je résume aussi ce qui s'est passé sur ASI pour les non abonnés (selon mon point de vue subjectif bien sûr) :

- Hors Série invite Jean-Bricmont
- Daniel Schneidermann écrit sa colère devant cet entretien sur le site ASI, donne tous ses arguments et y ajoute un autre élément : pendant un autre entretien de 20 mn donné à un autre site, il estime qu'une des questions rhétoriques (qui plus est à propos de la définition de ce qu'est l'antisémitisme) de Jean Bricmont est antisémite (alors que - vous suivez le méta ? - c'est justement l'enjeu de la question)
- Tous, je dis bien tous, les arguments contre l'entretien donné à Hors Série s'effondrent un à un, on démontre que toutes les critiques contre Maja sont injustes
- Les détracteurs dans le forum ASI se focalise alors sur la vidéo (qui n'a rien à voir avec Hors Série)

Bilan :
Une colère née d'un entretien est justifiée par une vidéo qui n'a rien à voir. Super !

Pour info le soutien d'Etienne Chouard : http://chouard.org/blog/2014/10/02/pressions-et-expression-un-entretien-avec-jean-bricmont-sur-la-republique-des-censeurs-livre-passionnant-et-important/

posté le 03/10/2014 à 18h49