Hors-Série
Arret sur Images
Me connecter
abonnez-vous


commentaire(s) publié(s) par dywenlac4

2 commentaires postés

22/04/2017 - Dans le Texte - Pour un féminisme de la totalité

Je viens d'écouter un podcast sur franceculture : (https://www.franceculture.fr/emissions/du-grain-moudre/letat-doit-il-defendre-une-certaine-idee-de-la-famille) et je me rends compte que mon commentaire précédent pourrait prêter à confusion. Je ne défend nullement le modèle unique de papa/maman 100% bio (d'ailleurs l'argument écologique du modèle traditionnel familial fait froid dans le dos). La liberté totale du choix de la famille qu'on souhaite fonder me semble primordial. Ce que je déplore, c'est la perte du sens de l'engagement interpersonnel menant à une société liquide socialement ( à l'image du modèle économique où tout est remplaçable/interchangeable). Par contre, votre travail bien nécessaire de déconstruction des imaginaires figés n'est pas terminé. La non reconnaissance du sexe "neutre" n'étant toujours pas reconnu par la justice prouve la puissance des enjeux symboliques sexués dans l'organisation de la société. Le prisme choisit ici est celui de la société vue par le prisme du capitalisme en mettant peu en évidence le rôle de la religion chrétienne. Je m'en rends compte car j'ai bien eu besoin des figures de la mythologie grecques pour trouver des figures féminines auxquelles m'identifier. Merci pour vos émissions toujours stimulantes.

posté le 05/05/2017 à 08h50 ( modifié le 05/05/2017 à 10h46 )

22/04/2017 - Dans le Texte - Pour un féminisme de la totalité

Bonjour,

Cette émission m'a mis le cerveau en ébullition ;-) . Je n'arrive toujours pas à imaginer le couple et la famille comme le lieu d'un asservissement au féminin . Comment comprendre la lutte des couples gay et lesbiens pour avoir le droit de se marier et à avoir des enfants sinon? La famille (même nucléaire) n'est-elle pas aussi le lieu des premiers apprentissages de solidarité et d'individuation? Choisir d'être parents n'est-ce pas aussi vouloir exprimer une part de soi en assumant toutes les conséquences? Comment assimiler le temps passé avec ses enfants à un asservissement non rémunéré? Comment voir en l'autre un être unique sans en avoir fait soi-même l'expérience dans le lien primitif parent-enfant? J'ai parfois l'impression que la lutte ultime que vous cherchez à atteindre donnerait lieu à un monde égalitaire et neutre mais dépourvu d'amour. Où chaque être humain me serait un indifférent dans sa différence même. Un monde sans conflits mais sans vie. Un monde sans couleurs.




posté le 04/05/2017 à 15h00