Hors-Série
Arret sur Images
Me connecter
abonnez-vous


Osons causer dans l'entre-deux tours

Spéciale

Ludo Torbey, Xavier Cheung, Stéphane Lambert

Depuis le 23 avril, le piège s’est refermé. Nous voici nassés dans l’impasse post-démocratique de ce second tour où le mépris le dispute à la haine. Funeste traquenard, où l’on nous somme de choisir entre continuer le désastre ou s’aventurer dans bien pire ; comme si on pouvait appeler « choisir » la conduite que veut nous imposer cette odieuse alternative – à peu près aussi obscène que si l’on nous demandait de « choisir » entre un peu plus de Rémi Fraisse ou beaucoup plus d’Adama Traoré. Nul ne peut se soumettre à pareille injonction sans être pris d’une violente nausée, et d’un irrépressible besoin de gueuler, voire de tout péter. Mais les tambours du Front Républicain sonnent la charge : il faut marcher au pas, voter comme on nous dit, « sauver la démocratie » - comme si « démocratie » pouvait être le nom de ce qui non seulement a permis, mais a structurellement produit le chantage où nous sommes ici tenus en joue. Et bien sûr, comme dans toute situation d’oppression, au cœur de la nasse les passions tristes prospèrent, et dressent les otages les uns contre les autres : nous voici nous entrebouffant la gueule entre abstentionnistes, votenulistes et macronistes malgré eux faisant le « sale boulot », tous pris des convulsions que provoque toujours une situation d’aporie.

Pas question pour nous, à Hors-Série, d’emboîter le pas des faiseurs d’injonctions : elles ont saturé le débat public au point d’y consumer le peu d’oxygène disponible, et l’on ne réfléchit pas bien quand on étouffe. Notre impulsion était plutôt de s’arracher aux passions tristes (infime geste de liberté dans une période violemment attristante) en osant causer : de tout ça bien sûr, mais dans cette sorte de joie que permet l’échange, le partage et l’écoute, même au cœur du pire. « Oser causer », c’est la ligne de conduite que se sont donnée Ludo Torbey, Xavier Cheung et Stéphane Lambert : depuis bientôt deux ans ils animent un media en ligne assez roboratif pour séduire des millions d’internautes. Ils sont devenus un puissant levier d’opinion, ayant contribué à faire naître la Nuit debout, à édifier et à nourrir la lutte contre la loi Travail, et ont jeté toutes leurs forces dans la bataille de ces présidentielles qui auraient pu être historiques.

C’est avec eux que j’avais envie de « causer » dans cet entre-deux tours de pur cauchemar ; à leur énergie et leur jeunesse que je voulais me ressourcer. Ça fait longtemps que l’on se croise, au hasard des Nuits debout ou des débats mieux assis, que l’on discute avec ardeur de ce qu’on fait – eux, nous – passeurs de sens, éclaireurs de moments sombres, chacun à notre manière. Tandis que nous consacrons notre temps, à Hors-Série, aux producteurs de concepts, puisant à la source de la théorie, dans des entretiens longs (et payants), ils abattent l'énorme travail de la vulgarisation, créent les conditions d’une diffusion massive, dans des formats courts (et gratuits). Evidemment complémentaires, joyeusement dissemblables, nous cheminons sur des sentiers voisins, portés par un même élan : la passion de comprendre, celle d’expliquer, et cet opiniâtre souci de transmettre le flambeau de la vigilance critique. Dans la nuit politique où nous sommes entrés, j’avais besoin de m’échauffer à leur flamme, bien certaine que nous aurons besoin de torches longtemps encore, pour éclairer la suite ou pour y mettre le feu.

 

Spéciale , émission publiée le 06/05/2017
Durée de l'émission : 68 minutes

Regardez un extrait de l'émission

Commentaires

34 commentaires postés

Osons Causer, j'avais vu Ludo (pas suivi) sur YouTube . Je me demandais comment il travaillait. Merci de m'avoir permis de me faire une idée plus claire. Je les encourage. Je ne serai malgré tout pas un fidèle.

Par Robert., le 05/06/2017 à 21h30

Merci à Judith de nous faire connaître les procédés de ce "trio infernal" de la pédagogie politique vibrionante sur youtube...
Petit bémol au sujet de la forme : le format court des vidéos ne perdrait rien à se rallonger un peu si le débit vocal de Ludo se ralentissait un tantinet ! J'ai toujours l'impression que Ludo va rater son train et même si je me suis en partie habituée à ce débit à force d'écouter "par intérêt", je regrette toujours l'impression d'avoir à suivre un TGV pour être bien informée ! Le rythme d'un "Intercité"serait plus confortable pour des neurones plus très jeunes mais encore en bon état ! Merci de transmettre.

