Hors-Série
Arret sur Images
Me connecter
abonnez-vous


commentaire(s) publié(s) par FRAFOR

5 commentaires postés

05/11/2016 - Dans le Texte - Les affects de la politique

Pour moi, une excellente entrevue.
Le Lordon nouveau d'après "nuit debout"apparaît plus réel, plus compréhensible, plus "saisissable" dans ses contradictions...
Merci Judith et un encouragement à le bousculer encore un peu plus !!;-)
Pour revenir à l'entretien, l'attachement à son bien être personnel (caractéristique particulièrement importante en mode politique "libéral capitaliste") sous toutes ces formes(confort pratique et conceptuel, assouvissement immédiat des désirs, "faim" permanente de nouveautés, accentuation de la compétition dans tous les domaines de la vie, etc...) et par toutes les affects ( sentiments de peur de la nouveauté, du ridicule;jalousie, envie, ignorance pratique ou conceptuelle, etc...) explique largement les échecs de prise de conscience et de mise en oeuvre efficace de révolutions au XXIème siècle. Cela se traduit naturellement par "le salarié en poste qui a peur de perdre son gagne-pain" et qui renonce mais tout autant par "le chercheur universitaire révolté "crypto marxiste" au RSA qui a mentalisé une révolution fantasmée à venir équivalente à celle du passé où il se rêve en nouveau Marx...toutes ces complexions poussent à l'échec!
Mais les complexions spinozistes ne sont pas modulables que par des "images" comme vous le soutenez...ou par l'abstinence comme proposé par Judith. Sauf à se contenter du temps long ou du "Jacquattalisme" chère à l'ami Frédéric Lordon.
Je crois en lisant en ce moment "les écrits gnostiques" de la pléïade que par delà "le nous"(l'intellect),"la psychè" (l'âme gestionnaire du lien corps/intellect)qui semblent bien intégrés par l'analyse spinoziste de Frédéric Lordon qu'il nous manque "la pneuma"(l'âme) qui semble être le moyen de se faire "vide" prêt à lâcher ses anciennes complexions et à exprimer sa foi envers le "deus" qui est en nous et qui peut diriger "le lupus" du monde moderne qui nous habite.
Vous trouvez un exemple à la fois repoussant et fascinant dans les passages à l'acte dans le terrorisme actuel. Ce que "les barbares qu'ils sont" atteignent en nous dans le monde des "civilisés que nous sommes".Ils ont la foi des derniers "abrutis convertis" et on nous invite à retrouver "la foi" dans la consommation et la jouissance par tous les orifices en terrasse de café! QUelle perte d'idéal...nous ne faisons pas le poids!
Faudra t il retrouver la "pneuma" des "Templiers", autres moines soldats??? ou tout au moins redevenir des acteurs qui témoigneront et agirons dans le sens d'un nettoyage des "écuries d'Augias"...
L'action concrète et Le temps nous le diront...
Merci.

posté le 06/11/2016 à 18h43

05/03/2016 - Aux Ressources - Le franc-tireur du journalisme

Géniale émission...du velours avec un François Ruffin en pleine gloire ! ;-)
Merci patron!

posté le 06/03/2016 à 16h47

09/01/2016 - Aux Sources - La bataille de l'imaginaire

excellente itw...je cours acheter ses bouquins !

posté le 11/01/2016 à 11h13

19/06/2014 - Dans le Texte - La Société du mépris de soi

Sur le thème de la masculinité perdue, je trouve votre invité très pertinent. Et je ne m'étonne que peu de votre réaction en tant qu'intervieweuse et des commentaires perturbés de la vidéo. Depuis que le féminisme a outrancièrement défendu sans nuance la condition des femmes (à raison au début), nous nous retrouvons aujourd'hui avec des hommes qui ont intégrés les demandes des femmes pour la plupart (et ne ressortez pas les statistiques à qui l'ont fait dire ce qu'on veut) alors que les féministes "intégristes" ont compris comme les hommes les plus réac' que la position acquise sur ce champ leur donnait un pouvoir fort élevé!!! Et nous y voilà, nous avons des femmes qui ont réussi à devenir ce qu'elles abhorraient quelques années plus tôt...ie des "hommes de pouvoir". Heureusement, la religion du doute fait que autant les hommes que les femmes sont "castrés" de nos jours ! Ce qui nous donne une merveilleuse intervieweuse qui ne reconnait pas les hommes et les femmes contemporains décrites par l'invité ! Alors qu'avec cette intelligence vive elle devrait être l'aiguillon des femmes équilibrés entre leur masculin et leur féminin assumés! Loin des stéréotypes des gens de pouvoirs! Merci Judith et bravo!

posté le 06/01/2016 à 10h47

19/06/2014 - Dans le Texte - La Société du mépris de soi

Passionnante interview! interviewé & intervieweuse ;-) Voilà un nouvel abonné plus que satisfait! chapeau.

posté le 05/01/2016 à 18h42