Hors-Série
Arret sur Images
Me connecter
abonnez-vous


commentaire(s) publié(s) par olivia jerkovic

3 commentaires postés

09/04/2016 - Dans le Texte - Vers l'amour révolutionnaire

Pardon faute de frappe, je ne pense pas que les frères Kouachi soient des terroristes, c'est beaucoup plus compliqué. Les terroristes, ce sont qui ont armé leurs bras et leurs esprits!

posté le 21/05/2016 à 10h49

09/04/2016 - Dans le Texte - Vers l'amour révolutionnaire

http://oumma.com/219681/charlie-hebdo-sacre-damnes-de-terre-de-profanation
A lire cet article, on pourrait penser que Charlie Hebdo était tiré à 1 millions d'exemplaires avant les attentats. L'hebdo est devenu célèbre lorsqu'il y a eu le procès des caricatures. C'est ce procès qu'il leur a donné une grande couverture médiatique. A lire les propos de la représentente du PIR, On pourrait penser qu'il ne blessait que les Musulmans alors que les catholiques depuis bien longtemps étaient eux aussi ridiculisés par la satire, qui est je le rappelle avant tout un genre esthétique. Quelle mauvaise foi! Aucun musulman ne bafoue le prophète!!!Elle soulève elle-même le problème: est-ce qu 'être musulman" implique être parfait????? N'y-a-t-il pas des caricaturistes dans le monde arabe? N'ont-ils pas été soutenus par Charlie Hebdo?
L'interview de Judith Bernard m'a bousculée car j'ai entendu, en tant que fille d'immigré, la grande fêlure d'H.B. Mais on ne peut pas la laisser dire que ceux qui ne croyaient pas au sacré ont finalement eu ce qu'il méritait. Je pense que les frères Kouachi ont connu avant tout le destin tragique de certains enfants de la DDASS , où était la communauté musulmane si parfaite et solidaire? Elle défendait son prophète au procès de Charlie. Le suicide de leur mère est certainement ce qui a orienté leur vie. C'est pour cela que je pense pas que ce ne sont pas des terroristes, en tuant l'équipe Charlie, ils ont en quelque sorte vengé leur mère, qui elle était très croyante. Cela relève de la psychanalyse. Oui, ce sont des damnés de la terre. Mais ils se sont trompés de cible par inculture et manque de foi malheureusement. Le sacré les a tués alors qu'un vrai chemin spirituel (comme en vivent des millions de musulmans) les auraient sauvés. Non, les Musulmans n'ont pas à se justifier des attentats mais pour cela encore faut-il être clair? Depuis les procès des caricatures, il y a eu une "fatwa" anti-charli? Qui l'a déclarée? Je ne sais pas. En tout cas, cela a légitimé ceux qui les ont tués. J'ai la foi, mais mon Dieu a de l'humour. En ce moment, on a sérieusement besoin de se détendre sur tous ces sujets.

posté le 20/05/2016 à 10h18

09/04/2016 - Dans le Texte - Vers l'amour révolutionnaire

Petit apport aux questions éludées: extrait "Histoire des Balkans", Georges Castellan, Paris, Fayard, 1991, Avant-propos, p. "Pour comprendre cette spécificité balkanique, il faut se tourner vers l'Histoire. Ce livre en parcourt six siècles. Le point de départ est largement symbolique: le Croissant remplaçant la Croix sur Sainte-Sophie, la basilique de Constantinople, après le siège d'avril-mai 1453 par le sultan Mehmed II. (...)déjà maîtres de l'ensemble de la péninsule, il supprimèrent les dernières enclaves chrétiennes, dont la capitale de Constantinople(...) Ainsi avaient disparu les royaumes ou empires des Bulgares (1393) et des Serbes (1389 et 1459), les principautés des Grecs (1456 et 1460) et des Albanais (1506). Pour quatres siècles, ces peuples furent absorbés dans un Empire qui s'étendait du Caucase au Soudan, du Danube au golfe Arabo-Persique. Le chef en était le sultan, commandeur des croyants, la loi en était la charîa de l'islam et les mosquées devaient partout être plus hautes que les églises. Mais celles-ci demeuraient.
Depuis longtemps la politique du djihâd avait fait long feu. Sauf exceptions locales, les sultans n'avaient pas pu ni voulu convertir les peuples chrétiens des pays grecs, serbes, bulgares et albanais. Mais le Coran était formel: les incroyants n'avaient le droit ni de porter les armes, ni de participer à l'administration d'un Etat fondé sur l'enseignement du Prophète. D'où le système du "millet", cette communauté religieuse autogérée par le chef de l'Eglise- tel le patriarche grec de Constantinople-qui laissait aux non-musulmans leur foi, leur culte, leur langue et leurs traditions." La partie occidentale de la Croatie actuelle fut sous domination vénitienne puis austro-hongroise. Je suis blanche d'origine bosniaque, européenne désormais, qui suis-je pour les membres du PIR, car je ne compte pas afficher ma longue histoire sur mon front? Pour lutter contre le racisme, il ne faut peut-être pas se désigner les uns les autres en terme de couleurs. Si on convoque l'histoire, il faut la convoquer dans son entier. Pour ma part, j'estime que les empires ottomans, vénitiens et austro-hongrois ont fait perdre 400 années d'autonomie politique aux peuples des Balkans.
Voilà, mon petit garçon, un des rares blancs de son école maternelle avait du haut de ses trois ans trancher la question de sa couleur: JE SUIS BEIGE! Moi, ça me va, mais je ne parviendrai jamais à dire qui je suis dans mon transilien de banlieue vers Argenteuil, si d'emblée, on me catégorise blanche, ou si d'emblée je catégorise mon voisin ou ma voisine de noir, moi, je veux faire confiance aux autres, c'est tout. Quant au NOUS politique, il est temps de le construire en se faisant confiance les uns les autres!!!!!!
Je précise que le Massacre de Srebrenica a été pour moi une horreur à ajouter à la longue liste des massacres en Europe qui a suscité TRO PEU d'indignation. Donc, CATEGORISER l'autre conduit toujours à une impasse.

posté le 24/04/2016 à 15h56 ( modifié le 24/04/2016 à 15h58 )