Hors-Série
Arret sur Images
Me connecter
abonnez-vous


commentaire(s) publié(s) par CHATAIGNIER Marianne

2 commentaires postés

09/04/2016 - Dans le Texte - Vers l'amour révolutionnaire

J'ai écouté attentivement et avec beaucoup d'intérêt, retrouvant chez Houria Bouteldja des arguments que peuvent avoir mes élèves de collège qui, peut-être, ne la connaissent pas. Les idées qu'elles développent sont en effet représentatives. Je conçois parfaitement le sentiment de relégation, d'injustice sociale, et le sentiment qu'il y a du racisme. Mais j'invite aussi mes élèves à être dans la nuance, à argumenter. Houria Bouteldja a l'art de l'argumentation, elle a travaillé à répondre à tous les reproches qui lui sont faits. Elle a sa vision des choses, relativement cohérente et que l'on peut ensuite critiquer, à laquelle on peut apposer d'autres arguments. Evidemment, Judith Bernard mène comme à son habitude l'entretien avec brio et cela donne quelque chose de très riche. J'ai eu beaucoup trop l'impression d'une vision très manichéenne des choses : "nous" et "eux" dont certains pourraient être "nos alliés", "nos amis", mais sans être vraiment "nous". C'est cela qui me dérange. Mais peut-être ai-je mal compris !
J'ai tout de même bondi de ma chaise à quelques reprises :
- Lorsqu'Houria dit en substance que le fait que l'islam soit instrumentalisé par le capitalisme est aussi dangereux que son instrumentalisation par Daesh. Je veux bien une explication. Je suis favorable à un autre monde que le monde libéral et capitaliste mais le mettre sur le même plan que Daesh me dérange franchement!
- Est-ce qu'on peut arrêter un peu avec la création d'Israël comme conséquence de la Shoah ? L'histoire du sionisme ne commence pas en 1945. Et quand Houria Bouteldja affirme qu'en 1945 ou 1948, il y avait bien peu de sionistes en Europe, là je me suis dit "Mais comment affirmer des choses pareilles !". L'histoire du sionisme est aussi une histoire longue à étudier, qui remonte au moins au 19ème siècle.
- De quels génocides parle-t-elle ? Quelle définition donne-t-elle au terme "génocide" ? J'ai cru que j'allais hurler lorsqu'elle a parlé du "génocide des homosexuels". Des homosexuels ont été déportés et sont morts en déportation, surtout les Allemands car ils étaient au yeux des nazis "inutiles" à la reproduction de la race. Mais pas de mise à mort programmée.

Merci en tout cas pour cet entretien.

posté le 26/04/2016 à 00h00

08/11/2014 - Dans le Texte - Le principe démocratie

Entretien passionnant. Comme souvent !
Juste une petite nuance : Hitler n'est pas vraiment arrivé au pouvoir par les urnes. Le parti nazi connaît même un léger repli depuis 1932 en Allemagne aux élections législatives. Mais les conservateurs persuadent le président Hindenburg de nommer Hitler chancelier (ce qu'Hindenburg avait toujours refusé), d'une part pour avoir une prise sur le parti nazi (en confiant le poste de chancelier à Hitler et pas plus de 3 portefeuilles ministériels à des membres du NSDAP), et d'autre part pour faire barrage aux communistes qui remportaient également de plus en plus de suffrages.
Ce qui ne remet pas en cause l'idée qu'après le coup d'état, Hitler cherche à accéder au pouvoir par les canaux de la démocratie.

posté le 08/11/2014 à 21h37