Hors-Série
Arret sur Images
Me connecter
abonnez-vous


Le salaire à vie

Dans le Texte

Bernard Friot

Ça fait déjà un moment que je cite Bernard Friot partout où je peux. Pour l’avoir entendu ici et là (essentiellement dans des conférences ou débats filmés, disponibles sur Internet) parler du salaire à vie pour tous dès 18 ans, insister pour que nous nous percevions TOUS comme des producteurs d’une valeur qui doit être reconnue par un salaire inconditionnel, j’étais emballée et je reprenais certaines de ses phrases comme des fétiches – « Il y a des institutions qui génèrent les capacités qu’elles postulent », « Il faut interdire la propriété lucrative et n’accepter que la propriété d’usage ». Je parlais sa langue, faisais circuler sa pensée… Mais je ne l’avais encore jamais lu ! Il était temps d’y remédier, et de lui consacrer un Dans le texte. Je me suis donc procuré son dernier bouquin, Emanciper le travail, et m’y suis lancée avec l’enthousiasme des cœurs conquis.

Le choc a été rude : les premières pages, débattant de la valeur d’usage, de la valeur économique et de la valeur marchande, opposant travail concret et travail abstrait, me passaient pour l’essentiel au dessus de la carafe, au point que j’ai écrit en marge de la page 50 : « je ne comprends rien !!! » avec une rage qui s’est profondément gravée dans le papier. Mais je me suis accrochée : entrer dans un texte qui fait l’oursin, accueillir une pensée qui fait la révolution dans les plis du cerveau, suivre l’envol d’une démonstration qui file vers l’abstrait façon fusée interstellaire, je l’ai déjà vécu, et ça s’est toujours très bien fini. Avec Friot ça m’a fait comme avec Lordon – et l’inoubliable Capitalisme, désir et servitude : après les commencements ingrats où l’on croit se noyer à chaque page, vient un moment où l’on sait nager, et puis ensuite tout est limpide, on file à grandes brassées vers un horizon parfaitement net. Ensuite on n’a qu’un désir : partager cet horizon avec d’autres, le plus nombreux possible.

C’est le moment de l’entretien, et bien sûr je sais devoir faire passerelle : entre cette pensée, que je comprends parfaitement désormais, et le public, dont je ne sais pas où il en est, il faut s’assurer que le courant passe. C’est vous qui me direz, quand vous l’aurez vue, si l’émission vous permet d’entrer à votre tour dans le projet Friot : le projet d’une reprise du mouvement révolutionnaire dont l’essentiel s’est joué en 45, quand la classe ouvrière a institué une pratique de la valeur radicalement anticapitaliste. Statut de la fonction publique et son salaire à vie, Sécurité sociale pour tous, reconnaissance par la cotisation d’une production de valeur qui se passe d’employeur, de marchandises et d’actionnaires, on ne mesure pas à quel point le « déjà là » dont nous disposons dans nos institutions est d’une puissance subversive propre à nous sortir définitivement du capitalisme – il n’y a qu’à pousser plus loin le principe de la cotisation. Ça prendra quelques siècles, sans doute, mais le boulot est déjà commencé (c’est rassurant) ; ne reste plus qu’à en prendre conscience et à lutter dans le bon sens - qui n’est pas forcément celui où se sont enlisées les luttes syndicales des dernières décennies, acculées à lutter sur le terrain du capitalisme au lieu de le récuser purement et simplement. Bref : la révolution commence d’abord dans nos têtes, dans nos manières de dire et de penser la valeur, et cet entretien vous permettra probablement d’amorcer le premier virage. Je ne sais pas si vous pourrez tout comprendre du premier coup, mais Bernard Friot, lui, était exalté quand nous avons fini : il n’avait, dit-il, « jamais été aussi bien compris ». Youpi.

Référence :

Bernard Friot : Emanciper le travail, La dispute, 2014.

Dans le Texte , émission publiée le 19/09/2015
Durée de l'émission : 93 minutes

Regardez un extrait de l'émission