Hors-Série
Arret sur Images
Me connecter
abonnez-vous


Députée insoumise

Aux Sources

Danièle Obono

La France insoumise est désormais la première force de gauche. Si l’on se fie à l’audience médiatique de ses députés ainsi qu’à la côte de popularité de son leader, elle postule aussi au statut de premier opposant à la politique d’Emmanuel Macron. Les insoumis traversent néanmoins une période agitée : polémique autour de la question migratoire, perquisition au siège de campagne, critiques sur le manque de démocratie interne. Après deux années d’existence, le mouvement reste en pleine construction. Pour faire un bilan d’étape, je reçois aujourd’hui Danièle Obono, députée de la 17e circonscription de Paris.

Bibliothécaire de profession, Danièle Obono est co-autrice de deux récents ouvrages. Le premier, Insoumises à l’Assemblée (La Dispute, 2018), constitue un retour réflexif sur sa première année au Palais Bourbon avec, en toile de fond, cette interrogation : comment s’investir dans les institutions de la Ve République sans se couper des mouvements sociaux et sans perdre de vue que l’objectif est de renverser cette monarchie présidentielle dont on accepte provisoirement de jouer le jeu ? Le second ouvrage, La régression en marche (Seuil, 2018), dresse un bilan de l’action du gouvernement et des propositions alternatives émises par les insoumis. Co-signé par les 17 députés du mouvement, ce livre entend prouver que la France insoumise est prête à gouverner le pays, sans renier ses ambitions subversives.

Mais, en attendant une éventuelle victoire en 2022, les insoumis sont pour l’instant cantonnés aux rangs de l’Assemblée nationale. Cette dernière fait l’objet de critiques récurrentes : des députés déconnectés du réel en raison d’un salaire auquel le commun des mortels n’oserait pas même rêver ; un hémicycle aux trois quarts vide y compris lorsqu’il s’agit de voter des textes aussi importants que l’augmentation du budget de la recherche sur le cancer des enfants ; un Parlement impuissant et donc inutile, soumis aux caprices de l’exécutif. Le fossé entre gouvernants et gouvernés est profond. La France insoumise entend le résorber en offrant un relai politique aux aspirations populaires. Mais comment s’y prendre ? Notre entretien est parti de cette question afin d’examiner le rapport que la France insoumise entretient avec les syndicats, les quartiers populaires et les médias, mais aussi avec ses partenaires de gauche, au niveau national et au niveau européen.

Danièle Obono s’est livrée au jeu avec franchise et ses réponses sont précieuses pour toutes celles et ceux qui considèrent que la gauche est à reconstruire. Bon visionnage !

Manuel Cervera-Marzal

Aux Sources , émission publiée le 01/12/2018
Durée de l'émission : 76 minutes

Regardez un extrait de l'émission

Commentaires

16 commentaires postés

j'ai ramé j'ai ramé... elle est plutôt sympa Danièle mais il a fallu que je m'accroche pour donner consistance à ses idées à priori plutôt honnêtes. Il y avait en arrière fond à me parasiter tout ce que je déteste la/les tambouilles qui m'ont tuées dans ma militance politique pure et dure. Se pose la question du désir (du désir de politique j’entends)des affectes (dont parle Chantal Mouffe dans une excellente émission que l'on peut voir sur le site. j'suis devant un paradoxe, il y a des limites à l'idéologie tout en reconnaissant sont coté indispensable

Par Maunoir Charbonnel, le 25/12/2018 à 12h05

J'ai beaucoup apprécié cette émission.

Intéressante, non pas parce qu'elle expose des théories grandiose mais parce qu'elle nous montre une militante dans sa vie de tous les jours.

Et pour ma part je préfère comprendre les actes et ce n'est pas tant les réponses que la manière de répondre de Danielle, toute en interrogation, qui me rassure sur sa détermination mais aussi sa grande capacité reflexive.

Je constate que les commentaires postés n'apportent pas grand chose.
Il serait bien d'avoir le même système de discussion ici que sur Arret sur Image.

