Hors-Série
Arret sur Images
Me connecter
abonnez-vous


commentaire(s) publié(s) par François Dézafit

2 commentaires postés

20/02/2016 - Dans Le Mythe - Cyborg

Merci Judith. Je ne voulais pas être abscons . . seulement précis, et voilà que je fais tomber des mots bien trop encombrants dans un simple commentaire . . Je pensais plutôt à un "dans le texte », vous avez raison, que vous consacreriez aux prothèses algorithmiques (Parce que prothèses de la raison, individuelle et collective, prothèses managériales depuis les workflows intranet des dernières décennies aux plateformes extranet ubérisantes d’aujourd’hui, etc.). Si ce n'est pas avec Stiegler (dommage, il est très avancé sur ce terrain de la disruption machinique), ce pourrait être avec Dominique Cardon (A quoi rêvent les algorithmes), Yves Citton (Pour une écologie de l'attention, économie de l'attention), Eric Sadin (La vie algorithmique), voire Gilles Babinet (Les big data), etc. Vous devez en connaître d'autres ; je ne doute pas que vous saurez comparer leurs apports respectifs et creuser avec au moins l’un d’eux cette dernière prouesse de notre Prométhée voleur du feu d’Héphaïstos et de l’art d’Athena. Dernière prouesse, au sens ordinal (oOops pardon !), car après l’habitus et le corpus il ne lui reste que la raison à . . armer de prothèses. A quand une "critique de la raison augmentée" ? ArgH . . mais où diable Hermès est-il passé !?
Un abonné assidu.

posté le 25/02/2016 à 17h38 ( modifié le 25/02/2016 à 18h06 )

20/02/2016 - Dans Le Mythe - Cyborg

Dans les termes savoureux de "l'obsolescence augmentée", l'inventaire des mythes et des fascinations comme autant d'approches narcissiques, autolâtres, voire mystiques de l'homme prométhéen est certes intéressant, mais demeure un simple exposé du "problème". Que n'entreprenez-vous pas désormais, dans un second temps, d'explorer "l'augmentation réticulaire de l'obsolescence sociétale" de l'homme prothétique désormais créateur-destructeur d'un imperium capturé par sa technè et qui aliène son logos (dans "la société automatique", le capitaliste n'est peut-être pas la question première mais seulement une amplification par son hubris du conatus prédateur inégalitaire de l'homme prométhéen) ? Que n'invitez-vous Bernard Stiegler pour passer de la récréation à l'étude (même si l'axiologie de Bernard Stiegler n'est pas toujours aussi neutre qu'on le souhaiterait, mais ses analyses comme ses colères sont si stimulantes) ? Merci !

posté le 25/02/2016 à 11h42 ( modifié le 25/02/2016 à 12h14 )