Hors-Série
Arret sur Images
Me connecter
abonnez-vous


édito décembre 2016

Machines affectantes...

par Judith Bernard (06/07/2016)

Reprise du spectacle Amargi, antitragédie de la dette, en janvier 2017 ! 

Hors-Série, c'est un outil de diffusion d'une pensée critique susceptible de nous armer. D'armer notre réflexion face au monde comme il va mal, et d'armer aussi notre ardeur à susciter d'autres mondes possibles. C'est une passion ancienne, chez moi, et multiforme : elle se réalise dans les entretiens que nous proposons ici, et dans ma pratique théâtrale aussi. Une fois n'est pas coutume, je me permets d'en parler par ici. 

Avec ADA-Théâtre, la compagnie de théâtre que je dirige depuis plus de dix ans, nous portons à la scène des spectacles politiques et ludiques à la fois, des "machines affectantes", comme le dit Frédéric Lordon, destinées à transmettre les outils d'une pensée critique métamorphosée dans les formes les plus joyeuses, les plus poétiques, les plus stimulantes possibles. Nous en jouons un en ce moment, à Paris, sur la dette et la création monétaire. Nourri par les travaux de David Graeber (qui n'a pas pu voir le spectacle), d'André Orléan (qui l'a vu deux fois), de Frédéric Lordon (qui l'a vu aussi), de Bernard Friot (qui l'a vu trois fois !), le spectacle s'appelle Amargi ! Anti-tragédie de la dette, et c'est un spectacle tonique et drôle, avec cinq acteurs, un percussionniste, des balles à piscine et des cerceaux en plastique, qui entend nous sortir de l'hébétude angoissée dans laquelle nous nous tenons face aux questions monétaires.

 



Après 32 dates déjà jouées cet automne, et un très beau succès critique et public, le spectacle reprend en janvier 2017 : les représentations ont lieu à la Manufacture des Abbesses les lundi 2, mardi 3, mercredi 4 janvier à 21h, puis, à partir du 8 janvier, les dimanche (20h), lundi et mardi (21h) jusqu'au 24 janvier. Si vous avez envie d'en savoir plus, il y a pas mal d'infos dans le flyer juste en dessous. Mais si vous voulez vraiment tout savoir, bien sûr, il faut venir nous voir !

 

 


Alors à bientôt, au théâtre ! 

Judith Bernard.