Hors-Série
Arret sur Images
Me connecter
abonnez-vous


commentaire(s) publié(s) par Spawn

9 commentaires postés

23/12/2017 - Aux Sources - Le ventre des femmes

Ma-gni-fique !

Merci Françoise Vergès et Manuel.

posté le 24/12/2017 à 15h56

30/11/2017 - En accès libre - Le Front éditorial

Bonjour Raphaël, à 23:05 il est indiqué "François Maspero" à la place de "Maurice Nadeau".

Merci pour votre travail. Précieux site.

posté le 03/12/2017 à 15h17

18/11/2017 - Dans le Texte - Philosophie de la violence

Merci infiniment une fois de plus Judith pour cet entretien que je saisis personnellement, comme les autres en général, comme un outil d'autodéfense intellectuelle face aux dominations à l’œuvre dans ce monde.

Quant à la conclusion et la phrase mise en exergue "il ne s'agit pas d'apprendre à se battre mais de désapprendre à ne pas se battre", c'est pour moi, homme blanc prolétarisé de 34 ans, une évidente mise en mots de mon ressenti de spectateur des entretiens de Hors Série. En effet, je vis très souvent ces expériences de visionnage d'entretiens comme des formalisations de ma puissance d'abonné Hors Série par, aussi, mon identification aux oppressions et dominations (quelles qu'elles soient) explicitées et analysées par les invité.e.s.
Et cette formalisation de puissance bien plus que l'explicitation d'une impuissance à combler.

On sent qu'il y a déjà un peu de renoncement dans l'apprentissage à se battre, quand il y une conception radicale du non sens ontologique des dominations dans le désapprentissage à ne pas se battre.

Fin de la digression personnelle.

Cet entretien d'Elsa Dorlin sur France Culture est aussi très bien : https://www.franceculture.fr/emissions/la-grande-table-2eme-partie/la-grande-table-2eme-partie-jeudi-12-octobre-2017

Grand merci, encore.

posté le 19/11/2017 à 18h34

26/08/2017 - Aux Sources - Anarchist in the UK

Génial. A chaque fois c'est un cadeau ces entretiens.

Une remarque, à 24 min : "politiciens d'extrême gauche". Non ? Vraiment, cette traduction de "far left politicians" ?

posté le 16/09/2017 à 15h03

06/05/2017 - En accès libre - Osons causer dans l'entre-deux tours

Bonjour,

merci pour l'émission, c'était excellent, comme d'habitude.

A quel(s) écrit(s) (ou vidéos) de Bourdieu fait référence Ludo à la 33ème minute lorsqu'il parle de la définition Bourdieusienne de "gauchisme" pour décrire le primat à être plus radical que la radicalité dans un champ donné ?

Merci pour vos références.

posté le 09/05/2017 à 01h19

05/11/2016 - Dans le Texte - Les affects de la politique

Exceptionnel.

La longueur de mes notes est proportionnelle à la joie éprouvée au visionnage.

Je ressors de cet entretien à cet instant avec un désir d'action politique décuplé par le sens à lui donner.

Merci Judith et Raphaël.

posté le 06/11/2016 à 13h02

01/10/2016 - En accès libre - A gauche de la présidentielle

Dans le sens d'Annie HUET, la partie du discours de Mélenchon à Boulogne concernant les migrants, ça dure 10 minutes : https://www.youtube.com/watch?v=QzurRkp0khA

J'ai aimé "le vote Mélenchon comme carburant pour le mouvement social" (Aguiton) et aussi "l'impossibilité de la critique dans le soutien critique pendant une campagne présidentielle" (Lévy).

Comme dit par Judith dans une table ronde sur le tirage au sort au cours du Remue-méninges du Parti de Gauche en 2015, un nœud réside dans l'impossible (?) résolution de l'équation suivante : Comment faire rentrer l'horizontalité et la démocratie radicale dans une campagne électorale la plus verticale et personnelle qui soit.

Il me semble que Mélenchon est meilleur que les autres candidats de gauche "critique" de ces dernières décennies justement parce qu'il ne se défend pas de jouer au candidat présidentiel (la fonction la plus diabolisée à gauche lorsqu'elle est assumée avec un horizon de victoire ou d'hégémonie électorale) ET parce qu'il défend la 6ème république par la constituante, "prenez le pouvoir", le pouvoir des assemblées citoyennes locales (cf. Venezuela...).

L'ouverture d'esprit, l'inflexion théorique, le changement de paradigmes par l'argumentation rationnelle ne sont pas des idées abstraites ou de marketing politique chez Mélenchon, en témoignent les 3 exemples suivants :
- Judith parle du "tirage au sort" qui a infusé ces dernières années au sein du PG, du M6R et chez Mélenchon. Elle a été à l’œuvre et au combat idéologique pour ça et sa parole est portée et soutenue chez les militants.
- Pour ma part, je peux témoigner du travail de fond et du chemin écologiste parcouru au PG avec l'ouverture aux thèses décroissantes de Paul Ariès notamment (Corinne Morel Darleux et Martine Billard en chevilles ouvrières). Le fait que Mélenchon abandonne la terminologie de la "croissance" et fasse de l'éco-socialisme la matrice idéologique de sa pensée est une preuve à mon sens de l'honnêteté de la démarche d'ouverture à l'origine de la création du PG (parti dit "creuset").
- On peut citer le travail fait et les évolutions (toujours trop lentes pour les militants) sur la question de l'euro avec l'influence majeure du courant protectionniste (Bernier, Lordon, Ruffin...), le sommet du plan B etc, malgré tout ce qu'il y a à redire.