Par Bruno Généré, le 17/12/2018 à 17h35

On a eu les bonnets rouge hier, aujourd'hui ce sont les gilets jaune, demain les pantalons bleus et après demain les kilts multicolors peut être. Manifestement nous sommes en face d'une dissidence sociale de masse qui se met en place, mais cela n'a pas l'air de perturber nos spécialistes de la révolution qui sont très doués dans l'incantation à l'unité mais qui ont loupé le coche de celle-ci après le succès du non au référendum.Gouverner? ils en sont incapables et n'en ont ni les moyens ni les capacités donc pas crédibles. Animal on est mal comme dit la chanson!!!

Par Marpian, le 10/12/2018 à 23h16

Fort peu intéressant cet entretient. Finalement, elle ne dit rien. C'est très vide. Elle m'a perdue à la question de l'indemnité bien sûr... du vent, rien que du vent. Ça me déçoit pas mal. La gauche est en effet à reconstruire encore... ;)

Par Sophie Del Fa, le 09/12/2018 à 00h37

Très très belle langue de bois sur la question des salaires des députés. Une député macronienne aurait pas fait mieux :
1) y'a des gens qui gagnent plus ds la fonction publique (et donc?) et puis c'est pas un salaire mais une indemnité
2) Ya des raisons pour de tel salaires :
- Eviter que seuls les riches puissent se permettre de faire de la politique : oui parce que à 2000 on peut pas vivre donc faut 5000 (et on mentionne pas les avantages en nature bien sur)
- Eviter la corruption : ce que tous les scandales financiers qu'on se tape contre-disent. C'est presque à se dmder si plus le salaire est élevé plus ya de corruption. Doit probablement y avoir un juste milieu.
3) La question technique et du quel serait le "bon" salaire, en fonction des enfants etc... pour noyer le poisson
4) Ruffin c'est Ruffin quand même il a un réseau, des nanani des nanana
5) Parler de non cumul, ce qui est culotté quand on voit la carrière de jlm et autain. Et puis quand on lui en parle au final (merci le réalisateur) c'est une chance...
6) On a pas pensé à ça (mais oui bien sûr)
7) Contre-feux avec l’histoire de Liem

Et aucune contradiction de Manuel.

Sauf erreur de ma part, aucune question sur le fonctionnement et le supposé manque de démocratie interne à la FI ce qui est très dommage.

Pour finir sur du positif, argumentaire très intéressant sur le journalisme et les migrants, merci à Mme Obono.

Par Yann Lambert, le 08/12/2018 à 01h22

@Jean-Philippe Bonneville

c'est exact, parce que précisément aucun salaire ne serait suffisant pour empêcher la corruption. Pourquoi pas 8000/10000/20000 etc.

Par Anthony, le 07/12/2018 à 15h09

Excuses ;dans un de mes commentaires j'ai confondu 2 noms Joseph Kessel (romancier académicien ,paroles chant des partisans etc..) et Stéphane Hessel (indignez vous) étourderie imbécile qui me réveille en pleine nuit!

Par Catherine Richard_1, le 07/12/2018 à 01h22

Ca m'étonne qu'elle défende la hauteur de l'indemnité parlementaire sous prétexte qu'elle empêche la corruption. D'une part elle n'empêche rien du tout d'autre part ce qui est efficace contre la corruption c'est la surveillance (notamment de la justification des dépenses pro) et les sanctions sévères. En France il y a un tabou sur le fait d'envoyer en prison les cols blancs, entre autre les politiques. On sent le malaise vis à vis de cette question. En quoi un salaire inférieur empêcherait de faire son travail. Bref.

Par Jean-Philippe Bonneville, le 06/12/2018 à 15h53 ( modifié le 06/12/2018 à 15h53 )

vivement la création d'un parti front populaire car c'est pas avec ce type de militantisme que nous sortirons du sable

Par bernejo, le 02/12/2018 à 14h09

Emission ratée.
Pas intéressant d'un point de vue historique ni politique.
On dirait qu'elle ne maitrise pas ce qu'est le capitalisme. J'ai l'impression qu'elle répète le discours décousu de son parti.
Elle tape inutilement sur les médias.. Connait-elle ce qu'est Hors série et son public?
Cela me donne une nouvelle fois une mauvaise image de la France Insoumise.

