Hors-Série
Arret sur Images
Me connecter
abonnez-vous


Les Anges de la vengeance

Dans Le Mythe

De V pour Vendetta aux Anonymous

Il est partout : le masque Anonymous a pris place dans notre paysage visuel, dans les manifs, sur les réseaux sociaux – sans qu’on sache toujours d’où il vient ni ce qu’il "veut dire" exactement. Pour comprendre la genèse de ce signe politique, il fallait remonter à la source artistique, à sa matrice mythique : la figure du vengeur masqué. Au cœur de ce mythe moderne, il y a V pour Vendetta, une BD qui se souvient de Guy Fawkes, terroriste catholique du XVIIème siècle, il y a le film V pour Vendetta, qui se souvient du Comte de Monte Cristo, et toute une foule fantômatique de justiciers plus ou moins solitaires. Bien des "souvenirs", qui sont toujours des réinventions, et parfois des renversements, que nous explorons en compagnie d’Arnaud Bordas, journaliste spécialisé dans le cinéma populaire et les films fantastiques, et Dominique Cardon, sociologue des médias spécialisé dans les réseaux numériques et fin connaisseur des mouvances qui y ont pris forme…

 

 

Dans Le Mythe , émission publiée le 13/09/2014
Durée de l'émission : 96 minutes

Commentaires

31 commentaires postés

Super bien, j'ai envie de retirer le masque !!
Je suis toujours très "contrarié" par les super-héros de fictions car, à aucun moment, on ne voit la difficulté de se fondre dans la société "classique".
En prenant mon exemple et celui de quelques amis qui s'éveillent à la réalité du monde tous les jours un peu plus, nous nous retrouvons dans une situation très compliquée face aux "endormis" qui ferment les yeux sur les dérives de l'organisation moderne du monde.

Il y a dans Matrix un réel ressenti de ce malaise, cette difficulté à voir une réalité qui est très différente de celle de "la masse". Avec le choix de la pilule de la Vérité, Néo est vraiment mis en garde que cet éveil le coupera de la fausse réalité de la matrice et on le préviens que ce sera pas facile à vivre. Comme si bien rappelé dans l'émission, Syfer, l'anti-héros, veut oublier la réalité "vraie" pour la simplicité de la fausse réalité. Quelques fois je me dis que ce serait tellement plus simple et reposant de ne voir, n'entendre et ne comprendre que cette fausse réalité au quotidien au lieu de voir surgir les injustices ou les problèmes à chaque instant télévisé ou à chaque lecture. Heureux les simples d'esprit : peut être lu comme vie une vie simple pour être heureux ou, je préfère, si tu es un peu simple dans ta tête se sera plus facile à vivre.
Il y a danger à s'éveillé pour sa propre santé mentale, il y a danger à l'exprimer pour sa santé sociale et il y a danger à le refouler pour la santé des autres car le jour où les injustices sont trop grandes ou trop nombreuses, on voit arriver des extrêmes colères qui peuvent faire du dégât.

Merci pour vos émissions.

Par Martin PAROLA-DANIEL, le 20/03/2017 à 19h19

Bravo pour cette émission.

Merci pour cette plongé culturelle et cinématographique !

J'espère que d'autres sont en préparation ;-) et peut-être y revoir Rafik :-)

Dickass

Par Dickass, le 15/01/2015 à 18h49

Judith, seule Eve sait que la présentatrice ment lorsqu'elle cligne des yeux - car elle la connait... Elle le fait à son insu: pas de subversion.
Le subversif est minoritaire: comme l'est le présentateur dans sa vie privée.

Je connais pas la version française du film, mais dans l'anglaise c'est clair. Je viens de remarquer que les sous-titres ne sont pas toujours très bien traduit:

"Fairness, Justice and Liberty are not only words... They are perspectives" => "Droiture, Justice et Liberté sont plus que des mots. Ce sont des préceptes"

"Équité, Justice et Liberté sont plus que des mots. Ce sont des perspectives": Équité n'est pas Droiture et perspective n'est pas précepte - les mots ont un sens.

Par Yann Lallemant, le 08/01/2015 à 15h53

Excellente émission ! Merci.