Par Georgina Méliot_1, le 13/05/2017 à 16h14

la maitresse d'école. devant des gamins, judith, zut l'insoumission qui vient de you tube google, puisque c'est la novation de mélenchon

Par Régis Barfuss, le 13/05/2017 à 02h57

répugniant a bout de souffle pour faire français et pas européen même s'il était de notoriété publique que godard aime l'argent... ouf trois minutes..c'est long et réducteur . c'est plein de naiveté , et pour autant cela cache du ressentiment . bcp désepère, antisémites fn , ou mélanchon, cependant ce dernier démultiplie la servitude volontaire donnant l'impression de l'insoumission qui vient.
pourquoi cette intro répugniante sans contractoire. de nouveau judith désire lordon qui se comprend lu-même, j'espère, enfin après le fiasco entre le cnrs et et le npa cela se complique. ne pas réduire spinoza aux affects, please, si ce n'est pour parler de la puissance ou conatus, hobbes, nietzsche et la grande santé. expliquer a lordon qu'il doit recommencer avec la philo : on est sujet ou on est puissance. à 17 ans un élève de trem fait la différence, toutefois toutes mes ecxuses s'il se comprend li-même, mais cela m'affecte de tristesse et me diminue comme pour eribon qui ne comprenait que lui même. on fait un hors série a brest bibilotheque des capucins francois mitterand et on dégulingue le mal tojours déjà là du fait de nos détermination pathologiques, être un corps... enfin je vais être grossier alors j'attends la suite mais dix minutes c'est éprouvant

Par Régis Barfuss, le 13/05/2017 à 02h47

@Elvin : il s'agit de cette tribune : http://www.lemonde.fr/idees/article/2017/04/20/mathieu-burnel-et-julien-coupat-se-rendre-ingouvernable-est-une-necessite-vitale_5114010_3232.html

Par Judith, le 12/05/2017 à 18h30

À quelle tribune dans Le Monde traitant Mélenchon "d'illusion" faites-vous référence ?

Par Elvin, le 12/05/2017 à 01h47

Rhoo ! Puisque le Monde nous dit que ce n'est que du stress culturel !

Par Jean-Michel Guiet, le 09/05/2017 à 19h41

@gerard Faure : les interruptions dans le flux vidéo sont liées à la qualité de votre débit internet ; en cas de faible débit, on ne peut que vous conseiller de télécharger le fichier de l'émission, pour la regarder confortablement et sans coupure.

Par Judith, le 09/05/2017 à 12h28

Bonjour,

merci pour l'émission, c'était excellent, comme d'habitude.

A quel(s) écrit(s) (ou vidéos) de Bourdieu fait référence Ludo à la 33ème minute lorsqu'il parle de la définition Bourdieusienne de "gauchisme" pour décrire le primat à être plus radical que la radicalité dans un champ donné ?

Merci pour vos références.

Par Spawn, le 09/05/2017 à 01h19


impossible de regarder votre emission dont l'image se bloque sans arrêt et cela depuis début mai approximativement

Par gerard Faure, le 08/05/2017 à 20h36

@Benjamin Lagues : vous n'êtes pas le seul à avoir tiqué devant cette hypothèse provocante, que je ne lançais que pour susciter les réponses contradictoires qui ont été formulées en plateau et que vous complétez ici même. Merci par ailleurs d'avoir compris que je n'avais pas l'intention de renvoyer dos à dos les deux projets politiques, dont je sais bien qu'ils ne s'équivalent pas. Pour l'heure, c'est désormais face au projet Macron qu'il faut lutter - je sors de la manif qui s'est déployée aujourd'hui à Paris, cernée d'un important dispositif policier ; ça va être tendu.

Par Judith, le 08/05/2017 à 16h36

Merci pour ce que vous faites Hors-série. A propos de cette émission en particulier, je pense que le propos concernant Macron supposément plus "totalitaire" parce qu'il a l'appareil médiatique et institutionnel avec lui pose un vrai problème.

Je comprends ce que vous voulez dire, je suis militant à Acrimed et sais donc très bien à quel point les médias dominants ferment les possibles.

Néanmoins, dire ça c'est alimenter le renvoi dos à dos des deux candidats (je sais que ce n'est pas votre intention, mais c'est une réception qui peut en être faite), voire tendre vers Le Pen avec l'argument qu'au moins ce sera moins pire avec elle car les médias seront contre elle. Non, Le Pen c'est le pire de tout.

