Hors-Série
Arret sur Images
Me connecter
abonnez-vous


commentaire(s) publié(s) par sleepless

35 commentaires postés

16/07/2016 - Diagonale Sonore - Moondog

Waw, merci à tous les trois pour cette superbe émission !

posté le 28/07/2016 à 16h00

23/07/2016 - Dans Le Film - La Règle du jeu, une enquête

Mediocritas, mediocritas...

posté le 26/07/2016 à 19h44

09/04/2016 - En accès libre - Vers l'amour révolutionnaire

Passionnant, merci !

posté le 14/05/2016 à 14h22

09/04/2016 - En accès libre - Vers l'amour révolutionnaire

Rendons à César...
"Heureux soient les fêlés, car ils laisseront passer la lumière" est une citation de Michel Audiard.

posté le 14/05/2016 à 12h28

05/03/2016 - Aux Ressources - Le franc-tireur du journalisme

Judith : "seuls 5 ou 6 enregistrements d'émission ont été proposés aux souscripteurs Ulule"

Ah tiens, c'est marrant, il me semble n'avoir été prévenu d'aucun...

posté le 05/03/2016 à 16h56 ( modifié le 05/03/2016 à 17h03 )

20/02/2016 - Dans Le Mythe - Cyborg

http://a137.idata.over-blog.com/280x221/3/29/51/14/second-repertoire/repertoire-3/Dossier-n-4/Dossier-n-5/Dossier-n-6/Dossier-n-7/Dossier-n-8/Dossier-n-9/Rab1.jpg

posté le 26/02/2016 à 14h38

30/01/2016 - Diagonale Sonore - Marx aurait-il aimé le jazz ?

Duke Ellington a ajouté, avec Bob Russell et quatre ans après sa sortie, des paroles à "Concerto For Cootie", en en faisant alors "Do Nothin' Til You Hear From Me", un de ses plus gros succès, repris par une palanquée d'interprètes de toutes obédiences musicales.
Peut-on alors réellement parler du côté éphémère (dans le sens mis en avant par Christian Béthune) du morceau ?

On peut aussi discuter de sa compréhension de l'importance de la forme dans le jazz, qui est loin de se résumer à l'improvisation, selon lui but ultime.
Quand on connaît l'importance de l'écriture chez Ellington/Strayhorn, Gil Evans ou Vince Mendoza (pour n'en citer que trois parmi une multitude)...

Quant à Adorno, musicalement, il a aussi tapé fort sur la musique de films, dans "Composing For Films", co-écrit avec Hans Eisler.
Il a d'autre part écrit sur plusieurs compositeurs (Mahler, Berg, etc.).
Et, marxiste en diable dans Le Caractère Fétiche Dans La Musique Et La Régression De L'écoute.

Il faudrait peut-être rajouter quelques livres de ce philosophe dans la biblio.

posté le 02/02/2016 à 16h05

12/12/2015 - En accès libre - Vertigo, une enquête

Bonsoir Murielle,

Merci de vos réponses, de plus en des termes plus mesurés que mon commentaire pouvait en susciter.

Cependant, elles ne font que confirmer ce que j'essayais de vous dire.
Je ne développerai pas plus, mais je vais simplement reprendre une de vos réponses.
Quand vous dites :

"Pour le dire très sincèrement, elle est tellement omniprésente et importante que j'ai simplement oublié de l'évoquer comme on oublie souvent les évidences."

C'est exactement comme si je vous disais que l'on ne parlera pas de l'image dans le film, tellement elle est omniprésente et importante...

Tant que l'on persistera à ignorer cette partie indissociable de l'objet audiovisuel qu'est un film (Blake Edwards disait que Mancini était responsable à 50% du succès de ses films, Hitchcock a dit que la musique d'Herrmann était responsable à 33% de l'efficacité de Psycho, Fellini disait que ce qu'il demandait à la musique de Rota, c'était de sauver ses films, King Kong avait fait rigoler les spectateurs lors des screen tests avant que Steiner ne pose sa musique, Leone demandait ses musiques à Morricone avant de tourner afin de faire correspondre tournage et montage au rythme induit, etc.), on n'aura qu'une critique hémiplégique...

C'est hélas un des angles morts, biais, ignorance (choisissez...) d'une grande partie de la critique cinéma (et spécifiquement de la critique française, sans parler de l'absence totale d'enseignement sérieux des capacités narratives du son et de la musique dans les écoles de cinéma) qui font qu'une des constituantes majeures d'un film est la quasi totalité du temps totalement ignorée.

