Hors-Série
Arret sur Images
Me connecter
abonnez-vous


commentaire(s) publié(s) par Bernard Guericolas

9 commentaires postés

01/07/2017 - Aux Ressources - Macron et son "bloc bourgeois" : la grande illusion

En effet, comme le dit en conclusion Laura Raim, un entretien peu encourageant, mais brillamment éclairant. Éclairant, pour la petite histoire, en faisant comprendre enfin pourquoi Delors (et sa fille Martine Aubry) et Rocard ont été les renards dans le poulailler, rusés et sans scrupules, fondamentalement des ennemis redoutables pour la majorité (silencieuse, parfois désespérée, parfois résignée, toujours abstentionniste en politique) du peuple de la France, dans sa diversité, et abandonné par les élites du Pouvoir.
Éclairant sur l'évolution à court et moyen terme : il me semble que ce n'est pas dit, mais que c'est sous-jacent : la seule voie de pouvoir ouverte à Macron, c'est la voie de l'autoritarisme. C'est le seul levier, dans l'impossibilité de maintenir plus que quelque mois un bloc social dominant cohérent, tout en employant les formules habituelles du pouvoir politique ("démocratie" représentative, débats, négociations, compromis). C'est la voie de l'autoritarisme "Jupitérien", bonapartiste (ordonnances, ou plutôt arrêtés, du Premier Consul), voire Impérial (Napoléon Macron comme l'a identifié Jacques Dutronc). Macron lui-même ne s'en est pas caché en préconisant la verticalité du pouvoir et l'horizontalité de la "communication" (Article d'Emmanuel Macron intitulé "J'ai rencontré Paul Ricœur qui m'a rééduqué sur le plan philosophique" Le 1 hebdo, N°64, 8 juillet 2015)
Encore un immense merci pour nous avoir fait connaître la pensée de Bruno Amable et pour avoir mené aussi brillamment cet entretien. :-)

posté le 02/07/2017 à 14h31

11/06/2016 - Aux Ressources - La domination policière

P.S. Merci à Gauthier R. pour (ci-dessous) l'adresse YouTube de l'exposé sur le post capitalisme de Frédéric Lordon et Eric Hazan. Pas vraiment le même sujet, mais très important aussi.

posté le 14/06/2016 à 00h35

11/06/2016 - Aux Ressources - La domination policière

Glaçant ! Mais très intéressant. Merci d'avoir publié cette entrevue et merci à Laura Raïm de l'avoir menée avec sérénité et intelligence. Bien sûr (pour répondre à certaines objections : @JEAN HETZEL, @l'oranger), il ne s'agit pas ici d'histoire ni d'analyse scientifique sociologique, mais d'une vision de nature philosophique. Glaçant, car c'est un déroulé rationnel très redoutable, certes manichéen, mais c'est la loi du genre. Heureusement, les dernières phrases apportent un sourire et une ouverture vers une forme d'optimisme et d'humanisme.
Maintenant, ceux qui ne sont pas convaincus de la réalité du problème, lisez par exemple David Graeber : "The first 5 000 years" pour avoir une perspective dans le temps et l'espace, non moins glaçante, de l'Humanité et, du coup, une analyse parfaitement historique, rigoureuse et scientifiquement documentée ...
En premier lieu, ce genre d'exposé, aussi dur soit-il à entendre permet d'être clairvoyant et vigilant. Ensuite cela permet d'apporter d'autres clefs de compréhension sur ce qui se passe en ce moment et d'éviter de se fourvoyer en enfonçant sa tête dans le sable pour ne rien voir ...
Autant de raisons pour ne pas jouer les apprentis sorciers comme le font les inconscients avides de pouvoir qui profitent de leur position politique dominante à Paris comme à Bruxelles pour tenter d'imposer une vision idéologique détachée de toute réalité.

posté le 13/06/2016 à 20h08

27/02/2016 - Dans Le Film - Pourquoi les coiffeurs ?

Oui, magnifique émission, il faut le répéter quitte à ne pas être original ... Une heure de pensée dans les plus hauts sommets de clairvoyance. Comment, pauvre spectateur aveugle, apprendre à entrevoir le génie. Comment, face à des apparences simples, "naïves", comprendre l'unité, la cohérence, le rythme et l'essor final vers l'universel et l'absolu.

Une heure de pur plaisir qu'on ne voit pas s'écouler.

