Hors-Série
Arret sur Images
Me connecter
abonnez-vous


commentaire(s) publié(s) par Arnaud Romain

12 commentaires postés

02/04/2016 - Aux Sources - Médiocratie

Mais quel bonheur ! Encore encore encore ! Merci Maja ! A quand un entretien croisé avec Alain et Jef Gallotte ? Hein ? La lumière sur nos esprits !

posté le 02/04/2016 à 19h48

12/03/2016 - Aux Sources - Faut pas mollir !

Maja, je suis prêt à mettre sur la table une somme rigoureusement indécente pour obtenir l'info suivante : où Diable doit-on se rendre, dans quel antre improbable, sous quelle latitude encore ignorée, au centre de quel vortex spatio-temporel, pour se procurer un exemplaire du charmant petit pull rose que tu arbores fièrement ? OU ??? A moins qu'il ne fut tricoté par Maman, auquel cas, je retire tous mes sarcasmes, parce que, bon... les vêtements, ça passe... mais, on l'avait dit : "pas la famille" !

Sans blague, j'ai eu le plaisir de tourner une journée avec Jean-François il y a 15 ans... et je l'affirme bien haut : qui n'a pas participé à un tournage de film institutionnel (c'est-à-dire un film d'entreprise, de promotion ou d'information interne), avec en plus de l'équipe de tournage les endives de la direction, du marketing, de la com' présents sur site pour mettre leur grain de sel (faut bien montrer à tous qu'on sert à quelque chose et qu'on usurpe pas son salaire !), et au milieu desquels on lâche un Gallotte en liberté, n'a pas touché du doigt le bonheur sur Terre. Seulement voilà, c'est un fouteur de merde tellement positif, jovial et bienveillant que... tout passe... En tout cas, il avait fait du tournage potentiellement parmi les plus chiants de ma vie un vrai moment de franche rigolade et un souvenir savoureux.

Putain, quelle vie et quel parcours quand même ! Chapeau bas camarade et bon vent. Merci Maja !!!

posté le 14/03/2016 à 11h20

12/12/2015 - Dans Le Film - Vertigo, une enquête

C'est de l'humour Murielle... de l'humour ! Tout ça n'est pas bien grave. Je parle du temps seulement, et spécifie que l'intervenant est très intéressant. Je dis que "Hors série" est hors format, justement... ne me reprochez l'affirmation du strict contraire ! Et c'est justement parce qu'Hors série est aussi "hors format" que, d’emblée, la durée m'est apparue frustrante, si substantiel que soit le contenu. Tout ça n'est pas bien grave. Je veillerai à être plus doux. Eh, vous avez regardé la séquence de Rafik et Thoret ? Pas mal aussi hein ? Ca complète bien je trouve...

posté le 14/12/2015 à 07h43

12/12/2015 - Dans Le Film - Vertigo, une enquête

Je rappelle un "dans le texte" ("dans le film") datant d'il y a quelques années... et sans Judith, animé par Rafik, et qui s'attardait un peu chemin faisant sur Vertigo.

http://www.arretsurimages.net/emissions/2010-12-30/Le-cinema-n-a-rien-a-voir-avec-la-litterature-id3630

Jean-Baptiste Thoret, Rafik et Siri s'attardaient sur une séquence de Vertigo absolument cruciale en matière de pur cinoche, et très étrangement absente de l'analyse de votre invité Muriel. Il retient le caractère invraisemblable de la séquence du petit hôtel, qui pourtant de son propre aveu trouve parfaitement des explication dans le hors champs... en revanche, la scène du cimetière, elle, est totalement invraisemblable dans ce qu'elle offre à voir... et là, ce n'est que l'outil filmique et son usage poussé à ses possibilités narratives les pus géniales qui est à relever. Dommage qu'il ne le fut pas, et étonnant aussi.

Et puis, Mumu, un petit tuyau : vous n'avez pas de limite de temps, vous êtes sur le net... alors Hermann, s'il est dans vos notes, reparcourez vos notes avant de rendre l'antenne à Cognac-Jay et prenez les 10 minutes supplémentaires absolument indispensables à un tour d'horizon de l'impact de ce chef-d'oeuvre... En tout cas, allez au bout de ce qu'il y a à dire. Quand j'ai vu, avant visionnage, la durée de l'émission, je savais par avance que nous serions frustrés. Je ne comprends pas : pourquoi produire des émissions sur le net, hors série et "hors format", et retomber dans le formatage ? Est-ce que vous vous dîtes en conf de rédac que nous sommes trop cons pour tolérer des émissions plus longues que celles d'Hanouna ? Mais faites péter les formats Bon Dieu ! En quoi eut-il été handicapant de fournir une émission de 90 minutes sur ce film, avec un intervenant intéressant ? Et pis si c'est trop long, faites deux chapitres... je ne sais pas... Bref, Beaucoup trop court l'émission... beaucoup trop court; songez-y pour le prochain "Dans le film", quel que soit l'oeuvre analysée. Bisous à tous et bonnes fêtes.