Par Cramazouk, le 02/12/2014 à 14h01

Merci pour cette réponse, Judith, et bon développement :)

Par sleepless, le 08/11/2014 à 11h26

Pour l'instant nous ne pouvons pas faire de vrai "happy hour" : la fonctionnalité "gratuité" n'est pas opérationnelle dans l'interface de gestion du site - nous devons donc renvoyer les non-abonnés vers Vimeo, ce n'est pas terrible (d'où le fait qu'on le fait au coup par coup, émission par émission) ; et on ne communique pas massivement dessus, non plus : pas assez pratique pour être sexy. Dans le mythe a été cependant vue 550 fois pendant la nuit "happy hour" ; c'est un bon score. Mais on a hâte d'avoir un vrai rendez-vous avec le nouveau webmaster pour régler les innombrables problèmes techniques du site...

Par Judith, le 08/11/2014 à 11h03

Alors, le résultat de la première Happy Hour ?
Ça a tout déchiré ? Si je puis me permettre...

Par sleepless, le 06/11/2014 à 12h04

Bravo, vous m'avez initié à une culture contemporaine qui m'était étrangère.
Je rapproche cette culture de l'appel de Jean-louis Mélanchon qui dans son livre "L'ère du peuple" limite son plan d'action à un appel abstrait au "peuple" anonyme ; ce qui me paraît court ; peut être est-il influencé par le contexte que vous décrivez.

Par mbloch3, le 03/11/2014 à 20h03

Emission dans laquelle j'ai appris pas mal de choses, et qui m'a permis de comprendre les Anonymous un peu mieux.
Comme toujours, il y a effectivement un goût d'inachevé, mais c'est normal, rien n'est définitif ni péremptoire.
Et quel plaisir de retrouver les analyses toujours argumentées de Rafik Djoumi !
Merci beaucoup pour cette nouvelle émission, donc !!

Par faucon-vert, le 30/10/2014 à 18h01

Merci, et bravo, aux quatre protagonistes de cette discussion très riche.

Est-il possible d'organiser quelque part sur le site, ne serait-ce qu'en commentaire de l'entretien, une biblio/filmographie qui permettrait de retrouver les œuvres citées parfois en rafales ?

Par MSC, le 26/10/2014 à 19h20

Belle émission, intéressante même pour ceux qui ne sont pas très attirés par ce genre de films et de BD.
Il y a un détail qu'on n'a pas relevé à propos de Robin des Bois, c'est que ce héros "qui vole les riches pour donner aux pauvres" est relativement peu dangereux pour l'ordre établi, car il ne cherche pas à prendre le pouvoir. Il fait régner une justice provisoire en attendant que le roi Richard, retenu prisonnier à son retour des Croisades, ne retrouve son trône, qui a été occupé par un usurpateur.

Par Papriko, le 20/09/2014 à 15h58

@Judith : je comprends bien (et après tout si je suis pas content, je peux aller voir ailleurs), mais il me semble que quelque chose était vicié dans cet échange. Si je prends comme hypothèse : Moore n'est PAS un anar et les Anonymous ne sont PAS le futur de quoi que ce soit, mais de parfaits représentants de l'idéologie dominante (hypothèse hasardeuse, je le reconnais), il me semble que la discussion aurait pu prendre une toute autre tournure, plus incisive et plus féconde sur tous les plans, y compris politique, et les intervenants auraient été tout à fait à leur place dans ce schéma. Il me semble qu'en l'occurrence, on est parti de l'hypothèse (implicite) inverse, et effectivement, ce n'est pas le coeur de mes attentes, qui n'est pas un cours magistral (il y a de gros bouquins pour combler ce genre d'attente), mais qui serait un peu plus de niak. Le problème n'est donc pas le va et vient entre le narratologique et le politique mais les postulats de départ. Mais effectivement, là, ce sont mes gouts et mes couleurs.