La seule mini partie intéressante mais pas nouvelle est celle sur sa "découverte" du fait d'être noir.e (dans un pays occidental).
Quand elle parle du planning des débats et vote à l'Assemblée, comment font les députés qui eux votent à 5h du matin ? L'excuse elle marche une fois, je ne savais pas, mais la 2ème fois ?
Les députés de "gauche" sont allergiques au travail de nuit ?
Il faudrait m'expliquer... C'est quand même pitoyable comme excuse.
"Travailler à la cravache comme dans une entreprise", non, toutes les entreprises ne traitent pas leurs employés comme des esclaves, allez travailler dans le privé Madame Obono

Par Winston Zweig LPL, le 02/12/2018 à 12h55

Le problème de D. Obono, c'est qu'elle disqualifie toute critique de la FI et de sa ligne (qui ne passe pas seulement par le programme, l'AEC, mais aussi par les déclarations franchement ambiguës de ses dirigeants sur Twitter et les médias classiques) en ne s'attaquant qu'aux critiques les plus caricaturales. Evidemment que ceux qui qualifient la FI de "gauche anti-migrants" font un sale amalgame. Mais JLM a explicitement décrit l'immigration comme un phénomène organisé par les patrons "via les traités de libre-échange", posant les réfugiés comme des alliés objectifs du patronat. C'est hyper critiquable, et JLM a été hyper critiqué pour ces déclarations dégueulasses, mais évidemment D. Obono ne réagit pas là dessus et préfère répondre à la critique bas de gamme du type "la FI tous racistes" dont on sait tous qu'elle est excessive.
Ca s'appelle la langue de bois. Bravo à elle, elle a appris vite.

Par docteur Sócrates, le 02/12/2018 à 07h36

dernière nouvelle tombée sur mon "téléscripteur" avec un peu de retard; https://www.youtube.com/watch?v=ccBKAA5L6_0&feature=em-lsp

Par Catherine Richard_1, le 01/12/2018 à 23h04

Pour une fois que je ne me sens pas seule dans la contestation, ça réchauffe le coeur, alors je vais en rajouter une couche, pour que nos anciens ne soient pas morts pour rien et sur les paroles de Joseph Kessel (indignez vous) et Maurice Druon (les rois maudits , les grandes familles académicien); https://www.youtube.com/watch?v=sUZWlf_vuKg

Et un clin d'oeil pour notre meilleur allié https://www.youtube.com/watch?v=z1Rs7Yw3vUc

https://fr.wikipedia.org/wiki/Pertes_humaines_pendant_la_Seconde_Guerre_mondiale

Par Catherine Richard_1, le 01/12/2018 à 21h54 ( modifié le 01/12/2018 à 22h24 )

Bonjour à tous ,bonjour ME Obono et M.Cerveras Marchal

Vous serait il possible ,si l'on veut encore considérer que cette plateforme soit " politique" et" intellectuelle", de prendre de la hauteur, avec l'histoire par exemple?

Le plus grand menteur du XXème siècle; https://www.youtube.com/watch?v=pqhe2PczPo8 Il m'a enfumé jusqu'à Maastricht où j'ai voté non , puis non à la constitution et dénie de démocratie.

L'Europe en effet c'est la paix !! Voilà un document que j'ai découvert aujourd'hui avec la plus vive émotion; https://www.dailymotion.com/video/xejq47

Vous serait il possible d'avoir au moins la curiosité ,toute "intellectuelle", d'écouter ce résumé; https://www.youtube.com/watch?v=1XfRhCKv6QE

Et de réfléchir à cela ; https://www.youtube.com/watch?v=2LMhpYEl1dM

Méfiez vous des plans foireux de JML
Le plan A prévoit de mettre fin au dumping « par une politique volontariste et rapide d’harmonisation sociale et fiscale par le haut dans toute l’UE avec inscription d’une clause de non-régression des droits sociaux »308. Pour LCI, ce plan A consiste à « refonder l’Union européenne de manière plus démocratique, sociale et écologique »309. Le plan A comprend notamment les mesures suivantes : l'abandon des règles budgétaires qui fondent l'euro, la fin de l’indépendance de la Banque centrale européenne309, l'arrêt de la libéralisation des services publics, la mise en place d'un protectionnisme solidaire310, et la régulation de la finance avec l'interdiction d'instruments financiers toxiques et le contrôle des mouvements de capitaux311.