posté le 13/12/2015 à 13h55

14/07/2015 - Spéciale - Lordon, Hazan : A nos amis

1000 mercis Hors-série, mais une question... Pourquoi 8 mois après ?

posté le 14/07/2015 à 19h50

20/02/2015 - Dans Le Mythe - Les Sorcières

D'accord avec Yael. La période de la chasse aux sorcières coincide avec la Renaissance, pas du tout le Moyen-âge, et son plein développement, surtout dans l'est de l'Europe, dans l'Europe protestante, c'est le 17e siècle ! On n'est plus du tout au MOyen-âge. En France, c'est COlbert et Louis XIV qui y lettent fin...

ENsuite, Judith, votre phrase d'introduction : "100 à 200 000 femmes exécutées", je sais pas d'où vous sortez des chiffres pareils, mais, d'abord, non, ce ne furent pas QUE des femmes (80% de femmes... donc, 20% d'hommes) et ensuite, selon les sources, le nombre varie de 40 à 80 000 exécutions. En revanche, il y eut bien plus de procès, c'est vrai. Qui ne débouchaient pas tous sur des exécutions donc.

Enfin, l'Eglise s'est désolidarisée dès la fin du XVe des auteurs d'ouvrages prônant la chasse aux sorcières. Rappeler que les tribunaux ecclésiastiques n'avaient à traiter que des cas d'hérésie, non des procès en sorcellerie. Ce sont bel et bien des tribunaux civils qui ont commis ces exactions... pour toutes sortes de raison, et l'obscurantisme a bon dos : jalousies, conflits d'intérêts... on peut imaginer toutes sortes de raisons poussant à la délation et à l'acharnement contre des femmes et hommes de ce temps... contre les "fous" aussi. Et les médecins ne sont pas pour rien dans l'arrêt de ces pratiques. Ah oui : Michelet comme référence, oubliez, définitivement, totalement. Là, faut pas exagérer. héhéhé... gros menteur va !

posté le 22/02/2015 à 10h16

17/01/2015 - Dans Le Film - Lettre d'un psychanalyste à Spielberg

Ah, un détail également, concernant "l'échec retentissant" de "La liste de Schnindler". Je prélève ceci dans Wikipédia :ce petit texte me semble neutre, ni agiographique ni critique... juste factuel :

"Aux États-Unis, sorti dans un premier temps dans un nombre limité de salles, le film se classe à la quatorzième place avec 278 627 $. Mais dès sa sortie en salles sur le reste du territoire, le film se hausse à la 10e place du box-office avec 7 257 805 $ en trois semaines.

Le film atteint la deuxième place du box-office dès sa quatorzième semaine, avec 62 656 498 $ de recettes pour finir honnêtement sa carrière avec 96 065 768 $ sur le territoire américain après 34 semaines.

C'est à l'étranger que La Liste de Schindler fait un meilleur score. Le film fut un grand succès mondial, rapportant 321 millions de dollars US, pour un budget de 22 millions."

... et j'ajouterais ... malgré un thème parfois peu propice à faire se déplacer les foules (voir le monumental gadin du film "La rafle" par exemple). Presque tout ce que Murielle produit sur Hors-série est de la même eau : un effort étrange pour distordre (cette fois, même factuellement) tout ce qui a trait au cinéma pour le faire entrer de force dans un carcan, et au moyen d'un prisme très étroit, et tellement personnel que, pour ma part, je ne m'y "retrouve" jamais... jamais ne sont levées les thématiques, les angles, les questions que j'aimerais voir posées.

"La liste de Schindler" autorise tous les délires en projetant nos deux interlocuteurs dans un mono-prisme épuisant sur la Shoah, qui "suinterait" dans les 32 autres films de l'auteur (ou peu s'en faut)... Ah bon ?... Euhhh... "Amistad", "La Couleur pourpre" et "Lincoln", 3 films sur l'esclavage et la condition des noirs dans l'histoire des USA. C'est pas tout aussi (pour le moins) marquant dans l'oeuvre de Spielberg ? A relever ? Même si l'angle de l'entretien est la psychanalyse (qui pose problème, puisque discipline ne tenant que sur la foi et rien d'autre... et que je suis "athée" en l'occurrence) Je dis ça, je ne dis rien...