Tout ça pour dire qu'à mon sens, Mélenchon réfléchit et amende honnêtement ses positions politiques à la lumière des argumentations et des rapports de force théoriques qu'il rencontre dans son camp (mais le plus souvent totalement hors champ médiatique).

Cependant, de l'extérieur, on n'y croit pas. La remise en question et l'analyse critique de ses positionnements idéologiques apparaissent contradictoires avec l'image médiatique d'un Mélenchon assertif et dogmatique.

Et à part raconter le parcours idéologique effectué de l'intérieur, rien n'a d'effet sur mes interlocuteurs de gauche aspirants à l'horizontalité (pour le dire comme ça) : c'est un "autocrate de gauche", "Bonapartiste populiste" etc.

J'avoue qu'après les mois de mouvement social cette année et l'expérience NuitDebout (et ses centaines de rencontres souvent à l'écart des organisations veticalisantes), je ressens à cet instant une certaine difficulté à aller défendre cette voie là (faire la campagne de Mélenchon), comme si dans ma (nos) tête(s), on était déjà passé à autre chose et que la dose d'horizontalité dans sa candidature n'était plus à la hauteur des attentes soulevées.

Dit autrement, j'ai le conatus révolutionnaire euphorique qui vise l'adage JudithBernardien "sortir du capitalisme par la démocratie radicale" et je sens mon angle alpha d'avec le désir maitre #JLM2017 s'ouvrir inexorablement...
A moins que je ne reconsidère #JLM2017 comme l'inéluctable capture verticale, l'imperium progressiste présidentiel :)

#Lordonmaradicalisé

posté le 03/10/2016 à 23h27 ( modifié le 03/10/2016 à 23h31 )

14/05/2016 - En accès libre - De la violence politique

Judith,

à la question sur les éventuelles suggestions concernant la convergence des luttes entre les racisés des quartiers populaires (langage Bouteldjien) et la petite bourgeoisie intellectuelle (langage Ruffinesque), les Indigènes de la République ont écrit un texte court et important sur "comment sortir de l'entre-soi" : http://indigenes-republique.fr/nuit-blanche-debout-comment-sortir-de-lentre-soi/

La conclusion/proposition décoloniale de l'article :

"Que faire ? Venez sur notre terrain. Notre terrain, c’est un agenda politique où nos priorités ne seront pas systématiquement les vôtres, où nos intérêts seront parfois concurrents, voire contradictoires. Ce qui n’implique pas que la convergence est impossible. Au contraire, c’est là qu’elle est plus que jamais nécessaire, c’est là qu’elle pourra être effective. Car il faudra alors « négocier » les conditions requises d’une alliance véritable, d’égal à égal, prémisse de cet « amour révolutionnaire » que nous appelons de nos vœux. Non pas une convergence abstraite et prophétique mais le projet politique d’une majorité décoloniale que nous pourrions nous atteler à construire ensemble, dans une égale dignité."

A titre personnel, je ressens fortement que le concept "décolonial" est une pierre angulaire de cette convergence des luttes, convergence dont la valeur énonciatrice est largement performative. Penser sans relâche sa condition de colon symbolique (ou de dominant pour parler le Bourdieu) pour relier les opprimés des 3 bords : le lumpen prolétariat blanc, les quartiers populaires racisés, la petite bourgeoisie intellectuelle précarisée ou pas.

Si NuitDebout permet de trouver ces passerelles et de ne plus les lâcher (car la fraternisation joyeuse dans la longue durée est fondamentale), ce sera une grande victoire de mon point de vue.

Des ponts, des ponts, et encore des ponts :
http://www.hors-serie.net/Dans-le-Texte/2016-04-09/Vers-l-amour-revolutionnaire-id176
https://blogs.mediapart.fr/les-invites-de-mediapart/blog/020516/pour-le-droit-la-non-mixite
http://www.contretemps.eu/lectures/gauche-peut-elle-dire-%C2%AB-nous-%C2%BB-houria-bouteldja

posté le 20/05/2016 à 01h27 ( modifié le 20/05/2016 à 01h29 )

19/09/2015 - En accès libre - Le salaire à vie

Merci Judith pour cette superbe émission et j'ai adoré pouvoir rentrer dans les détails conceptuels et de mise en pratique de la proposition de B. Friot. L'enrichissement textuel sur la vidéo pendant l'explication de Friot (à partir de 01:05:00) sur la formation d'un prix est une initiative géniale à mon sens car permet de comprendre et mieux intégrer le propos.

Je cherche encore comment rendre plus utile pour moi (et pour d'autres, à visée pédagogique et de diffusion) le contenu des entretiens de Hors Série. Pour l'instant la prise de notes personnelle est une ébauche mais si d'autres sur ce forum ont des outils simples pour enrichir la vidéo, je suis preneur.

Exemples : videonot.es (qui fonctionne à moitié en récupérant le lien vimeo sur la page de la vidéo), Lignes de temps etc...

posté le 19/09/2015 à 16h49 ( modifié le 19/09/2015 à 17h10 )