Bref...

posté le 12/12/2015 à 22h58

12/12/2015 - En accès libre - Vertigo, une enquête

Et voilà.
Voilà où en est la « vraie critique » de cinéma au XXIe siècle…

Une heure d’émission, des tas de digressions sur une exégèse ou une autre, des anecdotes, des appréciations personnelles, et pas un mot sérieux sur ce qui une grande force de Vertigo, sa musique et sa bande sonore (on ne vous refera pas la cruauté de vous rappeler ce qu’est la bande sonore. Si ?).

La paire Hitchcock-Herrmann a bouleversé le monde du cinéma.
Le réalisateur n’a d’ailleurs plus jamais atteint la qualité de ses films précédant la séparation d’avec Bernard Herrmann (survenue lors de Torn Curtain).

Vertigo. Exemple exemplaire de cette alchimie entre deux créateurs, un réalisateur et un compositeur, travaillant ensemble pour produire un objet audio-visuel.
Vous avez comptabilisé le nombre de scènes dans laquelle la musique est co-narratrice ?
Des scènes entières sans dialogue, « simplement » contées par la musique (le restau, le musée, le baiser, dans l’église, etc.).
Peut-être l’un des films d’Hitchcock dans lesquels la musique a autant de place (le remake de L’Homme Qui En Savait Trop est hors catégorie), résultant d’un projet commun entre réalisateur et compositeur. Comment peut-on encore espérer parler sérieusement d’un film en lui enlevant une part entière de ses constituants ?

Que l’on ignore encore ce qui fait la moitié d’un film, 90 ans (bientôt…) après l’arrivée du son synchrone, alors que le premier théoricien sérieux des apports et de l’esthétique de la musique de films est français, Maurice Jaubert, et après les travaux de Michel Chion et tant d’autres ?
Ça me laisse pantois (j’ai hésité quant aux termes…).

Vous parliez de Psycho ? Saviez-vous que Hitchcock avait expressément demandé à Herrmann de ne pas mettre de musique sur la scène de la douche. Eh bien Herrmann ne l’a pas écouté, n’en a fait qu’à sa tête (comme d’habitude) et quand Hitchcock est revenu voir les résultats du travail du compositeur, il lui a dit, avec son humour habituel, que c’était exactement ce qu’il souhaitait…
Le résultat : l’une des scènes les plus iconiques du cinéma mondial.
Il suffit de regarder les versions avec ou sans musique si l’on doute encore…

Audio-visuel. Vous comprenez ? AUDIO-visuel !

On ne s’étonnera pas de l’indigence de l’utilisation du son et de la musique dans les films français (à quelques très rares exceptions près), quand la « critique » spécialisée ne lui accorde aucun intérêt, même quand le sujet choisi est un cas parfait pour expliquer les relations image-son.
Il suffit de discuter avec les étudiants en cinéma pour comprendre à quel point l’incompréhension, la méconnaissance des possibilités narratives de son et musique sont manifestes.
La faute à qui ? Pas à eux, en tout cas, toujours en soif de savoir…

Je sais que comparaison n’est pas raison, mais imaginez un seul instant un critique de ballet (autre art du mouvement) ne parler que de la chorégraphie et ne pas dire un mot sur la musique. Ou vice-versa.
Délirant, non ?

Après mon réabonnement pour pouvoir regarder Judith et Lordon, j’espérais malgré tout des émissions Dans Le Film. Je sais que je ne perdrai plus de temps à les regarder.
Autant je reconnais la pertinence de Hors Série dans d’autres domaines, autant l’émission sur le cinéma est en accord avec le reste de la critique française (que je m’abstiendrai de qualifier ici, je pense que mon propos est assez clair)…

Désolé.

posté le 12/12/2015 à 16h07

05/12/2015 - Aux Ressources - Nuits blanches

Intéressant, mais la relecture de l'apparition du disco laisse assez... disons, rêveur, pour ne pas employer un terme plus désagréable...

posté le 06/12/2015 à 13h56

28/11/2015 - Dans le Texte - Histoire de la laideur féminine

Tout à fait...

posté le 03/12/2015 à 18h10

18/04/2015 - Dans le Texte - Verdict social, verdict sexuel

Bonjour Lycendre,

Où peut-on trouver le texte de Dayan que vous mentionnez ?