Je me contenterai à l'avenir des entretiens de nos autres "coupeuses de cheveux en quatre" ! Trop frustrant, trop décevant...

posté le 20/01/2015 à 19h12

17/01/2015 - Dans Le Film - Lettre d'un psychanalyste à Spielberg

Pourquoi nous imposer une séance d'auto-analyse de Monsieur Moscovitz... ses lubies, ses névroses, ses fixations, ses psychoses. J'eusse préféré une émission de cinéma sur Spielberg plutôt que sur un psy (qui m'indiffère assez puisque n'ayant que peu à voir avec le cinéma). Dommage...

posté le 20/01/2015 à 18h49

22/11/2014 - Aux Sources - Les Nouveaux rouges-bruns

D'accord avec vous Maya, le livre de ce monsieur pose beaucoup, beaucoup de questions. Alors du coup, question : est-il utile de passer, ne serait-ce que 2 minutes à un entretien avec ce monsieur là, précisément, pour tenter d'y apporter la moindre réponse ?... oh la vache ! Dur. Et dire qu'il y a seulement quelques années, j'aurais pu trouver parfaitement recevable, désirable même, la pensée de cet homme... mais l'entretien est fascinant... cet homme est une synthèse. Une quintessence : le fascisme de gauche en ordre de marche. Et je n'emploie pas, je vous prie de le croire, un mot si puissant sans l'avoir dûment pesé, envisagé, considéré. Mais quelle horreur... Pouah !!! Enfin ! Voilà voilà quoi... Un véritable cauchemars. Mais je vous aime hein...

Le petit va bien ? Ca lui fait combien maintenant ;-). Bah oui, reste plus que ça, nos petiots... seules consolations, non ? J'en ai un de l'âge du vôtre à la louche, un autre en marche, donc si vous vous cassez en Papouasie, faites moi signe, on part tous les 4 avec vous créer une odieuse tribu exotique collaborative et égalitaire dans une démarche désespérément survivaliste et résolument bio ! A plus.

posté le 22/11/2014 à 17h30

27/09/2014 - Aux Sources - Pressions et expression

@ Hugo Reis. Pardon, je vous demandais des sources, pas des "editos" sortis de fond poubelles... non, des citations de premières main, vidéos ou déclarations directe (sur le site de l'intéressé)... Laure Daussy a fait un article sur Asselineau sur @si dont la neutralité toute journalistique devrait lui valoir le Prix Albert Londres séance tenante (Ohhh, je rigoooole !) et même elle stipule : "Cependant, à la différence d'autres figures intellectuellement proches de l'extrême-droite, [l']anti-américanisme [de François Asselineau] est exclusif de toute trace d'islamophobie, de racisme, ou d'antisémitisme ».

C'est pourquoi je vous demande, au lieu de ragots de caniveau en guise de "sources" en quoi ce type "d’extrême-droite" MAIS dénué de toute trace d'islamophobie, de racisme ou d'antisémitisme" est parvenu à vous faire parvenir à vos conclusions. Vraiment, sans plaisanter, une source primaire, un argument que LUI avance, un seul... please... Merci.

posté le 30/09/2014 à 19h00

27/09/2014 - Aux Sources - Pressions et expression

@ Reis Hugo. Citation " Asselineau de l'UPR parti qui anime tranquillement des conférences avec l'extrême droite et des antisémites... parti qui réclame le contrôle des immigrés par exemple"... je vous aurais bien envoyé un mot en MP mais, soit c'est pas possible, soit je suis une buse parce que j'ai pas trouvé comment faire. Du coup, ça fait un peu troll mais bon. Pardon. Vous pouvez me filer des tuyaux sur cette affirmation ? Ne serait-ce qu'un lien, une citation sourcée ? Bon week-end.

posté le 27/09/2014 à 16h45

27/09/2014 - Aux Sources - Pressions et expression

S'il fallait une confirmation qu'il était grand temps de prendre une certaine distance d'avec le carcan d'@si, cet entretien en constitue un exemple chimiquement pur. Merci Maya. Bon, votre carrière est finie, évidemment, surtout si Laure Daussy court vous dénoncer à la Kommandantur. rhaaaa.... c'est pour rigoler... Cela dit, quand on compare le traitement de choc (soft, mais ferme tout de même) que vous aviez réservé (à juste raison) à l'incontournable Caro Fourest et la tenue tellement plus constructive et essentielle sur le plan conceptuel de cet entretien, on se prend à craindre pour vous une prochaine classification dans une liste... allez, disons grise si vous vous reprenez à temps... Bravo à vous. Il est passionnant ce Monsieur Bricmont. Sinon, le bébé va bien ? Je vous embrasse.

posté le 27/09/2014 à 16h33 ( modifié le 27/09/2014 à 16h46 )