A partir de là, tous les moyens de lutte sont possibles et surtout pas de front républicain automatique. Mais dire que Macron, par le contexte, est pire que Le Pen, non.

Par Benjamin Lagues, le 08/05/2017 à 14h04

Nous sommes d'accord, l'angle moralisateur "c'est des méchants" a manifestement atteint ses limites.

Il faut maintenant montrer en quoi c'est une impasse, un leurre, et ce tout séduisant qu'il puisse paraître aux yeux de certains.

Par HBK, le 08/05/2017 à 07h58

@Judith : MDP signifie Médiapart :)

@HBK : J'entends bien. Mais le FN n'est pas moins capitaliste qu'un Macron, il l'est différemment. Maréchal Le Pen avait d'ailleurs une formule consacrée là-dessus : Moins de libéralisme à l’extérieur, plus à l'intérieur. Il s'agit évidement de libéralisme au sens économique et non pas du prima philosophique de l'individu sur la société. La construction idéologique du FN le rendra à mon sens toujours moins préférable que le pire des néo-libéral, c'est mélange d'adhésion de l'individu fondu dans l’identité d'une nation idéalisée et d'un dogme de la hiérarchie dans toutes les strates de la société dont on voit difficilement ce qu'il en est réellement. La note des Économistes Atterrés montre bien le panel de mesures économiques réactionnaires bien cachées derrière les grandes mesures sociales. Évidement, vous avez raison de dire que de plus en plus de gens seraient prêt à faire le grand saut, c'est bien l'urgence que se reconstitue un véritable mouvement populaire. Il est certain que nous gagnerions à démontrer fermement que Le Pen n'est pas soucieuse du progrès social (ou plutôt à médiatiser cela), plutôt que de dire qu'elle est raciste. Je pense que c'est d'ailleurs le meilleur angle d'attaque contre elle.

Par Paul Balmet, le 08/05/2017 à 02h08

Faut leur parler de #mastodon ! :)

Par ignami, le 07/05/2017 à 21h55 ( modifié le 07/05/2017 à 21h56 )

MDP ?

Par Judith, le 07/05/2017 à 21h03

Il semble qu'il y a au minimum une "différence de positionnement" entre "Osons causer" et MDP sur l'approche de Mélenchon...
Et même une quasi incompatibilité.
Je me trompe?

Par pierrounet, le 07/05/2017 à 18h07

@Paul Balmet

Le question de la "dédiabolisation" du Front National est à mon sens une fausse piste. La question n'est pas de savoir si le FN est abject. Il l'est.

La question c'est plutôt que dans cette grande compétition macabre, le "turbo-libéralisme" apparaît lui aussi comme abject, et que toutes différentes que soient les horreurs que ces deux doctrines puissent produire, ou dit plus simplement, toutes différentes qu'elles soient "qualitativement" parlant, la comparaison d'un pont de vue "quantitatif" n'apparaît plus comme évidente à beaucoup de gens.

Le fait que le libéralisme ne fasse pas un usage aussi ouvert de la violence physique n'est qu'une bien piètre consolation quand il détruit lui aussi un nombre considérable de vies.

Bien cordialement.

Par HBK, le 07/05/2017 à 16h56

@Judith Bonjour Judith - j'apprécie qu'à chaque fois que j'ai été en désaccord avec vous, vous ayez répondu (ici ou sur ASI) et s'en est généralement suivi une conversation stimulante. Hors-série m'a fait découvrir des intellectuels dont je n'avais entendu parler, le dernier en date étant Jérôme Bashet dont j'ai lu le dernier ouvrage avec un immense intérêt. Par contre, c'est la première fois que vous répondez à l'emporte pièce. Je reconnais que mon premier commentaire est sensiblement du même tonneau, je vais à nouveau regarder cette émission et peut être, qui sait, un jour moi aussi je verrai la lumière :-)

Par Abe Road, le 07/05/2017 à 13h58

Une remarque annexe : Judith, à un moment vous dites "envisager une sortie du nucléaire". Il faut faire attention : ca n'est pas un sujet qui se règle en une petite phrase comme ça. Pour moi, la priorité est avant tout la décarbonation de notre économie et de nos vies. C'est un gros débat, et je pense qu'il faudrait inviter Jean-Marc Jancovici pour en parler. Je précise préventivement que c'est une erreur de le considérer comme un lobbyiste pro-nucléaire, il dit des choses qui méritent vraiment d'être entendues. Ca sera bien plus profond, concret, factuel, émancipant que la dernière émission avec Pablo Servigne, sur laquelle je préfère ne pas commenter d'avantage...