Merci :)

posté le 22/04/2015 à 02h44

04/04/2015 - Aux Sources - Cachez ce cinéma que je ne saurais voir...

aaaaah, c'était bien.

posté le 10/04/2015 à 01h18

28/02/2015 - Aux Ressources - Vivre du live

Oublié, le lien vers l'interview en question : http://next.liberation.fr/musique/2014/10/03/salles-de-concert-l-obsession-du-capiton_1114418

posté le 08/03/2015 à 16h19

28/02/2015 - Aux Ressources - Vivre du live

Ouille...

M. Nicolet est peut-être pointu sur la programmation live, mais il va falloir qu'il bosse un peu (non : sérieusement) l'histoire de la musique, qu'elle soit enregistrée ou non, sur les droits (différences entre copyright, droit d'auteur, droits patrimoniaux, droit moral ?), le financement du CNC, les avances aux artistes (ce que cela veut dire précisément...), l'origine des diverses sociétés, qui a racheté quoi, dans quel ordre, et le reste.

Quelques petites vérités pour un nombre incroyable d'erreurs...

Et pas un mot sur le scandale de santé publique généré (entre autres) par le live : les conséquences du volume dans les salles, quelles qu'elles soient.
Faut dire que le monsieur s'est plaint dans une interview de la nécessité imposée par la loi de sonoriser un concert entre 95 et 100 dB. Les chiffres ne vous disent rien ?
Pas de problème : sachez que cette fourchette de volume veut dire une chose bien précise, en termes de durée d'exposition.
À 100 dB, vous ne pouvez rester qu'à peu près 4 mn dans la salle sans protection auditive (15 mn à 95 dB)...
Les professionnels le savent.
Pensez-vous que ça les empêche de vous tuer les oreilles ?
Me vient un mot, immédiatement, pour les qualifier...

Recommandez la filière ORL à vos enfants, le véritable métier d'avenir.

(j'arrête l'émission au bout de 50 mn, fatigué...).

posté le 08/03/2015 à 16h17

17/01/2015 - Dans Le Film - Lettre d'un psychanalyste à Spielberg

.

posté le 17/01/2015 à 18h03 ( modifié le 17/01/2015 à 18h03 )

15/11/2014 - En accès libre - Théâtre : du service public au self-service

Vous avez vu ça :
"Mediapart lance dans son studio tout neuf du passage Brulon un nouveau rendez-vous vidéo et long format consacré à la manière dont se fabrique la culture ?"

posté le 14/12/2014 à 12h55

06/12/2014 - Dans Le Film - Le miroir obscur

Et le Jarmusch ?

posté le 08/12/2014 à 09h53

22/11/2014 - Aux Sources - Les Nouveaux rouges-bruns

Salut Judith et tout le monde chez HS.

Je viens de finir l'émission de ce vendredi sur @si, et je suis dans une colère noire.
Emission lamentable, malgré une Justine toujours parfaite.

Courage.

posté le 06/12/2014 à 01h24

29/11/2014 - Diagonale Sonore - Leçon de jazz

Salut Judith,
C'est gentil...

J'attends d'autres émissions avec impatience et intérêt.
Comme je le disais, la chance de cette première est que Antoine Hervé est l'un des meilleurs clients qui soient, pédagogue, disert et intéressé par de nombreuses formes artistiques en dehors de la musique.
Tout l'intérêt possible de l'émission se révèlera certainement quand Raphaëlle (dont j'ai apprécié la façon dont elle incite simplement l'artiste à expliquer des notions musicales) se retrouvera face à quelqu'un dont il faudra accoucher littéralement la parole.

Je ne peux pas dire grand-chose de plus après une seule émission.
Sauf : continuez.

(ps: question indiscrète, Raphaëlle et Claude, même famille ?)

posté le 04/12/2014 à 01h23

29/11/2014 - Diagonale Sonore - Leçon de jazz

Quelques petites choses à redire, mais si peu comparé à tout le plaisir apporté par l'émission.
Grande chance pour une première d'être en face d'un invité aussi disert.

