Hors-Série
Arret sur Images
Me connecter
abonnez-vous


commentaire(s) publié(s) par cherpove

2 commentaires postés

14/07/2015 - Spéciale - Lordon, Hazan : A nos amis

Rencontre et débat passionnant. Une autre rencontre aussi passionnante réunissait Frédéric Lordon et Miguel Benasayag, le 8 mai 2015 au festival de Confédération Nationale du Travail, autour du livre de La Boétie sur la Servitude Volontaire. Intéressant pour répondre à la question : que peut-on faire ? https://www.youtube.com/watch?v=u7k7bzsU__Q et http://www.cnt-f.org/festival-cnt/event/de-la-servitude-a-lemancipation-avec-miguel-benasayag-et-frederic-lordon/

posté le 17/07/2015 à 11h01

27/09/2014 - Aux Sources - Pressions et expression

La liberté d'expression est un droit fondamental, moins tant parce qu'il permet à chacun de dire ce qu'il pense - l'époque est déjà suffisamment pleine d'égotisme - que parce qu'il permet à chacun d'entendre ce que les autres ont a dire. Et cela ne veut pas dire mettre tous ces discours sur le même plan. Personne n'est obligé de discuter avec des gens qui professent des discours haineux ou irrationnels (car le négationnisme est un discours irrationnel avant tout, avant même que d'être un discours politique ou raciste). Quand untel vient me dire : "Ce monsieur n'a pas le droit de parler", je réponds : "Et pourquoi moi, je n'aurais pas le droit de l'entendre". Et tant mieux si je ne suis pas d'accord avec lui car cela me permet, par contraste, de mieux me définir et d'affiner mes arguments. La censure est une manie française et la société tirerait grand bénéfice en la combattant.

Merci à l'équipe d'Hors-Série d'œuvrer dans ce sens.

Pour ceux qui parlent l'anglais, s'agissant de la position de Chomsky sur la liberté d'expression, ils pourront se reporter utilement à cette vidéo sur Youtube ( https://www.youtube.com/watch?v=d1zpMyceru4 ), qui est la captation d'une conférence-débat de Chomsky, interviewé en 2011 à Bruxelles, par trois personnes, dont Bricmont et c'est justement ce dernier qui l'interroge à 51 min 45, pour savoir s'il faut défendre la liberté d'expression à tout prix, y compris s'il s'agit de propos haineux ou antisémites. Chomsky fait une longue réponse qui débute à 52 min 55 et dure 10 min. Il y rappelle l'histoire de la liberté d'expression aux États-Unis. La seule limite que la court suprême fixe là-bas est quand la parole conduit immédiatement une action criminelle : par exemple si un voleur dans un magasin enjoint son camarade de tirer sur un policier, cette parole est un acte criminel. Chomsky rappelle que cette liberté remonte aux Lumières. Il indique que bien sûr les discours haineux ne sont pas tolérables, mais qu'il est tout aussi néfaste de laisser à l'État le soin d'en décider. Selon lui, la loi Gayssot ne fait qu'emprunter les méthodes des états totalitaires et ce n'est pas la bonne manière d'honorer les victimes de l'Holocauste. Enfin, il pointe l'enjeu du deux-poids-deux-mesures en citant le génocide perpétré par les Belges au Congo, en se demandant pourquoi la négation de ce massacre-là ne serait pas, elle aussi, poursuivie. Dans la même veine, et de façon plus polémique, il termine en observant que la criminalisation du négationnisme est récente, que quand l'Holocauste avait lieu, personne n'avait rien à dire contre, et n'a rien fait pour l'enrayer, mais que plus tard quand les victimes de l'Holocauste pouvaient servir à justifier d'autres persécutions, c'est devenu un enjeu.

posté le 01/10/2014 à 12h19 ( modifié le 01/10/2014 à 12h40 )