Le plan B prévoit entre autres la réquisition de la Banque de France306, l'arrêt de la contribution de la France au budget de l'Union européenne et la mise en place d'« un contrôle des capitaux et des marchandises aux frontières nationales pour éviter l'évasion fiscale des plus riches et des grands groupes »309. Cette sortie de l'Union européenne par le plan B serait unilatérale ou avec un petit groupe de pays, ce qui permettrait de « rebâtir un nouveau projet européen »306,312: « On part avec ceux qui sont d’accord avec nous et on fait autre chose. La France n’est pas pieds et poings liés à l’Union européenne. Nous avons d’autres environnements possibles, l’Europe de la Méditerranée, ce n’est pas rien309. »

SURRÉALISTES DANS LE CADRE des TUE ET TFUE Articles 63 et 47 entre autres, M. Asselineau est bien plus au fait que moi même. La France est entrain de disparaître ,l'heure est très grave.Des gens se mobilisent dans la rue mais ils ne savent plus contre qui ils luttent et la LFI contribue à les tromper! Macron n'est qu'une marionnette de la commission Européenne pilotée par Washington.
Et bien moi j'ose , Madame, VIVE LA FRANCE ; https://www.youtube.com/watch?v=jAEQiciJx_8



Par Catherine Richard_1, le 01/12/2018 à 21h23

d obono était bibliothécaire avant d'ètre députée, ça plaide en sa faveur, tant les médiathèques sont encore des espaces de gratuité, et de diffusion culturelle populaire.
son parcours politique est estimable au moins jusqu'au rapprochement avec le front de gauche. d'avoir suivit après, mélenchon, ce vieux renard politicien, admirateur de mitterand, si elle a le "style du pouvoir", ça sera un tremplin aussi puissant que cynique.
si les représentants du peuple ne cumulent pas plusieurs mandats, qu'ils gagnent 6000 euros par mois n'est pas choquant,car sans parler des heures passées à l'assemblé, ils doivent serrer des mains toute la journée, et arbitrer parfois des conflits d'intérets plus que sinueux. avoir le "final cut"... faut assumer!
la référence au référendum de 2005, comme date pivot, fédératrice des luttes anticapitalistes, serait risible si elle n'était pas aussi tragique, quant au symbole patent de "faire le jeu de la droite et de l'extrème-droite " que d obono signale par ailleurs.

Par luc lefort, le 01/12/2018 à 20h40 ( modifié le 01/12/2018 à 20h41 )

Bonsoir,
cet entretien avec Danièle Obono n'est vraiment pas intéressant. On a là un entretien fort convenu, pétri de bonnes intentions. Mme Obono détaille les orientations générales de son parti sans être contredite, notamment sur la participation aux médias et une quelconque "stratégie médiatique" dont on ne saura rien.
"On prend au sérieux la question des médias. On a une stratégie majoritaire, on veut être majoritaire, on veut être au pouvoir. Tous les espaces de pouvoir on veut y être." Tout est dit !
De plus, Manuel Cervera-Marzal ne semble pas être au courant que l'épisode des "Grandes gueules" , ô combien révélateur sur les impossibilités de la stratégie médiatique évoquée, ouvre l'entretien.
En conclusion, je crois qu'inviter des personnalités politiques à dérouler leur programme n'apporte pas grand chose au débat d'idées. Une déception, vraiment.

Par milola, le 01/12/2018 à 17h41 ( modifié le 01/12/2018 à 17h48 )