Hors-Série
Arret sur Images
Me connecter
abonnez-vous


commentaire(s) publié(s) par Georgina Méliot

10 commentaires postés

30/05/2015 - Dans le Texte - Castoriadis, une vie

Ce commentaire est un complément du précédent que je viens de poster.
Quand je dis que "les avant-propos m'ennuient" j'ai oublié mes réactions à la lecture de ceux des émissions "Aux sources",et la lecture de l'émission qui sort aujourd'hui me fait nuancer mon précédent commentaire: en lisant Maja avant d'écouter l'émission, j'ai déjà un aperçu de la spécificité de l'ouvrage à découvrir, et le sentiment que cet aperçu est donné sur un mode "vécu, ressenti" plutôt qu"analysé"...
C'est un sentiment que j'ai pratiquement eu pour chaque émission "aux sources". Pour moi, ce n'est pas une question de style mais plutôt de positionnement...

posté le 06/06/2015 à 15h40

30/05/2015 - Dans le Texte - Castoriadis, une vie

@Judith @Papriko @Alexandra
Pour reprendre le point de discussion soulevé plus bas par Papriko et Alexandra, sur l'attitude des intervieweurs dans HS (vs @SI), je dirai que, pour moi, le point "nodal" porte sur la liberté conquise par ces dames de HS en créant leur site...

Cette totale liberté de choix des ouvrages ("dans le texte" sur @si analysait aussi des ouvrages que DS recommandait(?) ou imposait(?) à Judith) crée de fait une forme d'adhésion a priori pour les sujets traités, adhésion qui se répercute sur l'analyse dont l'élément critique devient peut-être secondaire, moins visible ou passe "à la trappe", alors que sur le site d'@si, cet aspect critique pouvait mieux s'exprimer, "dans le texte" étant adossé au site d'@si, à la fois source de contraintes plus ou moins confortables mais aussi source de sécurité (?).
Je ne vis pas cette attitude des intervieweuses de HS comme consciemment "consensuelle" mais je pense, en particulier, que Judith a en partie perdu son "mordant" qui faisait aussi le charme stimulant de ses émissions sur le site d'@si, et c'est cette perte que me semble souligner le commentaire de Papriko... sauf erreur de ma part !

J'avais déjà demandé à Judith (lors d'une autre émission sur HS) qu'elle éclaire dans l'avant-propos les raisons particulières de son choix d'ouvrages,et cette demande s'est révélée être, au vu de la réponse de Judith, à la fois trop large, pas assez précise. Il ne s'agissait pas, selon ma pensée,de répertorier TOUT ce qui faisait l'intérêt de l'ouvrage pour l'analyste, mais de nous donner préalablement à comprendre à nous auditeurs, CE qui dominait, CE qui faisait le sel pour la lectrice, cela exprimé sur un mode plus subjectif, peut-être un peu moins "scolaire",voire "académique"... J'avoue que la lecture des avant-propos m'ennuie, me donne le sentiment d'un plaidoyer pour auditeurs "acquis d'avance", avant-propos en cela analogues aux 4è pages de couverture censées allécher le chaland.

Ce que j'exprime là n'est peut-être pas partagé par nombre d'abonnés mais c'est, il me semble, LA? UNE? source du problème soulevé par les commentaires de Papriko et d'Alexandra....

posté le 06/06/2015 à 15h21

09/05/2015 - Diagonale Sonore - C'est quoi la musique ?

eh bien je vais jouer les troubles fêtes et expliquer peut-être de fait le nombre restreint de commentaires...
Je n'ai pas réussi à écouter plus de 7min d'émission sans me demander quel langage pour initiés se jouait dans cet interview... J avais l'impression de comprendre un mot sur quatre, et là je ne caricature pas !
DU COUP (légèrement moqueur)j'ai laissé tomber l'émission, presque sans regret sauf paradoxalement celui de rater peut-être la découverte d'un touche à tout (?) réellement novateur

posté le 13/05/2015 à 20h20

11/04/2015 - Dans Le Film - Avec le sourire

Merci, Murielle, pour cet entretien d'un cinéaste que je ne connaissais que de nom et que j'ai envie de découvrir sans attendre, et cela du fait de Salvadori dans ce qu'il exprime et aussi grâce aux extraits des films...
NB: je ne sais si c'est dû à la pratique répétée ou à l'amélioration technique des entretiens filmés de HS, mais je constate que je comprends beaucoup mieux les paroles de vos interventions, surtout dans cet épisode où je les aies trouvées particulièrement ajustées sur tous les plans.

