Hors-Série
Arret sur Images
Me connecter
abonnez-vous


Les arts capitalistes de gouverner

Aux Ressources

Grégoire Chamayou

On sent qu’il aime ça, Grégoire Chamayou, rentrer dans la tête des puissants. Dans son précédent livre déjà, Théorie du drone, le philosophe plongeait dans les archives militaires américaines pour nous donner à entendre les voix de ceux qui pensent la guerre et tentent de promouvoir une nouvelle manière de la faire : sans courir le risque de mourir soi même. Dans son dernier ouvrage, La Société ingouvernable, Une généalogie du libéralisme autoritaire (La Fabrique) le chercheur troque le complexe sécuritaire pour les boards des entreprises. Il nous emmène dans les tréfonds feutrés des hautes sphères du pouvoir économique, là où les intellectuels organiques des milieux d’affaire ont mis au point dans les années 1970 les théories, les concepts et les tactiques pour défendre un ordre capitaliste alors profondément remis en cause, aussi bien par des salariés « indisciplinés » que par des mouvements écologistes en demande de régulation gouvernementale. Il faut les entendre échafauder leur riposte, inventer les « théories de la firme » à même de justifier le primat de la valeur actionnariale, tout en s’efforçant de déréaliser la violence de la hiérarchie et du rapport salarial… Il faut les entendre, car alors on perçoit leurs contradictions, leurs débats, leurs désaccords et leurs failles. Celles qu’il nous appartient d’exploiter si l’on veut à nouveau se rendre ingouvernables.

Aux Ressources , émission publiée le 27/10/2018
Durée de l'émission : 97 minutes

Regardez un extrait de l'émission

Commentaires

19 commentaires postés

Cet entretien est un remède de santé mentale publique, ou de santé politique commune. Par les temps qui courent où l'on voit à l’œuvre les tentatives du pouvoir pour discréditer une partie du mouvement des gilets jaunes en désignant les mauvais et en essayant de recruter dans le mouvement ceux avec qui "on peut discuter", il me semble qu'il faudrait faire circuler la vidéo. Ne serait-ce pas un acte citoyen de la mettre en ligne sur les réseaux sociaux (et je ne sais ni comment, ni où), de manière à ce que les acteurs du mouvement puissent être lucides sur les manœuvres du pouvoir qu'ils ont en face...
C'est juste un suggestion... NWM

Par Nicole Molinier, le 12/12/2018 à 13h41

Merci beaucoup pour cet interview. Au delà du contenu si passionnant, éclairant, érudit...le suspens, ... et aujourd'hui ? Finalement je ressors de cette écoute avec un sentiment de quasi fierté: on leur donne quand même du fil à retordre !

Par Laurence BERNARD, le 23/11/2018 à 17h00

Merci Laura de le laisser parler, de le laisser aller jusqu'au bout de sa pensée…

Par SirDeck, le 15/11/2018 à 20h11 ( modifié le 15/11/2018 à 20h11 )

BOOOOM!!! Quelle onde de choque cet interview! Merci!

Par Andredge, le 12/11/2018 à 20h48

Super entretien !
Est-ce que vous pourriez, pour l’ensemble de vos émissions, mettre les réferences bibliographiques citées pendant l’entretien en bas de page.
Merci

Par Arnaud Floirat, le 07/11/2018 à 08h58 ( modifié le 07/11/2018 à 09h16 )

Excellent entretiens, je crois que pour une fois, cela me donne envie de lire le bouquin (d'habitude, l'entretiens me suffit). Par contre, quand je vois les stratégies contre-insurrectionnel et les stratégie de micro modification de la société (les bus de macron), je ne vois pas de solution, que faire ? Si on est intransigeant (ex : je décide de ne jamais prendre le bus Macron) on devient un "radical" et on se retrouve isolé (car tous les autres prennent les bus), si on agit directement contre (bloquer les bus ?) on devient des casseurs et on se fait taper par la police ou la justice, c'est quoi la stratégie dans ce cas ?

Par Etienne Borzeix, le 04/11/2018 à 18h42

Entretien très intéressant ! Un regard lucide et acéré sur les stratégies mises en oeuvres pour gouverner en tirant profit de nos faiblesses.
Très beau travail M. CHAMAYOU après celui sur les drones que j'avais trouvé remarquable.

Merci à Hors Série pour cette excellente émission.

Par Amaury ABECASSIS, le 01/11/2018 à 21h00

je joins le mien à tous ces commentaires élogieux.
BRAVO CHAMAYOU! BRAVISSIMO!!!!!

Par henri d'artois, le 01/11/2018 à 19h09 ( modifié le 01/11/2018 à 19h09 )

Entretien d’intérêt public. Pas grand chose d’autre à ajouter.

Par HBK, le 01/11/2018 à 12h41

Limpide !
Merci pour cette excellente émission...