Par champignon98 LPL, le 07/05/2017 à 11h57 ( modifié le 07/05/2017 à 12h01 )

?????

!!!!!!!!

Je vous laisse !

Par félie pastorello, le 07/05/2017 à 11h56

@Manuel Meyer : je ne peux pas croire que vous soyez assez sot pour interrompre le visionnage lorsqu'une question (en effet provocante) est posée sans attendre d'avoir entendu la réponse (évidemment contradictoire) qui lui a été faite. Par ailleurs j'ai reçu beaucoup d'intellectuels critiques de Mélenchon et de son projet ; vous ne trouverez pas ça sur sa chaine youtube. Quand je reçois des jeunes qui le soutiennent c'est par leur gauche que je les "critique" ou interroge - cortège de tête, comité invisible et tutti quanti. Un jour, peut-être, comprendrez-vous en quoi consiste le principe des entretiens critiques que je m'efforce de construire.

Par Judith, le 07/05/2017 à 11h54

Une émission qui m'a fait du bien, et fait du bien autour de moi. Merci.

Par Jean-Philippe Barbier, le 07/05/2017 à 11h52

"Avec Marine Le Pen on aurait un régime moins totalitaire qu'avec Marcon," désolé mais la je n'ai pas pu continuer. Lisez 'marine est au courant de tout' de Marine Torchi et Mathias Destal. J'ai bien compris chère Judith que vous souteniez assidûment Mélenchon, c'est entièrement votre droit mais si je veux entendre Mélenchon que j'apprécie beaucoup et soutient également, je vais sur sa chaîne youtube - et en plus c'est gratuit.

Par Abe Road, le 07/05/2017 à 04h26

Après 15 jours de matraquage médiatique, voici l'émission qui fait du bien aux neurones. Un grand merci Judith, pour avoir osé causer avec zéro morceau d'injonction dedans ;) C'était rudement agréable.
Et vous en avez une sacré chance, chez Osons Causer, d'avoir trouvé une méthode de travail aussi sympa. C'est un vrai boulot d'équipe, entre gens complémentaires. Qu'est-ce que j'en rêve moi !

Par dumontannie, le 06/05/2017 à 21h49

@Ghani_nyjny : à vrai dire, je n'ai même pas songé à aborder cette question (ni pendant l'enregistrement, ni pendant ma préparation)... Désolée si vous en êtes frustré(e) !

Par Judith, le 06/05/2017 à 20h35

Est-ce que c'était un choix de ne pas aborder les suspicions de fraude électorale? Ou est-ce que simplement le sujet n'est pas venu ou était trop hors sujet?

Par Ghani_nyjny, le 06/05/2017 à 19h49

Je me suis abonnée juste pour voir la vidéo avec Osons Causer et je ne regrette pas. C'est une émission agréable et les questions sont pertinentes. Merci pour ce contenu.

Par Ghani_nyjny, le 06/05/2017 à 19h47

un peu de rafraichissement dans ce monde de brutes ; des espérances ouvertes, des possibles...beau trio que ces trois jeunes qui réconfortent. Quand aux fameux "contre-pouvoir" qui pourraient freiner l'arrivée du néo-fascisme c'est une illusion, déjà 9 milliardaires détiennent 95 des médias, les "appareils" policier, de justice sont "maitrisés" et bien vérouillés : que reste-t-il ? la Vème offre l'art 16, les ordonnances etc...le Macron en bon gérant du cacarente utilisera si nécessaire les moyens à sa disposition, pourtant ce dimanche j'irais voter contre la LePen sans barguigner, Je me dis que le pire n’est pas impossible. Je souhaite que cette inquiétude se révèle dimanche soir complétement infondée.

Par morvandiaux, le 06/05/2017 à 17h51

Il se passe des trucs vraiment sympa chez les jeunes en ce moment, cela apporte d'autres façons de traiter les sujets et cela change de cette génération pokemon, Naruto qui ne pensent qu'à leur prochaine acquisition de figurine.
On dépoussière les concepts rigides de la gauche (la vraie pas ces herzatz de droite qui usurpent le nom de socialistes) et qui sait où cela va nous mener, mais on sent le changement et la prise de conscience.
Pour répondre à Gomine : Osons nous abstenir

Par LifeTraveler, le 06/05/2017 à 17h23 ( modifié le 06/05/2017 à 17h26 )

Ces trois jeunes sont passionnants et c'est un plaisir de les écouter parler.