posté le 09/05/2015 à 14h30

13/12/2014 - Dans le Texte - Les années 10

Après audition et visionnage de cet interview aussi passionnant que passionné (des deux côtés), je me suis posée deux questions indirectement liées au contenu de l'ouvrage étudié pour cette émission.
1) Tout d'abord une question qui peut sembler indiscrète : comment (à travers quel cheminement) Judith (mais pas seulement vous), choisissez-vous les auteurs et ou le texte que vous exposez (le hasard seulement, des discussions-clés, ... ?), et, en conséquence, pourquoi les critères personnels importants de vos choix n'apparaîtraient-ils pas plus explicitement, plus systématiquement même s'ils ne sont pas exhaustifs (!!), tout au moins ceux qui ne sont pas perceptibles a posteriori pour les "spectateurs" des émissions?
Vous savez toucher la chair des ouvrages, la rendre perceptible pour moi(au moins) qui vous ai suivi dans l'aventure de Hors-Série, et cela, quel que soit le sujet... que cela me donne ou non l'envie de lire le texte.
J'avoue ma curiosité face aux choix de ces "drôles de dames" que vous êtes, dans la mesure où le nombre d'ouvrages publiés de nos jours crée un cadre où la multiplicité est le caractère dominant : en conclusion, pourquoi tel arbre, dans tel bosquet de telle forêt ? Est-ce trop demander ?

2)J'ai observé ma réaction à la suite de cette interview sur le fait que, au delà du style propre à chaque auteur, j'ai trouvé que les trois femmes "étudiées" dans HS jusqu'ici, sont à la fois les plus convaincues et convaincantes de tous les auteurs interviewés depuis la création du site... Je ne sais pas si cette remarque sera partagée..
Ma deuxième question concerne le fait que la sous-représentation féminine est-elle ou serait-elle la source ou la conséquence de cette "passion" de l'étude, de la publication et de l'exposé?? Cette deuxième question sera peut-être un objet sans réponse possible... le nombre de phénomènes étudiés étant trop faible !(sourire!)

En attendant votre réponse, si vous souhaitez répondre, je cours acheter "les années 10"

posté le 13/12/2014 à 15h12

22/11/2014 - Aux Sources - Les Nouveaux rouges-bruns

@ Maja
Je veux souligner ici que si j'ai jubilé à l'écoute de cet interview c'est essentiellement quand essayiez de faire comprendre à "cet intellectuel de haut niveau (?)" (:)) que vous étiez perdue dans ses arguments qui vous semblaient contradictoires, ou encore quand vous avez su marquer votre territoire face à des arguments monolithiques, et pour finir, quand vous avez soulevé les présupposés d'Amselle que vous avez critiqué...
Je me suis dit au final : chapeau Maja! vous nous faites un beau cadeau à l"approche des fêtes, et à vous voir oeuvrer au cours de ces 90min, à voir le nombre de post-it dépassant du livre, je me suis rendue à l'évidence que vous aviez pris du temps pour un travail sérieux et soigneusement respectueux de l'auteur et de vous-même... et de nous aussi. Cela mérite reconnaissance !

@ Judith et Maja
A voir les "malentendus" entre DS et vous deux depuis l'interview de Bricmont, malentendus qui montent en puissance depuis les liens supposés contaminants avec Chouard et toute une "nébuleuse rouge-brune" (dixit Amselle), j'en suis arrivée à penser que l'ouvrage d'Amselle n'apporte rien de vraiment clarifiant sauf à prendre certains de ses présupposés anthropologiques pour argent comptant et donc vérités totalisantes, alors que ses critiques sont simplement intéressantes dans les nuances qu'elles apportent à d'autres approches... Quid en effet des questions anthropologiques sur l'exercice de la violence symbolique ou physique, mais aussi sur les observations des manifestations de l'empathie et donc des effets non négligeables de cette dernière en matière de sentiment de sécurité et de maintien des liens sociaux !!

