Hors-Série
Arret sur Images
Me connecter
abonnez-vous


commentaire(s) publié(s) par Kahina Azil-Redjala

2 commentaires postés

09/04/2016 - Dans le Texte - Vers l'amour révolutionnaire

J'ai attendu désespérément que Houria Bouteldja fasse son autocritique, l'autocritique du "nous" qu'elle défend. Rien. Nada. Chez Houria le blanc est coupable de tout, d'être raciste (comme tous les politiques actuels) ou pas assez solidaires (comme Frédérique Lordon), ou pas assez nombreux à être solidaires (comme les porteurs de valises), de ne pas faire son autocritique à temps (comme toute la classe intellectuelle française qui regrettent la colonisation, mais après l'indépendance)... Il n'y aurait pas chez cette Bouteldja une volonté de s'enfermer volontairement dans ce statut d'indigène?!!!
Elle parle d'un risque de guerre civile et bien sur si ça explose c'est à cause des politiques. Elle, elle n'a rien à se reprocher. Elle n'a aucun message à envoyer à sa communauté "d'indigènes", si ce n'est qu'ils ne sont coupables de rien, mais juste victimes d'un code de l'indigénat et, implicitement, que leur violence est légitime. Et d'ailleurs, à quel moment parle-t-elle d'islamisme radical? Que je sache, l'islamisme radical n'est pas un phénomène franco-français. Elle est algérienne, elle est bien placée pour le savoir. Comment peut-on concevoir que s'il y a violence, ce ne serait qu'à cause des politiques racistes de l’État-nation? La violence islamiste qui anime les jeunes de banlieue aujourd'hui ressemble drôlement à cette violence que des pays comme l'Algérie ont connu et que Houria Bouteldja ne peut ignorer.
Je veux bien que l'on tape sur les politiques, les intellectuels et leurs bavures, mais de là à les tenir pour seuls responsables de tout, ça me dépasse.

posté le 09/04/2016 à 16h22

22/11/2014 - Aux Sources - Les Nouveaux rouges-bruns

Je ne comprends pas l'intérêt d'inviter quelqu'un dont le livre se résume à distribuer des bons et des mauvais points aux uns et aux autres. Vous manquez à ce point d'inspiration! Quand en plus cet auteur se contente de traiter untel d'antisémite ou de raciste sous prétexte qu'il ait défendu untel, ou qu'untel sème la confusion sous prétexte qu'il partage une même idée qu'untel... Un livre bourré de raccourcis sidérants et sans aucune réflexion fondée, argumentée. Sincèrement, c'est beau d'inviter des intello dont vous ne partagez pas l'opinion, mais au moins un intello intéressant qui vaut la peine d'être entendu.
Par ailleurs, les polémiques sur l'antisémitisme, Soral, Dieudo et compagnie... Y a un moment où il faut que ça s'arrête. Le monde ne tourne pas qu'autour de ça.

posté le 30/11/2014 à 19h47