Hors-Série
Arret sur Images
Me connecter
abonnez-vous


commentaire(s) publié(s) par Anne Brunswic LPL

2 commentaires postés

13/05/2017 - Aux Sources - La mécanique raciste

Roboratif et stimulant, mais je partage des réserves émises ici par d'autres, il y a de sacrées impasses :
- la prolophobie surdétermine le racisme. C'est l'Arabe (le Noir, etc.)pauvre qui fait peur. Pas celui/celle qui fait ses emplettes avenue Montaigne, pas celui qui enseigne à l'université...
- Parlons aussi du communautarisme juif (dont je suis issue) et de l'empressement des mêmes politiques et journalistes à se rendre chaque année au dîner du CRIF. Il y a un "bon" communautarisme et un "mauvais".
- Quid de l'utilisation à tout va du mot "communauté" par les médias, ex : la communauté chinoise d'Aubervilliers, la communauté turque d'Allemagne, sans parler évidemment de la communauté juive dont on se demande ce qu'elle recouvre en dehors des juifs communautaristes (une étroite minorité, elle-même très clivée).
- les allogènes qui sont restés en dehors du périmètre de la colonisation française, notamment les Chinois, les Sri-lankais... ont une expérience assez différente. Il y a une spécificité post coloniale et aussi une réalité actuelle : les pays maghrébins/africains ex-colonisés sont loin de s'être émancipés de la métropole (financièrement, culturellement, politiquement), ce qui entretient l'idée qu'ils sont inaptes à se gouverner. Rien à voir avec l'Inde, le Vietnam
- le propos glisse fréquemment du "Français issu de l'immigration" (terme qu'on n'emploie jamais pour les juifs) à l'étranger, seul concerné par la double peine.
- impasse complète sur la question de ce qu'on appelle la "crise migratoire" qui banalise des fantasmes génocidaires (on le rejette à la mer ou on les laisse crever au Tchad, au Niger ou en Libye ?).
- impasse complète sur le terrorisme se revendiquant de l'islam, qui est un facteur très aggravant et pas une production essentiellement due aux élites
- parmi les rapports au "corps noir", on ne peut faire l'impasse sur l'esthétisation et l'érotisation qui vaut pour les femmes (mannequins, chanteuses), les hommes (idoles gays notamment, les footballeurs, tous étant à un degré ou un autre des sex symbols
- "aider quand on vous appelle et selon les modalités demandées par le dominé". Certes mais quid des réfugiés, des clandestins, des sans-droits, de ceux qui ne sont pas en position de réclamer la moindre égalité, mais juste l'accès à un minimum de droits? (C'est une bénévole de la Cimade qui parle, ONG sans doute paternaliste mais utile).
Bref, parlons.

posté le 12/08/2017 à 17h03

13/05/2017 - Aux Sources - La mécanique raciste

Roboratif et stimulant, mais je partage des réserves émises ici par d'autres, il y a de sacrées impasses :
- la prolophobie surdétermine le racisme. C'est l'Arabe (le Noir, etc.)pauvre qui fait peur. Pas celle qui fait ses emplettes avenue Montaigne, pas celui qui enseigne à l'université...
- les allogènes qui sont restés en dehors du périmètre de la colonisation française, notamment les Chinois, les Sri-lankais... ont une expérience assez différente. Il y a uns spécificité post coloniale et aussi une réalité actuelle : les territoires africains ex-colonisés sont loin de s'être émancipés de la métropole (financièrement, culurellement, politiquement), ce qui entretient l'idée qu'ils sont inaptes à se gouverner. Rien à voir avec l'Inde, le Vietnam.
- le propos glisse fréquemment du Français issu de l'immigration (qui n'est pas concerné par la double peine) à l'étranger.
- impasse complète sur la question de ce qu'on appelle la "crise migratoire" qui banalise des fantasmes génocidaires.
- impasse complète sur le terrorisme au nom de l'islamisme qui est un faceur très aggravant et pas une production essentiellement due aux élites
- parmi les rapports au "corps noir", on ne peut faire l'impasse sur l'esthétisation et l'érotisation qui vaut pour les femmes (mannequins), les hommes (idoles gays notamment, les footballeurs, tous état à un degré ou un autre des sex symbols
- "aider quand on vous appelle et selon les modalités demandées par le dominé". Certes mais quid des réfugiés, des clandestins, des sans-droits, de ceux qui ne sont pas en position de réclamer la moindre égalité, mais juste l'accès à un minimum de droits. (C'est une bénévole de la Cimade qui parle, ONG paternaliste mais utile).
Bref, parlons.

posté le 12/08/2017 à 16h47