Pour finir mon billet et résumer au plus bref ma propre pensée, je me dit que votre approche à toutes deux me semble plus juste de la réalité telle que je la perçois, alors que la "lecture" de cette réalité que fait Amselle et que semble faire DS, manifeste plus un raidissement de peur qui se pare de "raisons"... discutables mais dont ils ne veulent pas discuter... du moins jusqu'à ce jour pour DS (quid du verbatim de Brimont invalidant certaines de ses interprétations), et qu'ils présentent comme une forteresse dont ils ne voient pas la fragilité des fondations ... à suivre !

posté le 06/12/2014 à 19h58

29/11/2014 - Diagonale Sonore - Leçon de jazz

Avez-vous songé... à la prochaine (e)mission pour Hors-Série : trouver autant de bons passeurs que ce musicien dans d'autres domaines...et d'aussi bon(ne)s interviewers... et surtout autant de samedi supplémentaires que nécessaires?
Un grand merci à tous les protagonistes de cette belle émission surprise.

posté le 30/11/2014 à 21h57

20/09/2014 - Aux Ressources - L'artiste et les agendas

@ Judith
Désolée pour le double envoi mais je ne maîtrise pas encore totalement l'édition et et la modification du commentaire...
Merci d'avoir pris du temps pour éclairer ma lanterne sur la démarche du personnage : j'étais totalement passée à côté de ce "chercheur" même si je ne suis pas encore convaincue par l'aspect artistique de sa production... J'ai peut-être quelques définitions à revisiter !
Par ailleurs j'insiste sur la question du snobisme qui n'exclut pas la tranche d'âge concernée par la recherche de Ben : si le snobisme est une question d'apparence et d'appartenance, alors comment vivent ceux qui achètent ces "images"(ou autres objets relookés par Ben) et comment considèrent-ils ceux qui ne veulent ou ne peuvent pas les acheter ?
PS: est-il normal que la "technique"(?) donne l'impression d'une sorte de "bégaiement" du son et de l'image (cela lors de toutes les émissions), irrégulier dans sa durée et aléatoire dans sa survenue. C'est surtout gênant sur le plan sonore.

posté le 23/09/2014 à 12h13 ( modifié le 23/09/2014 à 12h26 )

20/09/2014 - Aux Ressources - L'artiste et les agendas

"Coup de gueule sur coup de gueule sur coups de gueules"
1)Mea culpa : je suis passée à côté de la "totale" humanité de Ben en ne regardant qu'une moitié de l'interview... mais je ne mets pas non plus "totalement" en doute sa sincérité même sur la moitié écoutée sincèrement de ma part !!
2)Cela dit je constate que ce monsieur paye l'ISF avec comme ressource (principale?) l'exploitation d'une idée "marchandisée" : j'aimerais bien que l'on m'explique en quoi ce monsieur est un "creatif, innovateur" en faisant de l'art avec ses petites phrases sur agendas (QuoVadis paye combien sur et gagne combien grâce à ces images?)...
3)Le snobisme n'est pas pour moi du côté de Ben mais du côté des consommateurs de ces "images"...
Alors quoi? Parce qu'il(Ben) le "vaut bien" ou parce qu'ils(les consommateurs) la "valent bien" (la dépense)?
4) Judith, le fait de renvoyer le snobisme vers ceux qui rejettent Ben ou le système n'est pas juste car les motifs et motivations "épidermiques"(dixit) ou plus profondes et réfléchies sont à mon avis un appel des commentateurs à un examen de la part de Hors-Série non pas du choix des personnes mais du traitement à réserver à certains "cas" !!

posté le 23/09/2014 à 11h34 ( modifié le 23/09/2014 à 11h46 )

20/09/2014 - Aux Ressources - L'artiste et les agendas

Personnage "sincère" peut-être....? "Créatif" autoproclamé et marchandisé chez des snobs cela me laisse pantoise face au vide de ces formes que certains appellent de l'art !!
Il aurait fallu enrichir cette forme d'indigence qui peut rapporter gros (apparemment)par un regard du côté de la sociologie qui aurait eu le mérite de remettre nos neurones dans la direction de l'intelligence permettant de digérer ce pavé !!!

posté le 22/09/2014 à 20h18 ( modifié le 22/09/2014 à 20h23 )