Hors-Série
Arret sur Images
Me connecter
abonnez-vous


commentaire(s) publié(s) par Laertes

3 commentaires postés

04/02/2017 - Dans Le Film - Mulholland Drive ou l'écologie des images

Comment ennuyer les spectateurs en une heure tout en parlant d'un grand film.
Quel ennui ! Quelle affrettement, quelle superficialité pleine de son importance ! (eh ouais, j'avais compris dès le premier visionnage) je n'ai pas pu regarder jusqu'au bout. Même France Culture fait mieux en matière de verbiage.
Ce monsieur et moi n'avons pas regardé le même film. Il en ôte toute la substance émotionnelle par ses interprétations à deux balles (la maladie psycacanalyste des pseudointello.) Si vous réinvitez ce monsieur, je me désabonne !

posté le 04/02/2017 à 20h55

12/12/2015 - En accès libre - Vertigo, une enquête

J'ai encore appris des choses sur ce film incroyable. Bravo à Jean françois Rauger, sa clarté et son ouverture. Tout à fait d'accord sur l'adjectif qui qualifie le mieux ce film à savoir "psychique",sur l'ambiguïté constante, sur les ruptures et les contrastes, et sur l'expressionisme subtil et........psychique du film. Vertigo est vraiment une machine redoutable qui excite nos neurones à la fois dans ses recoins les plus "archaïques" (attention ! Concept non psychanalytique)et sur la raison avec la perception jouissive de l'ambiguïté.
Quant à Kim Novak et son interprétation, elle fait partie de ces accidents divins du cinéma (comme Peter O' Toole ds Lawrence ou Bogart ds Casablanca), c'est à dire ces pièces rapportées qui se transforment en fondation quasi métaphysique. Elle est........miraculeuse !
Par contre je ne suis pas d'accord avec cette foutue lecture psychanalytique. Freud n'a rien découvert à part le faux "complexe d'oedipe". L'inconscient et ses avatars existaient bien avant lui. D'ailleurs plus Hitchcock est dans l'explication "psychanalytique", plus il est mauvais (cf. "la maison du docteur Edwardes" ou "Pas de printemps pour Marnie" ou encore pire l'explication finale idiote de "Psychose"). La psychanalyse est une idiotie gnostique et peut se mettre dans la catégorie bien décrite par Rauger des délires interprétatifs.
Je ne suis aussi pas d'accord avec Rauger quand il parle de la filature et de son côté "qui fait avancer l'histoire" . Pas du tout ! La filature est pleine d'une tension insoutenable et renforce le côté spectacle intrusif et pervers comme si Scottie (James Stewart) s'infiltrait dans le cerveau de la soi-disant folle Madeleine en suivant ses.........errements (le fameux "wandering"). Et c'est pour cette raison qu'Hitch a eu raison d'enlever les monologues intérieurs. Il fallait renforcer l'angoisse de la vision de l'imprévisibilité.
Quant à l'histoire de la "petite culotte" elle fait partie des provocations sexuelles d'Hitchcock tout à fait superficielles (ds la veine du train de la mort aux trousses) qui ne peuvent qu'abuser des gens comme Truffaut et ses admirateurs et le lien entre fétichisme et impuissance que fait Rauger est très............. "psychanalytique" c'est à dire limite foutage de gueule.
Je ne suis aussi pas d'accord avec ce que dit Murielle Joudet sur le fait qu'Hitchcock n'a pas filmé le couple. Bien au contraire Murielle, Hitchcock a disséqué (si je puis m'exprimer ainsi) le couple et TOUS ses avatars dans "Fenêtre sur cour" avec la fin tragique que l'on sait et surtout surtout , cette même fin en arrière plan pour le couple "Kelly/Stewart".

posté le 08/05/2016 à 18h06

02/04/2016 - Aux Sources - Médiocratie

J'aime beaucoup Maja, son naturel et sa subtilité cachée. Tout cela avec des gestes et une omniprésente fiche..
Par contre le son est bizarre. Les canaux sont inversés et des bruits intempestifs me donnent l'impression d'une présence non désirée chez moi.
Quant au décor j'aime bien Vertigo et Audrey Hepburn mais moins le babyfoot et les objets hétéroclites.

posté le 15/04/2016 à 23h20 ( modifié le 15/04/2016 à 23h32 )