Petites erreurs sur la légende de l'extrait de Stormy Weather (magnifique document que l'on a de plus en plus de mal à trouver à un tarif raisonnable) : le réalisateur a choisi d'être crédité sur ce film (et quelques autres) en tant que Andrew Stone (donc sans le L.), et il s'agit des Nicholas Brothers avec un "H" (numéro considéré par Fred Astaire comme l'un des plus grands numéros dansés).

posté le 03/12/2014 à 14h50

22/11/2014 - Aux Sources - Les Nouveaux rouges-bruns

Wow, chapeau Maja.
La mauvaise foi de votre interlocuteur a dû être difficile à accepter en direct sans vous énerver...

posté le 22/11/2014 à 15h57

08/11/2014 - Dans le Texte - Le principe démocratie

Hop, Happy Hour !

posté le 12/11/2014 à 12h26

13/09/2014 - Dans Le Mythe - Les Anges de la vengeance

Merci pour cette réponse, Judith, et bon développement :)

posté le 08/11/2014 à 11h26

13/09/2014 - Dans Le Mythe - Les Anges de la vengeance

Alors, le résultat de la première Happy Hour ?
Ça a tout déchiré ? Si je puis me permettre...

posté le 06/11/2014 à 12h04

01/11/2014 - Dans Le Film - L'œil qui programme

Si c'est comme ça pour l'émission sur la musique...

posté le 05/11/2014 à 09h48

01/11/2014 - Dans Le Film - L'œil qui programme

Vertigo : pourquoi l'utilisation des couleurs vertes par Hitchcock, pourquoi cette musique, là, en référence à quelle autre œuvre, pourquoi un si long baiser et qu'est-ce que ça a eu comme impact à l'époque, pourquoi ces choix de plan, de montage, pourquoi ces dialogues, etc. ? Pourquoi ?

"Pourquoi ?", "Comment ?", "Dans quel but ?" plutôt que "Parce que c'est comme ça", sans explications.

De la vraie critique (dedans?), plutôt que de l'opinion, quoi.

posté le 05/11/2014 à 09h48

18/10/2014 - Aux Ressources - Les chercheurs entre primes et déprime

Alors, alors, des nouvelles de la nouvelle pour la nouvelle émission ?
J'avoue que je suis très intrigué.

posté le 21/10/2014 à 11h15

18/10/2014 - Aux Ressources - Les chercheurs entre primes et déprime

"émission sur la musique"

!!!

posté le 21/10/2014 à 00h41

04/10/2014 - Dans Le Film - Qu'est-ce qu'un bon film ?

@DIALM4MAUDIT (joli mélange...)
Je savais que j'aurais dû employer le terme travelling compensé :)

posté le 11/10/2014 à 02h25

04/10/2014 - Dans Le Film - Qu'est-ce qu'un bon film ?

Ah, c'est sûr qu'un bon vieux trans-trav sur Murielle quand elle prend son air étonnée (ou sur n'importe lequel de vos invités, désolé pour le masculin, hé, hé) vaudrait son pesant de cacahouètes...
Sinon, j'ai une question : "Where is Jessica Hyde ?".
Heu, non, pardon : on ne va parler que cinéma dans Dans le Film ?

posté le 08/10/2014 à 17h11

06/09/2014 - Dans Le Film - Musiques et voix

Quel dommage de rester ainsi à la surface des choses alors que B. Bonello maîtrise son sujet...
Quand on est dans une émission comme celle-là, où la critique n'est pas le sujet (cf. la baseline du site), mais bien l'histoire et les références, on regrette que les nombreux fils à tirer ne l'aient pas été.

posté le 06/09/2014 à 23h37

23/08/2014 - Aux Ressources - L'édition avec éditeur

@Judith : oui
Et pas besoin d'excuses, tout baigne...

posté le 25/08/2014 à 02h02

23/08/2014 - Aux Ressources - L'édition avec éditeur

@Judith.
Merci de ta réponse.
Bon, je ne dirai effectivement pas que je suis pressé, simplement curieux de savoir quand et comment cela allait se mettre en place.
C'était une option (comme tu dis) plutôt plaisante, donc...

posté le 24/08/2014 à 18h12

23/08/2014 - Aux Ressources - L'édition avec éditeur

Bonjour,

Pour infos, après réception du mail incitant à lire la vidéo chez Vimeo, j'ai quand même tenté de la lire ici.
Cela fonctionne très normalement.
Bon courage.

(tout autre chose : il était question de pouvoir assister aux émissions. Or, celles-ci se préparent, sont diffusées, mais toujours pas signe de "audience participation", comme le dirait un fameux moustachu musical).

posté le 24/08/2014 à 09h50