Par Yanne, le 06/05/2017 à 17h09

Merci pour cette émission pleine de fraîcheur et d'intelligence. Je retiens de ce trio une belle démarche collective très équilibrée, un travail de fond nécessaire, une éducation populaire et politique renouvelée ! Ca va parfois trop vite pour moi mais c'est pas grave, je me dis que cette vitesse-là est aussi celle des jeunes et qu'elle correspond, entre éclair de sens et désinvolture, à la volte énergisante d'un Damasio démultiplié sur le front des réseaux sociaux... Go!

Par Sébastien BAETA, le 06/05/2017 à 16h38

J'avoue avoir eu mal lorsque, Judith, vous avez évoqué le Front National. C'est votre rôle d'intervieweuse, mais ça fait toujours drôle !

A mon sens, ce masque démocrate que porte Marine Lepen ne permet pas d'affirmer qu'elle serait une seule seconde plus souhaitable qu'un turbo-libéral, mais il est vrai on sent une certaine fébrilité parfois à gauche, une stupéfaction devant les mystifications programmatiques de Lepen. Certain s'y font prendre, malheureusement. Par exemple, sur les 35heure MLP à réussie à faire croire qu'elle était mélenchonniste alors que son programme stipule certes les 35h, mais défiscalise les heures supplémentaires, une pure connerie qui nous vient de Sarko où les gars qui travaillent en heure sup feront payer ce qu'il n'ont pas versé en cotisations sociales par les impôts.... qu'ils paieront en plus !

N'est pas démocrate celui qui se contente de brandir les mots de souveraineté et de peuple, car la démocratie c'est avant tout le dogme de l'égalité. Pas une chose n'est égalitaire chez Lepen ! Que ce soit son programme social, mauvaise photocopie de l'Avenir en Commun, perfide comme pas deux et cachant mal un mix de national-libéralisme (dont les économistes atterrés ont fait l’analyse rigoureuse), ou encore les cadres politiques dans lesquels elle s'inscrit qui sont la 5e république autoritaire et son parti aux ordres, où pas une tête ne dépasse et où l'on retrouve sous les rideaux proprets de la dédiabolisation, l'expression d'une parole raciste glorifiant les pires tyrans de l'histoire (y compris par Marine Lepen elle-même, lorsqu'elle parle des "dauphins" par exemple).

Nous ne devons jamais leur offrir le moindre début de bénéfice du doute : ils sont nos ennemis les plus terribles, les plus fourbes et les plus dangereux. Maintenant, il est certain que le péril fasciste ne s'arrête pas au Front National et à son élection. Il n'est que l'avatar direct de la conjoncture actuelle où la destruction des tissus sociaux par le néolibéralisme entraine la montée en puissance des turbulences dans le système. Et à la fin ça se terminera entre eux (le FN) et nous (LFI), n'en déplaise au comité invisible et aux quelques 150 jeteurs de pierres en tête des cortèges qui, à mon avis, ne sont pas très représentatif de ce qu'est en train de devenir la gauche.

Pour le reste de l'émission, je suis très content de voir la souplesse d'esprit de ces trois-là. J'ai à peu près le même age et je me reconnais dans cette forme de discours qui est en fait la gauche dont j'ai toujours rêvé : ambitieuse, débarrassée de son tropisme partidaire, parlant à tout le monde une langue populaire et non-hermétique, ayant un souci esthétique de son discours, osant le prendre le problème institutionnel à bras le corps plutôt que de l'esquiver habilement et surtout, une gauche capable de faire avec ou sans les autres composantes militantes sans chouiner lorsque personne ne la suit. Je pense qu'on est nombreux à ne plus supporter les tactiques du genre "union de la gauche" (Filoche, si tu m'écoutes...), où on aligne les bataillons électoraux tandis que la formidable souplesse d'internet permettrait de constituer une gauche sous une forme de popualire.

J'espère que ces trois là cogiterons bien leurs idées. Il pourrait être intéressant d'ailleurs de faire une sorte d'appel à projet collectif, une sorte de boite à idées et de brainstorming géant sur les thèmes : comment reprendre le pouvoir avant 2022, comment produire du politique à partir d'une forme populaire, comment financer l'action de masse, comment composer une démocratie institutionnelle en dehors de la 5e etc. Nombre de jeunes gens n'attendent que l'opportunité de s'exprimer à partir de leurs normes, de leurs codes et de leurs savoir-faire. J'en fais parti.

Par Paul Balmet, le 06/05/2017 à 16h32 ( modifié le 06/05/2017 à 16h32 )

osons voter

Par gomine, le 06/05/2017 à 14h39