Hors-Série
Arret sur Images
Me connecter
abonnez-vous


commentaire(s) publié(s) par Maryse Vidal

6 commentaires postés

30/12/2017 - Diagonale Sonore - Chant inuit aujourd'hui

Merci!

posté le 11/01/2018 à 12h07

11/11/2017 - Aux Sources - La démocratie directe, une chimère ?

Je reste sur ma faim. Un Rancière par exemple est plus intéressant et plus radical dans sa pensée.

posté le 14/11/2017 à 12h24

21/10/2017 - Dans le Texte - Médiarchie

Merci Judith pour votre réponse. Je partage votre analyse politique sur le programme de la FI en ce qu'il ne s'attaque pas suffisamment au coeur du problème, à savoir le capitalisme. Je partage également les réserves critiques que vous formulez si le media se donne pour objet d'être le porte-voix de la FI, comme les indices et déclarations de ses actuels coordinateurs peuvent vous le laisser penser, et je vous fais assez confiance pour ne pas en douter.
Quelques remarques cependant.
1/ je ne vous suis pas sur l'idée qu'un media de masse gommerait nécessairement toute subversion ou aspérité. On peut très bien diffuser idées subversives, qui ne seraient vraisemblablement pas partagées par la majorité des spectateurs (majorité en désaccord, qui changerait aussi selon le point de vue diffusé) mais qui se retrouvera sur le besoin et l'envie de débattre, discuter, comparer, confronter, etc.
2/ En y repensant, l'objet principal de mon commentaire est la crainte des oppositions stériles entre "nous", sur le thème: je suis plus "pur", plus "radical", plus dans le vrai que vous, etc. Alors que l'on partage tellement d'analyses (ce que Citton a d'ailleurs également très bien formulé). Agissons ensemble (je ne m'adresse plus à vous Judith, mais à tous ceux qui inspirent ma crainte...). Ce processus "actif" nous changera, et créera plus surement des convergences d'idées (et de nouvelles divergences!) que les exigences préalables en certificats de pureté!
3/Il me semble que la possible captation partielle des ressources financières que peut opérer le nouveau media joue un rôle dans les réactions à l'annonce de sa création. Est-ce comme cela qu'il faut comprendre l'offre récente de la Presse Libre?

posté le 26/10/2017 à 18h54

21/10/2017 - Dans le Texte - Médiarchie

Bonjour Judith!
Un commentaire général sur vos questions, lorsqu'elles sont relatives à a France Insoumise. Ce commentaire m'a été inspiré par la séquence sur le nouveau media en création, mais il est plus général. On ressent (plus qu'on entend) beaucoup de réserves implicites, de frustration ou de critiques à l'égard de la FI. Aucun problème sur le fait d'avoir une posture critique, bien entendu. Mais moi qui vous suis et vous apprécie depuis longtemps, j'ai un sentiment de malaise grandissant, celui du non-dit... Si j'ai raison, pourriez-vous nous dire ce qui vous gène? En tant que "Friotiste", je trouve que la FI ne va pas assez loin pour espérer vaincre le capitalisme, mais la proposition de la FI est tellement nouvelle et radicale dans le champs politique qu'il me semble qu'il faut lancer toutes nos forces dans ce mouvement, tout en étant explicite sur ce qui nous va pas...
Bien à vous!

posté le 24/10/2017 à 12h07

05/11/2016 - Dans le Texte - Les affects de la politique

Une question à Judith: je suis (avec gourmandise) le travail de Frédéric Lordon depuis plusieurs années. J'ai de plus en plus envie de m'attaquer à Spinoza. En as-tu fait l'expérience, as-tu lu Spinoza ou faut-il se "contenter" de ses vecteurs talentueux comme F. Lordon car l'investissement à consentir serait trop grand? Merci

posté le 08/11/2016 à 10h00

01/10/2016 - Spéciale - A gauche de la présidentielle

Les deux intervenants sont au fond d'accord. Ils ne diffèrent que sur les modalités de recomposition de la gauche. L. Lévy ne souhaite pas soutenir Mélenchon pour qu'il ne devienne pas le personnage central de cette recomposition, C. Aguiton le soutient pour que le score honorable qu'il lui prédit puisse "redonner le moral" au mouvement social et entretenir une dynamique positive. Mais tous les deux n'en font pas un élément central de cette recomposition et semblent s'accorder sur leur detestation du caractère "Bonapartiste" de Mélenchon.

Ces échanges m'évoquent deux commentaires principaux:
1/ Beaucoup de simplification et d'approximation dans leur retranscription des positions de Mélenchon pour en faire la critique. Davantage pour L. Lévy mais également chez C. Aguiton. Une mauvaise foi manifeste qui affaiblit leurs propos
2/Je suis les discours de Mélenchon depuis plusieurs années maintenant et, sans être d'accord sur tout, j'apprécie beaucoup son effort pédagogique pour édifier son auditoire, c'est à dire pout le rendre à même de se forger sa propre opinion. Il donne bien sur sa propre interprétation, mais ses auditeurs en ressortent souvent grandis par les raisonnements ou les éléments qu'il a explicités. Par conséquent, la critique de Bonapartisme ne me semble pas vraiment porter: soit il ne l'est pas et cette critique est sans objet, soit il l'est dans sa pratique du pouvoir mais se heurtera bien vite à ses élécteurs qu'il exhorte en permanence à penser par eux-mêmes et qui ne se rangeront pas automatiquement derrière son avis.

En définitive, je ressens une certaine tristesse devant les préventions de certains compte tenu de la souffrance actuelle de ceux qu'une victoire de JLM pourrait soulager, sans même parler des enjeux environnementaux!

posté le 03/10/2016 à 16h29