Hors-Série
Arret sur Images
Me connecter
abonnez-vous


Quelle crise de la masculinité ?

En accès libre

Francis Dupuis-Déri

La Une de l'Obs cet été a tiré la sonnette d'alarme : "Etre un homme après #MeToo" serait une affaire compliquée - laissant les mecs, comme sur la photo qui illustrait cette couverture, hagards, démunis et esseulés. Que l'on ne s'inquiète pas trop, cependant : depuis l'Antiquité romaine, chaque fois que la moindre revendication féministe se fait entendre, l'alerte est sonnée et les masculinistes sont sur le pont, annonçant que la masculinité est en crise et la société en péril. Bien sûr, à l'époque de Caton l'Ancien ça ne s'appelle pas comme ça : "féminisme" et "masculinisme" ne sont pas encore des notions en vigueur, mais ça n'empêche pas le-dit Caton de penser le phénomène en une vision tout à fait analogue à celle d'un Eric Zemmour : "Les femmes, écrit-il en 195 avant J.C., sont devenues si puissantes que notre indépendance est compromise à l'intérieur même de nos foyers, qu'elle est ridiculisée et foulée aux pieds en public".

C'est le livre de Francis Dupuis-Déri qui nous l'apprend, en nous offrant une très précieuse mise en perspective historique : la prétendue "crise de la masculinité" est vieille comme le patriarcat, et son expression connaît des périodes de recrudescence à travers les siècles, non pas lorsque les rapports de sexe tendent vers des formes d'égalité (par exemple au Haut Moyen-Âge en Europe) mais lorsqu'au contraire la domination masculine a repris des formes si radicales et si spectaculaires que les protestations des femmes se font plus vives - suscitant, à chaque fois, ce qu'on pourrait appeler une "Réaction masculiniste". Laquelle en général ne se contente pas de s'inquiéter qu'il ne soit plus possible d'être "un homme, un vrai" : c'est une rhétorique qui associe toujours la différenciation des sexes à leur hiérarchisation tacite (le masculin se caractérisant par des propriétés qui le vouent à une suprématie "naturelle") et cette hiérarchisation à la bonne santé de la société. Dès le XVIIIème siècle, le masculinisme est un nationalisme, assignant les femmes aux seules tâches reproductives afin de soutenir une démographie assez tonique pour assurer la suprématie nationale sur les nations rivales. Et si par malheur les nations connaissent des crises économiques ou des défaites militaires, c'est bien sûr à cause des femmes, ou de la "féminisation de la société".

Il faut le lire pour le croire, et le livre du politiste québecois est une hallucinante somme de citations, dont la lecture est aussi cocasse que terrifiante : il s'est vraiment trouvé, à toutes les époques à peu près, des masculinistes pour expliquer les malheurs du monde par les trop voraces conquêtes des femmes. Le génocide au Rwanda, les attentats du 11 septembre 2001, l'échec scolaire des garçons, le taux de suicide des hommes, ne cherchez plus : c'est à cause de l'émancipation des femmes et de la féminisation de la société.

On le comprend peu à peu, la soi disant "crise de la masculinité" a bon dos : c'est une arme de dépolitisation massive, qui permet de produire des pseudo-analyses du monde parfaitement aveugles aux rapports de violence et d'exploitation réels, et niant que la domination masculine est encore, factuellement, partout en vigueur. C'est aussi, tout bêtement, l'expression d'un anti-féminisme assez bas du front, qui s'invite ici et là - par exemple aux prochaines Universités d'été du féminisme, où s'exprimeront Raphaël Enthoven et Elizabeth Levy - en se faisant passer pour un art de la nuance ou un éloge de la différence dont il ne faut pas être dupe. Pour la paix des hommes et des femmes, pour leur émancipation respective et mutuelle, le masculinisme est le problème - ce n'est jamais la solution.

NB : Le livre de Francis Dupuis-Déri, "La crise de la masculinité, autopsie d'un mythe tenace", sorti au Québec (Ed. Remue Ménage), ne sera disponible dans les librairies françaises qu'à partir de janvier 2019.

 

En accès libre , émission publiée le 08/09/2018
Durée de l'émission : 83 minutes

Regardez un extrait de l'émission