Hors-Série
Arret sur Images
Me connecter
abonnez-vous


commentaire(s) publié(s) par Jeff Buche

1 commentaire posté

16/12/2017 - Dans le Texte - La société autophage

J'ai terminé il y a quelques semaines l'ouvrage de Jappe, et j'attendais avec impatience sa venue à Hors Série. Le livre m'a énormément plu, avec quelques réserves, notamment en ce qui concerne une tendance à la pensée totalisante assez caractéristique de toute pensée liée à la critique radicale (et je dis ça alors que c'est un positionnement dont je me sens très proche). L'émission m'a plu également, mais pour d'autres raisons. Judith Bernard a soulevé des questions intéressantes, mais on a parfois l'impression que sa proximité avec Bernard Friot l'amène à réagir de manière un peu épidermique, comme si certains propos de Jappe venaient la piquer au vif. Je ne me plains évidemment pas de la divergence de points de vue mais plutôt de la manière avec laquelle Judith Bernard répond aux attaques de Jappe en direction des défenseurs du salaire à vie qui seraient dans l'erreur (selon Jappe bien sûr, il peut évidemment se tromper). J'aurais préféré qu'elle parvienne à rester dans une attitude plus distanciée et moins prosélyte. Peu importe que Friot soit affecté ou pas par ce que soutient Jappe. On sent assez nettement que Judith Bernard, étant proche des idées de Friot (et c'est son droit le plus strict cela va sans dire) ne goût guère les piques de Jappe et adopte un ton qui s'apparente davantage à celui d'un militant que d'une personne censée saisir les articulations (voire les limites) de la pensée de l'invité (rôle qu'elle parvient à endosser sans difficultés dans le reste de l'émission. Est-ce qu'il n'aurait pas été plus sage de ne pas relever la remarque provocatrice de Jappe (le passage sur "l'utopie de cantine communale") pour se focaliser uniquement sur la validité des reproches de Jappe? Mais je chipote sûrement.

Pour lire un contrepoint intéressant de ce qui dit Jappe, je conseille la lecture du livre "D'or et de Sable", de Jean-Marc Mandosio, paru aux Editions de l'Encyclopédie des Nuisances en 2008: dans l'un des chapitres, l'auteur, qui est proche des post-situationnistes et du courant anti-industriel, retranscrit la correspondance qu'il a eue avec Jappe. Même si on serait tenter à première vue de considérer les deux auteurs comme assez proches, le moins que l'on puisse dire est que Mandosio est en désaccord avec de nombreux aspects théoriques des tenants de la critique de la valeur. Je ne saurais dire de qui je me sens le plus proche, mais ce qui est sûr, c'est leur correspondance est stimulante à bien des égards (même si pas franchement réjouissante et là je serais tenté de rejoindre le point de vue de Judith Bernard sur le fait que tout cela n'est pas très réjouissant...

Pour autant, un grand merci pour vos émissions, ces rencontres intellectuelles sont des outils précieux pour résister à l'atonie ambiante à laquelle il est souvent difficile d'échapper.

posté le 16/12/2017 à 23h58 ( modifié le 17/12/2017 à 00h15 )