Par Lefayot, le 16/09/2014 à 22h51

Il y avait un plan, Lefayot, et nous l'avons même respecté ; apparemment, il ne tape pas dans le coeur de vos attentes, mais il était tout à fait pensé ; 1) figure morale ou politique ? 2) quel(s) discours politique(s) 3) panorama mythologique 4) la télévision populaire, nouveau vengeur masqué ? 5) Anonymous : fidélité, postérité ?
Ensuite, les sinuosités décrites par la discussion sont le propre de l'art de la conversation - quand on la laisse un peu s'ébattre, ce qui est tout à fait délibéré de ma part. Si j'avais voulu faire un exposé façon maître de conférence, je serais à l'université, et je déverserais devant l'amphi alangui les thèses, hypothèses et brillantes synthèses sur la question. Ça irait de l'alpha à l'omega, ferait une belle démonstration, et m'ennuierait beaucoup. Il y a clairement une tension dans notre émission entre le narratologique et le politique, c'est son "vice de construction" qui est aussi sa vertu, et qui se reproduira à chaque fois que Rafik et moi serons en position de co-pilotes. C'est notre différence qui fait notre complémentarité, et je suis très attachée à cette féconde discordance entre nous.

Par Judith, le 16/09/2014 à 22h10

Désolé de devoir jouer le rôle de l'étron sur le paillasson, mais l'émission m'a paru assez filandreuse, sans sujet bien défini (ou alors trop vaguement) et des interventions qui tournaient trop court. D'un côté, deux érudits, très érudits, dont leurs échanges auraient pu faire une émission en soi, mais que pour érudits dans ce cas (au passage, une petite déperdition d'érudition : si Odin est borgne, c'est qu'il a sacrifié son oeil pour obtenir la connaissance - celle des runes en l'occurrence).
De l'autre, Judith qui essayait de tout rabattre sur un plan politique, lui-même pas très bien défini, et dont les interventions tombaient un peu à plat.
Enfin, Cardon, qui oscillait entre les deux.

Parce qu'enfin, il y avait matière à poser des vraies questions ! Par ex :
* L'anarchisme de Moore est plus que sujet à caution. A mon sens, il s'agit d'une forme assez classique libérale/libertaire, et il n'y a pas à s'étonner qu'une major ait pu adapter la BD
* Les Anonymous ne seraient-il pas un épiphénomène télégénique/netogénique, un peu comme Les Indignés/Occupy Wall Street et appelés à disparaître dans les poubelles des images ? (il y a eu un bref instant une intervention pertinente et dérangeante de Cardon qui pointaient la mise en place de structures hiérarchiques implicites chez les Anonymous)
* Plus généralement une analyse du spectaculaire-marchand contemporain dont Moore et les Anonymous sont partie prenante et maillons
* etc ...

D'une manière générale, pour un sujet aussi ambitieux, un plan préalable ne serait-il pas préférable et/ou nécessaire pour éviter de se disperser ?

Par Lefayot, le 16/09/2014 à 21h55

Belle Première pour Dans le mythe!
Excellente émission innovante.
Une nouvelle façon d'aborder un sujet, non plus à travers un auteur/acteur (Aux sources, Aux ressource) ni à travers des œuvres (Dans le texte, dans le film) mais de manière transversale. J'ai beaucoup apprécié les références au Comte de Monte-Cristo, une œuvre que je connais peu mais qui m'est apparu sous un tout nouveau jour dans cette émission.
J'aurais aimé toutefois que l'émission soit moins centrée sur des éléments d'érudition esthétiques et culturels et davantage sur des analyses socio-politiques que les invités ont pris grand soin de contourner alors que Judith n'a eu de cesse d'essayer (en vain) de les ramener sur ce terrain. Ceci est peut-être dû aux invités d'une part et d'autre part à une définition trop floue du thème de l'émission en début de discussion.
J'ai beaucoup appris sur Alan Moore dans cette émission et je vous en remercie, mais rien de neuf sur les Anonymous et leur rapport à l'anarchisme en particulier et à la politique en général.
Au final une très belle émission, dynamique, qui tranche avec les têtes à têtes des autres émissions du site. Vivement la prochaine!

Par Vorace, le 15/09/2014 à 15h26

Merci Judith et Rafik pour cette émission!