Merci, vraiment !

posté le 28/02/2016 à 19h32

21/11/2015 - Aux Ressources - La réaction philosémite

Commentaire ... un mois après ! Mais n'est-ce pas la beauté de Hors-Série, comme de Arrêt-sur-Image, de pouvoir écouter les émissions quand on le veut et à tête reposée ?
Encore une émission remarquable [malgré le, ou à cause du, visible calvaire grippal des deux intervenants :-) ], remarquable notamment par son contenu, à la fois accessible, humble (au sens de non arrogant) et innovateur, pionnier ...
La phrase de conclusion, non moins remarquable, mériterait à elle seule une seconde émission (mais c'est peut-être justement là le contenu des ouvrages de Ivan Segré que je vais donc me précipiter pour obtenir).
"Le primat de l'Identité sur la Contradiction, c'est la position réactionnaire et le primat de la Contradiction sur l'Identité, c'est la position progressiste." Entreprendre cette approche à partir de la Sortie d’Égypte par le Peuple Hébreu, et le faire sur la base d'une connaissance intime du Talmud : Quel magnifique programme ce serait pour une seconde émission !
Quoi qu'il en soit, un immense merci pour ce que vous faites.

posté le 24/12/2015 à 18h04

28/11/2015 - Dans le Texte - Histoire de la laideur féminine

Cette émission, à nouveau remarquable, ouvre des horizons incroyables. Et comme toujours, on se dit : c'est si évident, pourquoi ne s'est-on pas posé la question avant ? De dévoiler les "évidences" est le propre du génie.
Par exemple, on avait bien remarqué (c'est une banalité) qu'en statuaire classique, on représente fidèlement le sexe masculin et on euphémise (en réalité, on élimine) le sexe féminin. Réponse banale habituelle : "par pudeur", ce qui ne signifie rien puisque la pudeur devrait jouer également dans les deux cas ; et on ne posait pas la question au delà, alors que cette question, on le voit bien ici, ouvre des perspectives cruciales.

Par ailleurs, référence au texte cité par Madame Sagaert : Excision et nymphoplastie : «Ça n’a rien à voir ! » de Dina Bader
https://unige.ch/sciences-societe/socio/files/3514/0533/5906/bader.pdf

Dans l'exposition "Qu'est-ce qu'un corps" au Musée du Quai Branly, une approche de l'excision et de la circoncision (Pratiques assez universelles sur tous les continents) donnait l'hypothèse d'un souci d'éliminer ce que la "nature" avait mis de féminin dans le corps masculin (le prépuce) et ce qu'elle avait mis de masculin dans le corps féminin (le clitoris). Encore le souci d'une différence parfaite entre l'homme et la femme (par peur de perdre le pouvoir ""naturel"" ... ?)

Encore merci pour cette ouverture d'esprit !

posté le 03/12/2015 à 23h09 ( modifié le 03/12/2015 à 23h47 )

24/01/2015 - Aux Ressources - Contre l'université

Ah ! Les entretiens comme on les aime : simples, calmes, sereins, fluides et en même temps forts, qui secouent les idées reçues, qui ouvrent des espaces de réflexion, qui mettent des mots sur ce que l'on entrevoyait sans pouvoir le formuler. Quel défi pour les jeunes (et moins jeunes) intellectuels ! Mais la lumière s'allume au bout du tunnel.
À noter la remarque, inédite pour moi, sur Bernard Pivot, "gentille" mais décapante ! Le très populaire M. Pivot a sûrement eu un rôle positif pédagogique majeur, mais on s'aperçoit maintenant que personne ne lui a apporté la contradiction éditoriale et intellectuelle ... (Qu'en pense Judith?)
D'où la nécessité absolue et vitale de Hors-Série.

Merci à l'équipe et à Laura.

posté le 26/01/2015 à 16h02 ( modifié le 26/01/2015 à 16h04 )

04/10/2014 - Dans Le Film - Qu'est-ce qu'un bon film ?

Merci Murielle et Judith de nous avoir fait connaître Laurent Jullier ! Cet entretien pointilliste (peu d'arguments sont poursuivis très avant) donne envie de beaucoup creuser cette question : beau absolu universel vs. beau subjectif (au cinéma comme dans tous les artefacts). En tous cas je vais me précipiter sur ce livre. Un début de réponse par Laurent Jullier vers la fin : donner les outils pour mieux discerner les modalités du beau et donner les mots pour l'exprimer. Et puis, je me sens à 100% en phase avec Laurent Jullier (mais il faut que je le lise) et je commence à comprendre pourquoi je supporte si mal les "critiques" de Pierre Murat ou Louis Guichard, entre autres. Mais je ne devrais pas en être si irrité : comme il est dit dans cette émission, "la critique cinématographique est une forme littéraire comme une autre". Alors, si la critique cinéma n'est que littérature, pourquoi en éprouver désagrément et colère ? ;-)

posté le 05/10/2014 à 01h18

19/07/2014 - Aux Sources - La démocratie contre la presse

Rien à ajouter aux commentaires précédents : Brillant et si agréable à écouter ! Merci de nous ouvrir ainsi de nouveaux horizons, tellement d'actualité.

posté le 20/07/2014 à 21h17