Hors-Série
Arret sur Images
Me connecter
abonnez-vous


Le marxisme noir de C.L.R. James

Spéciale

Matthieu Renault

La crise économique de 2008 a entraîné les ravages sociaux et les glissements politiques que l’on connaît. Sur le plan idéologique, elle a sérieusement porté atteinte aux dogmes néolibéraux et elle a offert une nouvelle jeunesse à la pensée de Karl Marx. Mais pour que le marxisme, fondé au XIXème siècle, reste opérant au XXIème siècle, encore faut-il faire l’effort de réactualiser les thèses de son géniteur. C’est l’entreprise théorique à laquelle se livre Matthieu Renault, philosophe et enseignant à Paris VIII. Pour ce faire, il entend féconder le marxisme par des pensées, et des penseurs, non européens. Après un ouvrage consacré à Frantz Fanon en 2011, Matthieu Renault a exhumé en 2016, dans un nouveau livre, la vie et l’œuvre du révolutionnaire caribéen C.L.R. James.


Né en 1901 à Trinidad et décédé en 1989 à Londres, James a traversé de bout en bout le siècle des extrêmes. Témoin privilégié des luttes anticoloniales et de la colère des ouvriers britanniques, il chercha inlassablement à « brancher » ces deux causes. A ses yeux, l’émancipation des Noirs conditionne celle des ouvriers, et réciproquement. De James, le public français ne connaît – au mieux – qu’un ouvrage : Les Jacobins noirs, consacré à la révolution haïtienne de 1804. Il est pourtant l’auteur d’une œuvre foisonnante, qui explore des continents aussi éloignés que l’histoire caribéenne, la philosophie hégélienne, la littérature de Shakespeare, le cricket, le cinéma de Chaplin, la décolonisation du Ghana, Moby Dick et la démocratie athénienne. Derrière cette façade éclatée, c’est pourtant une même interrogation qui ne cesse de revenir sous la plume de James : sous quelles conditions les masses opprimées peuvent-elles s’auto-émanciper ?


En redonnant vie à la pensée de James, Matthieu Renault nous aide à affronter des questions éminemment actuelles : Pourquoi la gauche radicale a-t-elle tant de peine à intégrer les revendications des minorités non blanches ? A quelles conditions la pensée marxiste, fondée par et pour la civilisation occidentale, peut-elle s’avérer pertinente pour les luttes des peuples colonisés ? Une révolte peut-elle se passer d’un leader ?
Bon visionnage !

Manuel Cervera-Marzal

Spéciale , émission publiée le 25/02/2017
Durée de l'émission : 66 minutes

Regardez un extrait de l'émission