Par SABINE M., le 30/10/2018 à 21h46

Génial ! Quel conteur, ce Chamayou ! Et tout compte fait plutôt optimiste : tout est en train de s'effriter...

Par Vincent Fournier, le 30/10/2018 à 21h21

pour décrire "les arts capitalistes de gouverner",il y a dans le ton de g chamayou un "autocontrole" et une discipline qui portent un argumentaire irréfutable. ça fait froid dans le dos d'imaginer une méthode qui s'adapte à toutes les conjonctures et à tous les groupes humains, pour les contraindre à valoriser un système de prédation, économique, écologique, social. la casse des syndicats radicaux, les techniques de contre insurrection, les tentatives de rééduquer les idéalistes, de dialoguer avec les réalistes vont dans le mème sens.
mais pour les traités européens, qui auraient pour finalité, toutes les dérégulations capitalistes, à l'approche des prochaines élections européennes, nous allons revoir fleurir, l'alliance insane, des nationalistes d'extrème-droite, et des anticapitalistes triviaux, jappant contre l'union européenne. alors que les anglais partent pour se "libérer" des entraves administratives économiques et migratoires, et que les grecs qui ont eu à subir les foudres antipathiques de l'ue, restent avec nous. cqfd!

Par luc lefort, le 30/10/2018 à 11h06 ( modifié le 30/10/2018 à 11h07 )

Très belle émission ! Ce qu'il manque peut être ( mais ce n'était pas le propos de Grégoire ) c'est une anthropologie du "capitaliste" ... des pistes de lectures ? Car on remarque qu'il existe un coté purement humain à ces phénomènes , la psychologie de ses auteurs . Pathologie ?

Par Jean-Michel Guiet, le 29/10/2018 à 19h21

tres grande émission . j'avais lu de l'auteur 'les drones' et j'avais été stupéfaite de sa clairvoyance mais là je suis épatée vive les éditions de la fabrique

Par bernejo, le 29/10/2018 à 09h34

Analyses et synthèse remarquables. On voit ici que l’intelligibilité des pratiques politiques et sociales se construit à posteriori mais, comme le montre l’interrogation finale, dans l’immanence du présent, les avenues du sens et de l’action sont bien moins balisées. Effectivement, « ça fuit dans tous les sens ». Les « dominés» seront-ils assez habiles et désaliénés pour récupérer la mise ? À cet égard, Chamayou a grandement raison, il faut connaître à fond les adversaires. Ils ne cachent rien et lis ont plus d’un tour dans leur sac . Il faut être au moins aussi intelligent qu’eux, comme nous le montre ce très bel entretien.

Par Richard ZEMOUR, le 28/10/2018 à 17h13

@Morvandiaux : il semble que notre newsletter soit de plus en plus souvent identifiée comme un "spam" (chez Orange, c'est le cas depuis deux semaines) - je vous suggère d'aller chercher dans votre courrier indésirable, de sélectionner la newsletter que vous y trouverez probablement, et de l'identifier comme "désirable" dans votre logiciel de messagerie.

Par Judith, le 28/10/2018 à 16h54

très bonne description des stratégies du Capital (un gros mot ?)
Je me souviens : Cadre Supérieur de Banque j'ai participé à une réunion "bancaire" fin des années 70 ou était écrit qu'il fallait compenser le blocage des salaires par la distribution très large du crédit avec comme avantage supplémentaire de "tenir" chaque individu dans les tenailles !

Aujourd'hui Agir contre la hausse de la CSG, la baisse de l’APL, celle de l’impôt sur la fortune, la privatisation des services publics, contre le chômage et pour l’emploi efficace, une autre utilisation de l’argent et des ressources, ...c’est se prémunir contre ce prochain et terrible hoquet du capital.

En France, des économistes pourtant bien en cour – de ceux qui passent à la radio et sur les télés –, et même le quotidien les Échos, journal qui est au Medef et à Macron ce que l’Humanité est aux communistes et progressistes, alertent sur le risque très proche que le ciel ne nous tombe sur la tête et que le monde entier ne subisse d’ici peu une tornade financière pire que celle de 2007-2008.

Le choix peut aussi être d'installer le "fascisme" au pouvoir, comme au Brésil...et pourquoi "qu'au" Brésil ?

(je ne suis plus averti par courriel des nouvelles parutions : normal ?)

Par morvandiaux, le 28/10/2018 à 15h58

Et bien quel entretien!! Vraiment bravo pour le travail de Mr Chamayou, son éloquence. Et puis bravo pour "Hors série". Merci à toute l'équipe. François Leroux.

Par François Leroux_1, le 27/10/2018 à 19h48

Brillantissme ! Merci ! Et la fin, pleine d'espérance malgré tout.

Voilà donc la question existentielle que se posent les néo-libéraux : comment être sûrs de faire du monde un enfer, pavé de mauvaises intentions ?
He bien, ils sont en tout cas en passe de réussir.

Par Yanne, le 27/10/2018 à 17h45