Par MARTINE GEMIN, le 15/09/2014 à 11h09

Un grand merci pour cette émission, c'est passionnant. Continuez

Par Anne-Marie GUGLIELMI, le 14/09/2014 à 20h32

excellente émission mais j'aurai aimé un détour vers les graphisme de lombardi qui en dit long sur le système maillage que dénonce les Anonymous
un lien aurait pu être fait avec Melenchon qui en appelle à la fin de la représentation et à la fin de la délégation et oblige les

électeurs à se prendre en main

Par bernejo, le 14/09/2014 à 18h52

Puisqu'on a évoqué la figure de Batman, je pense qu'il aurait été intéressant de comparer le message politique de V à celui de Banes dans le dernier opus du Batman de Christopher Nolan qui se pose aussi en révolutionnaire et en destructeur de l'ordre établi, mais sa destruction des structures sociales n'aboutit qu'à un régime de Terreur et Batman est le héros qui, avec les braves policiers, remet en place d'ordre établi, qui n'est peut être pas le meilleur qui soit mais qui est le seul possible hors du chaos...

Par Yael Elbaz, le 14/09/2014 à 18h49

Merci, bonne émission ^^

Par galendel, le 14/09/2014 à 18h29

On a l'impression que M. Djoumi aurait eu besoin de plus de temps pour développer son propos (fort intéressant par ailleurs). C'est un constat déjà fait pour des émissions précédentes mais j'en rajoute une couche : pour denses et longues que soient vos émissions, elles laissent malgré tout un goût d'inachevé.

À tout le moins, serait-il envisageable de proposer une bibliographie "pour aller plus loin" composée, sans s'y limiter, de suggestions des invités, des lectures faites pour préparer l'émission, de lectures qui auraient été faites si l'émission était allée dans une autre direction/avait été plus longue, etc. ?

Par Kyle Butler, le 14/09/2014 à 16h36

Chouette!
Judith et Rafik!
Ravi de le revoir, j'avais adoré ses émissions sur les séries dans ASI.
Bon je regarde ça demain après une bonne nuit!

Par GaM, le 14/09/2014 à 01h00

Une excellente émission!!!
Avec, à la fois une bonne humeur (contagieuse) à vous écouter, et un plaisir manifeste à apprendre et à gamberger sur un sujet passionnant.
En démarant sur les chapeaux de roue comme ça, vous mettez la barre haute pour la suite!
Donc... Bon courage pour la prochaine, va falloir faire au minimum... aussi bien! :-)

Par Marc Herpoux, le 14/09/2014 à 00h23

J'aurais cru un moment que vous nous montriez l'inspecteur Juve ...Mais bon, vous avez oublié aussi Mesrine ;-)

Par Didier Marlier, le 13/09/2014 à 23h18

Bravo Judith pour cette excellente émission qui fait réfléchir en effet. J'ai appris plein de trucs. Merci.
Puis, un détail, c'est tout de même vraiment mieux quand vous êtes hébergés par Arrêt sur images plutôt que sur Ulule, au moins le lien fonctionne directement à partir de votre mail. Youppi ! Vive Arrêt sur images et vous. Pénible Ulule.
Annie

Par Annie HUET, le 13/09/2014 à 19h18

le décor me dit quelque chose...

Par gomine, le 13/09/2014 à 17h48

En visionnant l'émission, je me suis dis qu'il y a un parallèle entre les thèmes politiques évoqués dans l'émission et le mouvement pour la 6ème république qui vient de se lancer. (Pas un parti politique, les organisateurs sont en retrait et le but officiel est de redonner du pouvoir au peuple.)
Je vois que l'enregistrement a été fait le 22 août, donc un peu trop tôt pour que cette actualité soit raccrochée au débat. Mais ça confirme le mouvement profond de la société qui est abordé ici.

Par Marc MICHEL, le 13/09/2014 à 15h43

Une émission grandiose !
Ai-je besoin d'argumenter ? Un sujet passionnant avec des invités tous très intéressants et qui s'écoutent ! Et pendant une heure et demi ! Et avec un Rafik en grande forme !
Que du bonheur !
Bref, j'attends la prochaine avec impatience !

Par Marc MICHEL, le 13/09/2014 à 15h25

merci !

Par per63, le 13/09/2014 à 14h43

Oups toutes nos excuses ; il manquait en effet le bouton "plein écran". C'est corrigé (refresh your page).

Par Judith, le 13/09/2014 à 14h27

Bonjour

Le lecteur est différent des autres émissions : comment visualiser l'émission en grand écran?

Merci

Par per63, le 13/09/2014 à 14h19